Le rêve d’une vie : Observer les gorilles des montagnes au Rwanda – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 13 mai 2017

– Par Ariane Arpin-Delorme

 © Tous droits réservés – Nelis Wolmarans

Imaginez-vous à parcourir la jungle dense des montagnes du Rwanda à la rencontre des rares familles de gorilles des montagnes, telle la primatologue Dian Fossey…

 

Vous ne pourrez rester indifférents suite à la rencontre des plus privilégiées avec ces magnifiques créatures ressemblant de si près à l’homme… Je suis choyée d’avoir eu l’opportunité de vivre cette expérience deux fois plutôt qu’une, soit au Rwanda l’année passée et il y a quelques mois en Ouganda. Ces moments uniques des plus significatifs restent définitivement à jamais graver dans ma mémoire et je dois avouer avoir même versé quelques larmes !

 

On retrouve en fait qu’une dizaine de familles de gorilles des montagnes dans ces 3 parcs limitrophes : le parc national des Volcans au Rwanda,  le parc national de la forêt impénétrable de Bwindi en Ouganda ainsi que le parc national des Virunga en République démocratique du Congo. La situation politique tendue de cette dernière destination rend cependant les visites touristiques plus difficiles et le braconnage est malheureusement encore présent.

 

Cette dizaine de familles de gorilles est accessible à recevoir, en nombre bien limité, de petits groupes de touristes accompagnés. Cette activité fait maintenant partie intégrante de l’industrie du tourisme du Rwanda et de l’Ouganda et ce, de façon durable et responsable pour les communautés en général et celle vivant du braconnage dans le passé.

 

 

© Tous droits réservés – Nelis Wolmarans

RWANDA

Laissez-moi vous parler davantage de ma première expérience au « pays aux mille collines » pour laquelle je suis tombée en amour. Le Rwanda, aux paysages couverts de bananeraies et de plantations de thé, jouit d’un climat bien agréable, situé en moyenne altitude. Le long d’une route sinueuse, je me dirige vers Musanze où j’y passe la nuit à la chaleur du foyer dans ma chambre modeste. Au même moment, une équipe de 2-3 pisteurs partent à la recherche de l’endroit où chaque famille de gorilles aura établit son ‘’nid’’ temporaire pour la nuit. Les premières lueurs de l’aube déchirent les pans de brume accrochés aux sommets des Karisimbi, Sabyinyo, Visoke, géants endormis aux pentes envahies par une végétation luxuriante. Je pars faire connaissance de mon guide d’expertise ayant passé la grande majorité de sa vie à interagir avec les gorilles, le considérant pratiquement comme membre de leur famille. Suivant ma préférence de marcher davantage en terrain plus escarpé, on m’assigne la famille Titus plus isolée au travers de la jungle dense (clin d’œil aussi à la famille de gorilles Bweza que j’ai eu la chance de rencontrer en Ouganda !). Des parcours plus accessibles sont aussi offerts selon où se retrouvent les familles composées de 8 à 20 membres. Je pars donc à l’aventure en randonnée, avec l’aide de guides et de porteurs ouvrant le chemin si nécessaire. Une belle complicité s’installe. Après plusieurs heures, les pisteurs nous annoncent que nous approchons de notre famille Titus, entrain de prendre une pause déjeuner avant de quitter vers leur prochain ‘’nid’’. La frénésie dans l’air est définitivement palpable et j’ai du mal à contenir ma nervosité.

© Tous droits réservés – Nelis Wolmarans

Malgré que l’on nous demande de garder une distance de 7 mètres en général, l’environnement fait que je me retrouve à pratiquement 1 mètre de Titus. La scène est presque trop parfaite, l’herbe bien tapée, rien n’encombre ma vue. C’est même des plus intimidants, mais en même temps complètement fou de partager en quelque sorte un bout du quotidien de ces anthropoïdes. Le permis nous permet de rester qu’une heure en la présence des familles, déjà que l’on dérange quelque peu leur quotidien, malgré toutes les précautions prises !

