Le meilleur d’un safari animalier en Tanzanie – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 16 avril 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

IMG_3816

Qui ne rêve pas depuis son enfance de partir en safari animalier au-travers de la savane africaine ? Pour de nombreux voyageurs ou en devenir, c’est souvent le rêve d’une vie.

Une foule de destinations se prêtent à cette expérience. Mais afin de mieux vous orienter, j’ai envie de vous parler des parcs du nord de la Tanzanie, soit la région de prédilection pour un premier safari en Afrique.

Peuplé par les peuples Arusha, Chaggas, Samburu, Iraqw, Sandawe, Hadzabe ainsi que Massai, la Tanzanie est de plus le seul pays africain où il n’y a pas eu de conflit politique depuis son indépendance !

IMG_3873

Débutez votre safari par le parc national d’Arusha. Certes plus petit que ses voisins, mais l’un des plus beaux ! De ses 4500 mètres d’altitude, le Mont Meru fait partie intégrante du paysage. Ces flancs bénéficient aussi d’un sol très fertile pour la culture du café, du blé et du maïs. Parcourant la jungle ainsi que le cratère du Ngurdoto, la faune est des plus abondantes : buffles, sangliers, singes colobes, antilopes, mangoustes,… Pause canoë sur les Lacs Momella où se côtoient hippopotames et flamants roses.

P1080853

Poursuivez vers le parc national de Tarangire, là où l’on retrouve la plus grande concentration d’éléphants au pays ! Quel spectacle inoubliable d’observer des familles de dizaines d’éléphants dans leur habitat naturel sous les immenses baobabs et longeant la rivière. On y rencontre aussi des troupeaux de zèbres, gazelles, impalas, girafes et rhinocéros. Enfin, il n’est pas rare d’y apercevoir des familles de guépards se reposant parmi les herbes hautes avant d’attaquer leur repas du soir.

Longeant la grandiose Vallée du Rift, de la Jordanie au Mozambique, le paysage parsemé de volcans nous amène au parc national du Lac Manyara. Un paradis pour les ornithologues : des milliers de pélicans, cigognes, flamants roses, hérons,… plus de trois cent espèces d’oiseaux des plus colorées vivent sans prédateurs sur les rives de ce lac alcalin. Si vous êtes chanceux, vous pourriez avoir la chance d’apercevoir fameux lions perchés dans les acacias parasols.

IMG_3842

 

 

 

 

 

 

Protégée en tant que patrimoine naturel par l’UNESCO, la réserve de conservation du Ngorongoro est définitivement un  incontournable ! Son cratère, large de vingt km, soit la plus grande caldera au monde, est une vaste plaine de hautes herbes et de marais verdoyants où se balade une importante concentration d’animaux. Peut-être aurez-vous la chance d’observer de très près une horde d’hyènes se régalant. Pique-niquez près d’un étang où l’on peut apercevoir une foule d’hippopotames baillant abondamment. Vous pourriez aussi avoir la chance de rencontrer quelques Massai comme le gouvernement leur permet de descendre dans le cratère en journée afin que leurs troupeaux de vaches puissent se nourrir.

Connu mondialement pour ses deux grandes migrations annuelles, le Serengeti, est aussi à ne pas manquer. Des hordes de 1 million de gnous et de 200 000 zèbres traversent la rivière Grumeti du Masai Mara au Kenya vers le Serengeti en Tanzanie, et ce, pour le plus grand bonheur des grands prédateurs : lions, chacals, hyènes et léopards.

Juste pour ces endroits à eux seuls, vous avez toutes les raisons du monde de partir réaliser votre rêve d’enfance !

 

Consultez des idées d’itinéraires voyage en Tanzanie sur Esprit d’Aventure.

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.

Les voyages d’aventure… douce – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 2 avril 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

Capture-d’écran-2011-08-08-à-13.14.46-350x350

Nous rêvons tous de « partir à l’Aventure », à la découverte de ce monde si vaste et mystérieux ; Se donner la chance de vivre des expériences inusitées ; Chercher l’exotisme pour décrocher de la vie quotidienne ; Sortir un peu plus des sentiers battus et se rapprocher de la population locale,…

Ce n’est que la vision et la définition du concept de « l’Aventure » qui diffèrent d’un individu à l’autre, suivant les expériences passées et la personnalité propre à chacun !

