Le rêve d’une vie : Observer les gorilles des montagnes au Rwanda – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 13 mai 2017

– Par Ariane Arpin-Delorme

 © Tous droits réservés – Nelis Wolmarans

Imaginez-vous à parcourir la jungle dense des montagnes du Rwanda à la rencontre des rares familles de gorilles des montagnes, telle la primatologue Dian Fossey…

 

Vous ne pourrez rester indifférents suite à la rencontre des plus privilégiées avec ces magnifiques créatures ressemblant de si près à l’homme… Je suis choyée d’avoir eu l’opportunité de vivre cette expérience deux fois plutôt qu’une, soit au Rwanda l’année passée et il y a quelques mois en Ouganda. Ces moments uniques des plus significatifs restent définitivement à jamais graver dans ma mémoire et je dois avouer avoir même versé quelques larmes !

 

On retrouve en fait qu’une dizaine de familles de gorilles des montagnes dans ces 3 parcs limitrophes : le parc national des Volcans au Rwanda,  le parc national de la forêt impénétrable de Bwindi en Ouganda ainsi que le parc national des Virunga en République démocratique du Congo. La situation politique tendue de cette dernière destination rend cependant les visites touristiques plus difficiles et le braconnage est malheureusement encore présent.

 

Cette dizaine de familles de gorilles est accessible à recevoir, en nombre bien limité, de petits groupes de touristes accompagnés. Cette activité fait maintenant partie intégrante de l’industrie du tourisme du Rwanda et de l’Ouganda et ce, de façon durable et responsable pour les communautés en général et celle vivant du braconnage dans le passé.

 

 

© Tous droits réservés – Nelis Wolmarans

RWANDA

Laissez-moi vous parler davantage de ma première expérience au « pays aux mille collines » pour laquelle je suis tombée en amour. Le Rwanda, aux paysages couverts de bananeraies et de plantations de thé, jouit d’un climat bien agréable, situé en moyenne altitude. Le long d’une route sinueuse, je me dirige vers Musanze où j’y passe la nuit à la chaleur du foyer dans ma chambre modeste. Au même moment, une équipe de 2-3 pisteurs partent à la recherche de l’endroit où chaque famille de gorilles aura établit son ‘’nid’’ temporaire pour la nuit. Les premières lueurs de l’aube déchirent les pans de brume accrochés aux sommets des Karisimbi, Sabyinyo, Visoke, géants endormis aux pentes envahies par une végétation luxuriante. Je pars faire connaissance de mon guide d’expertise ayant passé la grande majorité de sa vie à interagir avec les gorilles, le considérant pratiquement comme membre de leur famille. Suivant ma préférence de marcher davantage en terrain plus escarpé, on m’assigne la famille Titus plus isolée au travers de la jungle dense (clin d’œil aussi à la famille de gorilles Bweza que j’ai eu la chance de rencontrer en Ouganda !). Des parcours plus accessibles sont aussi offerts selon où se retrouvent les familles composées de 8 à 20 membres. Je pars donc à l’aventure en randonnée, avec l’aide de guides et de porteurs ouvrant le chemin si nécessaire. Une belle complicité s’installe. Après plusieurs heures, les pisteurs nous annoncent que nous approchons de notre famille Titus, entrain de prendre une pause déjeuner avant de quitter vers leur prochain ‘’nid’’. La frénésie dans l’air est définitivement palpable et j’ai du mal à contenir ma nervosité.

© Tous droits réservés – Nelis Wolmarans

Malgré que l’on nous demande de garder une distance de 7 mètres en général, l’environnement fait que je me retrouve à pratiquement 1 mètre de Titus. La scène est presque trop parfaite, l’herbe bien tapée, rien n’encombre ma vue. C’est même des plus intimidants, mais en même temps complètement fou de partager en quelque sorte un bout du quotidien de ces anthropoïdes. Le permis nous permet de rester qu’une heure en la présence des familles, déjà que l’on dérange quelque peu leur quotidien, malgré toutes les précautions prises !

Titus est composée du mâle au dos argenté bien sûr (qui peut atteindre jusqu’à 250 kg et 1,70 m) toujours un peu en retrait des autres gardant un œil protecteur, de 3 mâles adolescents au dos noir, de 3 femelles ainsi qu’un bébé. Débonnaires, ils se nourrissent tranquillement dans leur univers végétal, se reposent et se donne des marques d’affection. Je croise le regard de certains, mais ne peut tenir longtemps de peur de déclencher une réaction. Il y a définitivement une émotion et compréhension qui traversent nos regards : une intensité difficile à expliquer. Il faut assurément le vivre pour bien comprendre !