Titus est composée du mâle au dos argenté bien sûr (qui peut atteindre jusqu’à 250 kg et 1,70 m) toujours un peu en retrait des autres gardant un œil protecteur, de 3 mâles adolescents au dos noir, de 3 femelles ainsi qu’un bébé. Débonnaires, ils se nourrissent tranquillement dans leur univers végétal, se reposent et se donne des marques d’affection. Je croise le regard de certains, mais ne peut tenir longtemps de peur de déclencher une réaction. Il y a définitivement une émotion et compréhension qui traversent nos regards : une intensité difficile à expliquer. Il faut assurément le vivre pour bien comprendre !

COÛTS

Ce genre d’expérience exclusive a effectivement un coût élevé et ce, afin de limiter le nombre de voyageurs et surtout afin qu’une bonne partie des revenus qui en découle retournent aux équipes de guides, pisteurs, porteurs et communautés environnantes, qui vivaient autrefois entre autres du braconnage. Le coût du permis au Rwanda était au coût de 750$US par personne (au contraire de 450$US en basse saison et 600$US en haute saison dans la forêt impénétrable de Bwindi en Ouganda). Cependant, au même moment d’écrire cette chronique, j’ai reçu un avis officiel du gouvernement rwandais confirmant l’augmentation des frais, soit maintenant au coût de 1500$US par personne, effectif immédiatement pour toutes les nouvelles demandes. Des possibilités d’escompte allant de 15 à 30% seront possibles en combinant d’autres parcs et pour le tourisme d’affaires. Cette décision a pour but de renforcer la conservation du parc national des volcans au Rwanda et de contribuer au développement durable des communautés qui l’entourent. L’industrie du tourisme au Rwanda a réagi assez fortement ayant peur que le tourisme diminue, malgré les intentions responsables du gouvernement. C’est à suivre !

PROJETS DE CONSERVATION / VLLAGE CULTUREL DE IBY’IWACU

Partir en expédition à la découverte des gorilles des montagnes c’est aussi se donner la chance de rencontrer des peuples qui vivent de façon encore bien authentique et qui souhaitent de tout coeur partager avec vous la richesse de leurs traditions hautes en couleurs. Ceux-ci comprennent maintenant l’importance de protéger et conserver la faune qui les entoure, ouvrant de nouvelles opportunités maintenant auprès de l’industrie du tourisme. Avec la menace d’extension de plusieurs espèces, en tant que voyageur, il est essentiel à mon avis d’encourager les associations et organismes qui mettent en place des projets de sensibilisation à la conservation et réhabilitation de la faune, d’éducation et de valorisation des communautés locales. Ces derniers prennent des actions drastiques pour essayer d’enrayer le braconnage.

Je vous recommande fortement de visiter le village culturel de Iby’Iwacu, conçu exclusivement dans cet esprit de conservation et durabilité : http://cbtrwanda.org/

POINTS FORTS DU RWANDA :

La visite du musée du génocide de Kigali (difficile mais essentiel) ;

L’observation des derniers gorilles de montagne au parc national des volcans ;

La visite du village culturel de Iby’Iwacu ;

La cueillette du thé et dégustation dans les superbes plantations ;

La rencontre avec les chimpanzés et autres primates de la forêt de Nyungwe ;

La balade sur le lac Kivu parsemé de milliers d’îles ;

Les paysages verdoyants et de terre rouge des 1000 collines…

 

C’est fut définitivement l’une des expériences les plus incontournables que j’ai vécus de toute ma vie !

 

 © Tous droits réservés – Nelis Wolmarans

Publicités

L’Afrique du Sud : Le Cap, Vignobles & Safari photo – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 18 mars 2017

– Par Ariane Arpin-Delorme

 

Suite à un deuxième merveilleux séjour en Afrique du Sud à l’automne passé et à la rencontre de sa Nation arc-en-ciel, célébrant toutes les cultures, africaines comme migrantes, je saisi enfin l’occasion de vous en parler !