Jusqu’à tout dernièrement, lorsque nous pensions aux « voyages d’Aventure », des images d’activités sportives extrêmes et des conditions de logement et de transport plutôt rustiques nous venaient en tête ! Aujourd’hui, depuis environ les sept-dix dernières années, une grande majorité de voyageurs québécois pratiqueront ce que nous appelons « l’Aventure douce ». Voilà l’essence même de ce type de tourisme : proposer des expériences d’une vie, souhaiter passer des vacances actives proposant des activités accessibles le jour, mais aussi retrouver un certain confort dans un environnement unique le soir ! Car ce n’est pas tout le monde qui a envie et les capacités de réaliser l’ascension du Kilimandjaro ou bien de loger en camping plusieurs semaines au milieu du désert du Sahara !

Une foule d’activités sont maintenant offertes pour satisfaire votre soif « d’aventure douce » : safari animalier en jeep privé au Kenya et nuitée en tented camp confortable, nuitée chez l’habitant en Thaïlande (une fois pendant le séjour peut suffire à votre expérience), croisière en voilier/catamaran aux Bahamas en participant aux manœuvres, observation de la faune et de la flore avec un guide naturaliste au Costa Rica, randonnée au travers des rizières ou des volcans de Bali en Indonésie, rencontre d’artistes locaux dans le confort de leur studio à Penang en Malaisie, balade en kayak dans les superbes grottes parsemées de statuettes de bouddhas au Laos, séjour à la ferme en Équateur, visites de marchés locaux au Vietnam afin de choisir ses aliments, suivi d’un cours de cuisine en famille, traversée du désert du Gobi à bord du Trans mongolien de la Chine à la Mongolie,… Les options de manquent pas !

Des exemples de destinations idéales pour un voyage sur mesure d’aventure douce avec guide-chauffeur : l’Afrique australe (Namibie, Botswana, Zambie), l’Argentine, l’Asie du sud-est (Thaïlande, Laos, Vietnam, Cambodge, Birmanie), la Bolivie, l’Équateur, l’Inde, l’Indonésie, le Madagascar, la Mongolie, le Pérou, le Sri Lanka et la Tanzanie. Si vous avez envie de vivre encore plus l’aventure avec un grand « A », pourquoi ne pas partir en auto-tour (où vous conduisez vous-mêmes) par exemple en Afrique du sud, en Argentine, au Chili, au Costa Rica, en Islande, à Hawaï ou bien au Panama.

Il devient rare que le premier périple « d’Aventure douce » reste le seul… Une fois le coup d’envoi donné, le risque de devenir « accro » est bien réel !

Et vous, quelle sera votre prochaine aventure ?

 

Consultez des idées d’itinéraires voyage sur Esprit d’Aventure.

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.

Dunes de sable infinies de la Namibie – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 19 mars 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

283_on-v-Periple_en_Namibie_et_Safari_au_Botswana__Agence_Esprit_d_Aventure

Dès que l’on pense à la Namibie, une image vient en tête : celle des dunes côtières, qui s’étendent au-delà de sa frontière nord avec l’Angola. On n’échappe pas au magnétique Désert du Namib, soit l’une des plus anciens au monde. Il faut avoir escaladé les gigantesques dunes orangées de Sossusvlei (qu’on dit les plus hautes du monde), où la lumière et les couleurs changent avec le souffle du vent sur le sable, pour saisir l’ampleur du chef-d’œuvre. Le territoire est parsemé de l’étrange et tentaculaire plante welwitschia, qui s’abreuve de la fine rosée matinale et peut survivre plus de 1500 ans. À l’approche de la nuit, après un repas concocté sur le feu par mon guide, les chants folkloriques font sortir les étoiles par millions. Le Namib est magique ! Si vous bénéficiez de plus de temps, partez à la découverte des éléphants du désert dans le Damaraland.