COÛTS

Ce genre d’expérience exclusive a effectivement un coût élevé et ce, afin de limiter le nombre de voyageurs et surtout afin qu’une bonne partie des revenus qui en découle retournent aux équipes de guides, pisteurs, porteurs et communautés environnantes, qui vivaient autrefois entre autres du braconnage. Le coût du permis au Rwanda était au coût de 750$US par personne (au contraire de 450$US en basse saison et 600$US en haute saison dans la forêt impénétrable de Bwindi en Ouganda). Cependant, au même moment d’écrire cette chronique, j’ai reçu un avis officiel du gouvernement rwandais confirmant l’augmentation des frais, soit maintenant au coût de 1500$US par personne, effectif immédiatement pour toutes les nouvelles demandes. Des possibilités d’escompte allant de 15 à 30% seront possibles en combinant d’autres parcs et pour le tourisme d’affaires. Cette décision a pour but de renforcer la conservation du parc national des volcans au Rwanda et de contribuer au développement durable des communautés qui l’entourent. L’industrie du tourisme au Rwanda a réagi assez fortement ayant peur que le tourisme diminue, malgré les intentions responsables du gouvernement. C’est à suivre !

PROJETS DE CONSERVATION / VLLAGE CULTUREL DE IBY’IWACU

Partir en expédition à la découverte des gorilles des montagnes c’est aussi se donner la chance de rencontrer des peuples qui vivent de façon encore bien authentique et qui souhaitent de tout coeur partager avec vous la richesse de leurs traditions hautes en couleurs. Ceux-ci comprennent maintenant l’importance de protéger et conserver la faune qui les entoure, ouvrant de nouvelles opportunités maintenant auprès de l’industrie du tourisme. Avec la menace d’extension de plusieurs espèces, en tant que voyageur, il est essentiel à mon avis d’encourager les associations et organismes qui mettent en place des projets de sensibilisation à la conservation et réhabilitation de la faune, d’éducation et de valorisation des communautés locales. Ces derniers prennent des actions drastiques pour essayer d’enrayer le braconnage.

Je vous recommande fortement de visiter le village culturel de Iby’Iwacu, conçu exclusivement dans cet esprit de conservation et durabilité : http://cbtrwanda.org/

POINTS FORTS DU RWANDA :

La visite du musée du génocide de Kigali (difficile mais essentiel) ;

L’observation des derniers gorilles de montagne au parc national des volcans ;

La visite du village culturel de Iby’Iwacu ;

La cueillette du thé et dégustation dans les superbes plantations ;

La rencontre avec les chimpanzés et autres primates de la forêt de Nyungwe ;

La balade sur le lac Kivu parsemé de milliers d’îles ;

Les paysages verdoyants et de terre rouge des 1000 collines…

 

C’est fut définitivement l’une des expériences les plus incontournables que j’ai vécus de toute ma vie !

 

 © Tous droits réservés – Nelis Wolmarans

Publicités

2 réflexions sur “Le rêve d’une vie : Observer les gorilles des montagnes au Rwanda – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

  1. Bonjour Ariane

    Ta rencontre avec les gorilles me touche énormément. Lorsque tu parles des regards échangés avec eux! Ouf! Tu as vécu un moment d’éternité. Je me disais qu’à 450USD, ça serait peut-être possible, mais à 1500, j’ai déchanté!

    Merci pour le partage!

    Linda Audy Pincourt, Qc

    Envoyé de mon iPad

    >

    • Bonjour LInda, Heureuse que mon récit vous plaise ! Pour votre information, je me suis aussi donné la chance cette année de revivre l’expérience d’observation des gorilles en Ouganda où le permis est encore à 450$US (basse saison) et 600$ (haute saison), rendant l’expérience un peu plus accessible qu’au Rwanda selon notre budget. Il est aussi intéressant d’ajouter l’observation des chimpanzés au Parc national de Kibale, la visite des plantations de thé et sans manquer une croisière à la source du fleuve Nil ou en équitation le long de celui-ci ! Le Ouganda est aussi une merveilleuse destination pour un séjour de 2 semaines sans problème !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s