Quand y aller ? Presqu’à l’année longue comme les températures varient beaucoup de l’est à l’ouest. À éviter peut-être fin janvier-février-début mars.

Pour qui ? Pour les œnophiles ainsi que pour les amoureux de la nature et de randonnées accessibles. La destination est idéale pour un premier safari !

Comment ? Différentes formules voyages sont offertes pour mieux découvrir le pays, soit en groupe bien sûr et certainement en voyage sur mesure en privé avec guide-chauffeur. Pour les plus aventuriers, à noter aussi qu’il est agréable de conduire par soi-même, principalement sur la route des Jardins entre Cape Town et Port Elizabeth. C’est l’une des rares destinations africaines, avec la Namibie, où il est possible et assez sécuritaire de choisir l’autotour, avec un certain encadrement quand même.

 

LE CAP & ses alentours : Un incontournable ! Pour une première visite, rendez-vous à la Réserve naturelle du Cap de Bonne-Espérance qui rassemble une belle variété florale et peuplée de babouins, gnous, zèbres de montagne, porcs épics et autruches.

Conseil pour voyager autrement : Si vous souhaitez fuir la foule, partez en randonnée dans les collines environnantes.

Encore là si les hordes de touriste ne vont font pas peur, roulez jusqu’au sommet de la Montagne de la Table que l’on peut atteindre par la suite grâce à un téléphérique rotatif. Une fois en haut, vous serez récompensés par des vues panoramiques époustouflantes sur la ville.

Personnellement, j’aime bien me balader dans le quartier coloré de Bo Kaap. Tout en clôturant mes journées en soupant avec des amis au fameux « Waterfront », ancien port reconverti regroupant de nombreuses boutiques, hôtels et cafés branchés. C’est aussi l’endroit, et ailleurs dans la ville, où l’on retrouve d’excellents restaurants, soit les meilleurs d’Afrique !

 

ROUTE DES VINS : Bien que ma connaissance des vins soit limitée, malgré que je ne dise jamais non à un verre de « bulles », j’adore me promener dans la région des vignobles de Stellenboch et de Franschhoek et apprécier le paysage, particulièrement différent des autres régions de l’Afrique du Sud. Aujourd’hui, l’industrie vinicole du Cap et de ses domaines historiques constituent l’un des plus grands trésors du pays !

Conseil pour voyager autrement : logez dans un vignoble afin de partager le quotidien des vignerons. Plusieurs y proposent aussi une expérience gastronomique de la « ferme à la table ».

 

SAFARI EN RÉSERVE PRIVÉ : Prenez un vol vers Hoedsprit à l’ouest afin de prendre part à un safari animalier dans une réserve privée de l’Ouest, au sud du Grand Kruger. Les safaris se font normalement en regroupé avec d’autres voyageurs logeant au même lodge. Tôt le matin et en début de soirée, partez à la recherche des « Big Five », et de nombreuses autres espèces d’animaux.

Conseil pour voyager autrement : Lorsque l’on pense à un safari en Afrique du Sud, la mention du Parc national de Kruger nous vient normalement en tête ! Cependant, depuis les dernières années, comme l’accès y est maintenant gratuit pour tous les écoliers du pays (ce qui est une très bonne nouvelle en soi!), disons que le parc est extrêmement occupé et les tarifs offerts par les lodges sont faramineux. Vous risquez donc fortement d’observer davantage de jeeps que la faune en tant que tel cherchant à fuir ces derniers ! Tout dépend donc de l’atmosphère et du sentiment d’exclusivité recherché !

Envie de partir en Afrique du Sud ?

Où partir cet automne ? – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 03 septembre 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

Ce n’est pas tout le monde qui souhaite ou doit absolument partir en voyage durant la période estivale. Premièrement, le Québec est superbe en été, donc pourquoi ne pas en profiter ? De plus, certaines destinations familiales étant devenues tellement achalandées, surtout en juillet, l’expérience peut même devenir désagréable. Et bien sûr, qui dit congé scolaire, dit hausse des tarifs !