51-v-periple-en-namibie-et-safari-au-botswana

Après avoir campé à la belle étoile dans le bush de Spitzkoppe, je prends la route vers la région du Kaokoland. Entre autres pour y faire la rencontre des peuples semi-nomades Himbas, comme leurs femmes sont reconnues mondialement pour leur grande beauté, avec leur corps et leurs cheveux colorés d’une poudre rouge ocra et leur chignon confectionné en peau de chèvre. Un rendez-vous incontournable !

313_on-v-Periple_en_Namibie_et_Safari_au_Botswana__Agence_Esprit_d_Aventure

Derrière l’écran de sable que forme la côte occidentale se cache un tout autre paysage fait de savane boisée d’acacias et de petits villages de huttes de terre sous les immenses baobabs. C’est dans ce décor qu’est établie l’une des plus grandes réserves fauniques d’Afrique : le Parc national d’Etosha. Ici, les zèbres, gnous, oryx et springboks jouent du coude avec les girafes, rhinocéros et autres éléphants pour s’abreuver le soir aux points d’eau, au son du rugissement des lions.

294_on-v-Periple_en_Namibie_et_Safari_au_Botswana__Agence_Esprit_d_Aventure

Encore plus à l’est, la mince bande de Caprivi s’élance entre les pays voisins pour suivre la Rivière de l’Okavango en direction du fleuve Zambèze et nous mener dans un univers d’eau à l’opposé de la côte aride. De nombreux marulas (arbres fruitiers utilisés pour fabriquer la célèbre liqueur crémeuse Amarula) complètent un décor digne de l’image romantique que l’on se fait de l’Afrique authentique. J’embarque dans un mokoro, sorte de long canot sculpté à même un arbre, pour aller à la rencontre des habitants de la rivière : aigles, martins-pêcheurs, cormorans, hérons, toucans, lézards monitor et hippopotames. Tout se passe bien, avant qu’un déluge soudain nous lessive en quelques secondes…

À noter que comme le système routier est des plus simples à se repérer et correctement entretenu, je propose pour les voyageurs un peu plus aventureux de louer un véhicule ou une jeep avec tente sur le toit et de conduire vous-mêmes (avec l’encadrement d’une agence de voyages d’expertise afin de profiter aussi d’une assistance 24h sur place). Vous logerez quand même dans les campements clôturés et aurez accès aux installations sanitaires et au restaurant du lodge.

Fait intéressant : La Namibie est le premier pays à avoir inclus la protection de l’environnement et l’exploitation prudente de la vie sauvage dans sa constitution.

Qu’attendez-vous pour vous « perdre » dans le désert ?

 

Consultez des idées d’itinéraires voyage en Namibie sur Esprit d’Aventure.

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.

Voyager au féminin – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 05 mars 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

11164629_10152789022946039_4703241423695706358_n

Les femmes qui voyagent, ne le font pas de la même façon que les hommes. Qu’on dise ce que l’on voudra, les femmes ne seront jamais tout à fait l’égale des hommes sur le plan physique. Cependant, est-ce que les femmes courent vraiment plus de risques à l’étranger que chez elles? Pas nécessairement car même à la maison, une femme n’a pas les mêmes préoccupations qu’un homme quand il s’agit de sécurité. 

Peu importe l’éducation que nous avons reçu chez nous, à l’étranger (dans certaines cultures plus que d’autres), le regard des autres nous « rappelle » bien souvent que l’on est un « sexe » avant même d’être quoi que ce soit d’autres.

Même après des centaines de départs, j’ai encore personnellement certaines inquiétudes. Pas celles qui m’empêchent de partir, mais celles qui me rappellent d’écouter ma petite voix intérieure. De suivre mon instinct quoi!

 

Quelques astuces pour mieux voyager au féminin:

Se renseigner sur les mœurs et coutumes des pays que l’on visite!

Il est essentiel de s’informer avant le départ à propos des traditions et sur l’étiquette/protocole à respecter, histoire de ne pas choquer les populations. Faites-le par respect pour les femmes du pays, mais aussi pour améliorer vos chances d’interaction avec la population en général qui appréciera vos efforts d’adaptation! 

Prévoyez des vêtements légers et amples!

Avant de partir, les boutiques de plein air sont sans doute les meilleurs endroits pour dénicher des vêtements adaptés aux différents climats et cultures. À destination, les tuniques légères sont par ailleurs idéales pour les endroits plus chauds où il est nécessaire de se couvrir les bras. De manière générale, couvrez vos genoux et vos épaules, peu importe la région du monde. Enfin, le pareo est sans doute l’un des meilleurs amis de la voyageuse. Utile pour se couvrir la tête lors de visites de sanctuaires religieux, mais aussi pour s’en servir comme «porte de toilette»!

Suivez l’actualité!

Consultez assez régulièrement la page web Conseils et Avertissements du Ministère des Affaires étrangères et du Commerce du Canada. Il vous fournira une foule d’informations actualisées. Si votre pays destination connaît une période d’instabilité climatique ou politique, consultez régulièrement la rubrique «Avertissements». Sur place, vous pourriez aussi vous renseigner auprès de votre ambassade dans le pays visité.

Ne faites pas ailleurs ce que vous ne feriez pas chez vous!

Partir avec des inconnus dans un lieu que vous venez de découvrir, encore plus si vous avez quelques verres dans le nez, est une bonne façon de rechercher les ennuis! Évitez de sortir seule la nuit et essayer de prendre les artères principales. Suivez votre gros bon sens! 

Il est fortement recommandé d’avoir recours au service de transport/navette de l’hôtel où vous avez réservé la première nuit!

Dans de nombreux pays, les chauffeurs de taxi touchent une commission de la part des hôteliers s’ils amènent des voyageurs. On risque donc de vous dire que votre hôtel (bien situé et où vous avez au moins réservé la première nuit aux étages supérieurs) a «brûlé» afin de vous amener à un autre hébergement plus familier. La dernière chose dont vous aurez envie après un long vol, c’est bien de devoir vous obstiner avec votre chauffeur.

Vous pouvez partir, vous aussi mesdames, peu importent vos phobies, votre âge ou votre budget!

Référence suggérée : Le voyage pour les filles qui ont peur de tout – Marie-Julie Gagnon & Ariane Arpin-Delorme – Éditions Michel Lafon

 

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.

Les hommes de la forêt de Borneo – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 20 février 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

2013-02-05 14_12_18

Depuis que je suis toute petite, je chéris ce rêve de faire la connaissance de ces « Hommes de la forêt », ces orangs-outans que l’on dit si sensibles et intelligents. C’est donc à partir de Sepilok, petite bourgade située au nord de l’île de Bornéo dans la région malaisienne de Sabah, que je m’enfonce au milieu d’une jungle mystérieuse pendant cinq jours. À bord d’une barque un peu précaire, je navigue sur la rivière Lokan, longeant d’immenses fougères côtoyant de petites huttes en bambou où habitent ces pêcheurs aux filets rafistolés.

Logée dans un lodge des plus authentiques, situé entre une réserve naturelle et un sanctuaire animalier, je reste blottie sous la moustiquaire, au milieu du bungalow à trois murs sur pilotis. C’est si extraordinaire de dormir dans la jungle et d’être attentive à toute cette vie nocturne. À l’aube, en ouvrant l’œil en même temps que cette faune bruyante, la lumière sur le fleuve est superbe sous un couvert de brume.

De nombreuses possibilités de safaris à pied, accompagnée de guides locaux d’expertise affiliés au lodge où je loge, me permette de découvrir une faune des plus exotiques. Cachée au coeur de la jungle et des plaines du Kinabatangan, je fais connaissance avec des singes macaques et gibbons, de grands hérons, des calaos au double bec, des martins-pêcheurs colorés, des lézards monitors et des crocodiles se faisant sécher sur les bancs de sable. Je croise les doigts en espérant apercevoir ces fameux « Hommes de la forêt ». Le mot ourang-outan vient des langues Malais et Bahasa indonesien : Orang se traduit par : homme et Outan par : forêt. Cette espèce de primate, se retrouvant autrefois partout en Asie du Sud-est, survivent maintenant qu’en petites populations se retrouvant seulement sur les îles de Borneo et de Sumatra, en Indonésie. Après quelques heures de balade, une dizaine d’orangs-outans viennent me rendre visite afin de déguster leur repas de bananes. Ils naviguent d’arbre en arbre avec une telle agilité ! Leurs bras, longs d’environ huit pieds, leur donnent une force surprenante.