Donc, pour éviter la foule, je vous suggère une belle sélection de destinations où il fait bon de partir en septembre, octobre et même novembre pour certaines d’entre-elles.

Dans l’hémisphère nord, la lumière de septembre est en fait la plus belle de l’année, les grandes villes frémissent d’une activité nouvelle à la rentrée, c’est aussi un moment idéal pour prolonger l’été à la plage ainsi que pour randonner en montagne !

Vacances à la plage :

Europe :

  • En septembre et jusqu’au début octobre, c’est encore l’été mais la fréquentation touristique est plus calme dans les régions et les îles du sud de l’Europe : pensez Grèce, Crète, Portugal, Andalousie, Iles Baléares, Italie (Sardaigne et Sicile) et Croatie.
  • Bain de soleil sur les côtes de la Mer noire qui sont, pour la plupart, désertées : profitez-en en Bulgarieet en Roumanie. 

Océanie :

  • Excellente période pour découvrir la Grande barrière de corail, les plages et les archipels paradisiaques du Queenslandau nord-ouest de l’Australie.

Vacances de repos, culture et randonnée :

Asie :

  • Jusqu’en octobre, la haute saison tire à sa fin, mais le temps est encore clément pour les îles de l’Indonésie. Les îles de Bali et de Java offrent davantage de choix au niveau des infrastructures touristiques et les déplacements (conseillés avec guide-chauffeur) sont moins périlleux pour un voyage de 2-3 semaines. Si vous souhaitez sortir davantage des sentiers battus, les îles de Flores, Komodo, Rinca, Sulawesi et Papua sont extraordinaires autant au niveau nature que culturel. 

Vacances culturelles :

Asie :

  • La Corée du sud et le Japon ne cesseront de vous émerveiller. Un heureux mélange de fortes traditions ancestrales et de modernité ! Ces destinations font aussi parties des plus sécuritaires au monde !

Europe :

  • Septembre est le mois le moins pluvieux de l’année à Stonehenge, et la cohue y est moindre qu’en été pour apprécier ce trésor archéologique de l’Angleterre.
  • Du Lac Majeur au Lac de Côme en passant par Milan et Vérone, la région des lacsau nord de l’Italie est littéralement somptueuse en septembre.
  • Sans oubliez la visite des châteaux d’Écosse et d’Irlande 

Vacances en safari animalier & culturelles :

Afrique :

  • C’est encore la haute saison pour la Tanzanie et le Kenya, mais moins occupée comme les grandes migrations d’animaux sont terminées. En Tanzanie, vous retrouverez aussi une richesse culturelle encore authentique. Je suggère d’encourager les villages Massai subventionnés par le gouvernement, par exemple celui de Longido ou de Mkuru.
  • En septembre-octobre, les baleines franches australes viennent mettre bas à Walker Bay, en Afrique du sud: un rendez-vous incontournable pour l’observation des cétacés, et notamment dans la ville de Hermanus.
  • Le Zimbabwe, à découvrir encadré avec guides et chauffeurs, est en hausse de popularité pour un deuxième ou troisième voyage en Afrique. Ne vous arrêtez pas seulement aux célèbres Chutes Victoria, mais partez aussi à l’observation de la faune.
  • Sans oublier le magnifique Madagascar qui offre une découverte plus touristique suivant la route nationale 7, tout en offrant un périple hors des sentiers battus le long de la côte ouest.

Voyages de randonnée & culturelles :

Amériques :

  • Le Pérou et la Bolivie, cette dernière étant moins touristique, sont à leur meilleur au niveau du climat dans les Andes jusqu’en octobre. Des possibilités de randonnée à l’infinie ! Portez une attention particulière à votre préparation en moyenne et haute altitude !
  • Découvrez les superbes parcs nationaux américains, que l’on oublie souvent !

Asie :

  • Jusqu’au début septembre, les aventuriers et amoureux de la culture tibétaine, trouveront leur bonheur à randonner dans la région du Laddhak, située tout au nord de l’Inde.