J’ai aussi la chance d’admirer de grandes familles de singes proboscis, au corps des plus particuliers : nez retroussé lors de leurs premières années et très protubérant par la suite ; immense ventre dû à leurs quatre estomacs ce qui leur permettent de digérer des plantes vénéneuses.

Je ne peux résister d’adopter Chikita, une adorable orang-outan orpheline âgée de 2 ans, par le bais d’un programme de parrainage. La femelle orang-outan ne donne naissance qu’à un seul poupon, et ce, tous les trois à six ans, après une période de gestation d’environ 265 jours ! Elle prendra bien soin de son bébé jusqu’à l’âge de dix ans afin de lui enseigner la survie en forêt. Principalement végétariens, les orangs-outans mangent parfois des insectes. Durant leur période d’apprentissage, ils devront identifier environ deux cent espèces de plantes alimentaires : mangues, figuiers, durians odorants agrémentés de miel, etc..

Ces magnifiques « Hommes de la forêt » font malheureusement partie des espèces en voie de disparition, dû entre autres à la destruction de la forêt tropicale ainsi qu’aux épidémies de tuberculose touchant plusieurs villageois de Bornéo. Donc, si votre cœur vous dit de vous impliquer afin de supporter les efforts du Centre de réhabilitation de Sepilok et qui sait, peut-être même d’adpoter une petite Chikita, n’hésitez pas à contacter l’organisme Orangutan Appeal UK : http://www.orangutan-appeal.org.uk/. De nombreuses possibilités vous sont proposées telles : de devenir un partenaire d’affaires vous offrant une visibilité internationale, d’organiser un évènement pour amasser des fonds, de faire un don, de parrainer un orang-outang pendant deux ans, etc..

Si vous êtes déjà sur place, vivez l’expérience unique de loger dans la jungle chez Uncle Tan. Des contacts bien significatifs avec le personnel du lodge et des moments inoubliables en nature : http://www.uncletan.com.

 

Consultez des idées d’itinéraires voyage en Malaisie sur Esprit d’Aventure.

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.

Séoul : mégapole mutante et noctambule

seoul

Je rêvais de découvrir la Corée du sud depuis déjà un moment… et j’en rêve encore ! Mais en décembre 2014, en chemin vers l’Indonésie, j’ai saisi l’opportunité de faire un saut de 5 jours à Séoul afin de me donner un aperçu de cette mégalopole mutante et noctambule.

 

P1070268

Séoul, cité logée au milieu des montagnes, qui joue entre la démesure des édifices de verre ultramodernes et des néons & entre les quartiers traditionnels et palais royaux de la Dynastie Joseon. On passe littéralement d’un monde à l’autre en l’espace de quelques minutes ! C’est fascinant !

Séoul est considérée comme la capitale culturelle de l’Extrême-Orient. C’est l’occasion parfaite pour visiter des expositions d’artistes avant-gardistes et de sentir la créativité de la nouvelle génération.

 

P1070191

Sur le chemin au départ de l’aéroport, on est d’abord accueilli par des dominos de blocs d’appartements à perte de vue, abritant une population de plus de 25 millions d’âmes. Puis, on tombe sous le charme des maisons de thé, des vielles ruelles et des temples bouddhistes.

 

P1070271

On retrouve une multitude de restaurants familiaux conviviaux et de stands de rue pour savourer une cuisine exotique et assez abordable, bien souvent agrémentée du fameux chou mariné « kimchi » (il y a même le musée du kimchi !).

Si vous avez envie, le Marché aux poissons de Noryangjin est apparemment un incontournable : poisson cru (hoe), ragoût épicé (haemultang), concombre de mer (jeonbokjuk),…

P1070223

Je m’offrirai aussi l’opportunité de vivre l’expérience de manger la nourriture saine de temple, dans une ambiance bien particulière, ou je ne compterai plus le nombre de petits plats. Un incontournable !