Europe :

  • Ruskadésigne en Finlande les couleurs de l’automne ! Un spectacle naturel éphémère qui attire, en septembre, les marcheurs dans le Kainuu, le Koillismaa et en Laponie.
  • Admirez, à pied, les paysages également époustouflants en Norvègeet en Suède. Sans oublier la Suisse et l’Autriche !

Le meilleur d’un safari animalier en Tanzanie – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 16 avril 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

IMG_3816

Qui ne rêve pas depuis son enfance de partir en safari animalier au-travers de la savane africaine ? Pour de nombreux voyageurs ou en devenir, c’est souvent le rêve d’une vie.

Une foule de destinations se prêtent à cette expérience. Mais afin de mieux vous orienter, j’ai envie de vous parler des parcs du nord de la Tanzanie, soit la région de prédilection pour un premier safari en Afrique.

Peuplé par les peuples Arusha, Chaggas, Samburu, Iraqw, Sandawe, Hadzabe ainsi que Massai, la Tanzanie est de plus le seul pays africain où il n’y a pas eu de conflit politique depuis son indépendance !

IMG_3873

Débutez votre safari par le parc national d’Arusha. Certes plus petit que ses voisins, mais l’un des plus beaux ! De ses 4500 mètres d’altitude, le Mont Meru fait partie intégrante du paysage. Ces flancs bénéficient aussi d’un sol très fertile pour la culture du café, du blé et du maïs. Parcourant la jungle ainsi que le cratère du Ngurdoto, la faune est des plus abondantes : buffles, sangliers, singes colobes, antilopes, mangoustes,… Pause canoë sur les Lacs Momella où se côtoient hippopotames et flamants roses.

P1080853

Poursuivez vers le parc national de Tarangire, là où l’on retrouve la plus grande concentration d’éléphants au pays ! Quel spectacle inoubliable d’observer des familles de dizaines d’éléphants dans leur habitat naturel sous les immenses baobabs et longeant la rivière. On y rencontre aussi des troupeaux de zèbres, gazelles, impalas, girafes et rhinocéros. Enfin, il n’est pas rare d’y apercevoir des familles de guépards se reposant parmi les herbes hautes avant d’attaquer leur repas du soir.

Longeant la grandiose Vallée du Rift, de la Jordanie au Mozambique, le paysage parsemé de volcans nous amène au parc national du Lac Manyara. Un paradis pour les ornithologues : des milliers de pélicans, cigognes, flamants roses, hérons,… plus de trois cent espèces d’oiseaux des plus colorées vivent sans prédateurs sur les rives de ce lac alcalin. Si vous êtes chanceux, vous pourriez avoir la chance d’apercevoir fameux lions perchés dans les acacias parasols.

IMG_3842

 

 

 

 

 

 

Protégée en tant que patrimoine naturel par l’UNESCO, la réserve de conservation du Ngorongoro est définitivement un  incontournable ! Son cratère, large de vingt km, soit la plus grande caldera au monde, est une vaste plaine de hautes herbes et de marais verdoyants où se balade une importante concentration d’animaux. Peut-être aurez-vous la chance d’observer de très près une horde d’hyènes se régalant. Pique-niquez près d’un étang où l’on peut apercevoir une foule d’hippopotames baillant abondamment. Vous pourriez aussi avoir la chance de rencontrer quelques Massai comme le gouvernement leur permet de descendre dans le cratère en journée afin que leurs troupeaux de vaches puissent se nourrir.

Connu mondialement pour ses deux grandes migrations annuelles, le Serengeti, est aussi à ne pas manquer. Des hordes de 1 million de gnous et de 200 000 zèbres traversent la rivière Grumeti du Masai Mara au Kenya vers le Serengeti en Tanzanie, et ce, pour le plus grand bonheur des grands prédateurs : lions, chacals, hyènes et léopards.

Juste pour ces endroits à eux seuls, vous avez toutes les raisons du monde de partir réaliser votre rêve d’enfance !

 

Consultez des idées d’itinéraires voyage en Tanzanie sur Esprit d’Aventure.

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.