 

P1070208

J’ai laissé tomber le café pour siroter du thé (je ne pourrais dire combien…) dans les nombreux salons de thé des quartiers traditionnels de la ville.

 

P1070265

J’en ai aussi profité pour méditer (du moins essayer !) au temple bouddhiste de Jogyesa, assise bien confortablement sur mon coussin, en profitant de l’encadrement de moines et bercée par les incantations. Situé au centre de Séoul, c’est en fait le seul temple bouddhiste traditionnel (de type zen), comme la Dynastie Joseon se méfiait du bouddhisme à l’époque. Celui-ci fut construit en 1910, durant l’occupation japonaise.

 

P1070179

Je me suis évidemment perdue (littéralement) dans les ruelles du superbe quartier traditionnel de Bukchon, accroché à flanc de colline. On y retrouve 900 maisons de style hanok aux toits pointus, tuiles orangées et cours intérieures. C’est un des rares quartiers encore préservé. Le week-end, il est pris d’assaut par les photographes amateurs, qui en profitent pour faire un saut dans ses boutiques, galeries d’art et cafés chics.  

 

P1070302

Même si je n’affectionne pas particulièrement le magasinage, j’ai quand même bien apprécié l’animation de la rue piétonne d’Insa-dong afin de découvrir aussi une foule de petits restaurants traditionnels, maison de thé et échoppes aux trésor. C’est l’endroit pour dénicher ses souvenirs !

Ou bien sillonner les allées du Marché extérieur de Namdaemun où l’on trouve pratiquement de tout : vêtements, chaussures, appareils photo, lunettes, algues, ginseng,… C’est près de là que se trouve le célèbre grand magasin Shinsegae.

 

P1070254

P1070165

À ne pas manquer : la visite du très long Sanctuaire Jongmyo, tout de bois, qui contient ce qu’ils appellent les tablettes funéraires de 19 Rois et 30 Reines de l’ancienne dynastie. Celui-ci est aussi inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais l’entrée sud est même réservée que pour les esprits…

J’ai bien aimé observer les gens jouer aux échecs ou au jeu de go dans le Parc Citizen en face du temple.

 

Gyeongbok-Palace-Seoul-Korea-12

P1070162

 

 

 

 

Le Palais Gyeongbokgung, ou plus communément appelé le Palais du Bonheur (j’adore !) est le plus imposant de la cité. Il représentait le siège du pouvoir de la Dynastie Joseon. Une foule de bâtiments rénovés, la grande Cour intérieure ainsi que son architecture traditionnelle de toits tanchong rouges et verts nous emportent dans un autre monde. On peut aussi y voir la relève de la garde : soldats en costumes d’époque marchant au son de la musique à chaque heure en journée (je suis arrivée en retard… bien sûr !).

 

P1070250

P1070239

P1070226

P1070146

Malgré qu’il faisait un peu froid, comme j’ai découvert Séoul en décembre (il a même neigé à mon départ), je me suis longuement baladé au-travers des Jardins secrets (Biwon) aussi nommé les Jardins de Derrière (Huwon). Il y avait encore des feuilles aux couleurs d’automne. Paysage de cours d’eau et de petits pavillons, propice à l’écriture (malgré que les visites soient des plus encadrées !).

 

P1070298

Quelques heures avant mon départ, j’ai expérimenté le Séoul moderne, ultra connectée et consumériste du quartier de Gangnam. Tout ce qui est des plus superficiel : boutiques de luxe, cliniques de chirurgie esthétique, cafés chic, bars à la mode. Tout le monde est définitivement « tiré à quatre épingles » !

 

luxury-su-noraebang

Après avoir visité les universités de Hongdae pour leur architecture futuriste, il faut se perdre à la tombée de la nuit dans ce même quartier. Sinchon et Itaewon sont aussi de bonnes options pour sentir l’effervescente de la ville et pour partager un verre de « soju » (vin fermenté), avec ses voisins de table.

Découvrir aussi la vie nocturne et la musique pop qui a fait le tour du monde de DVD-Bang à Jonggak.

À ne pas manquer, chanter au karaoké dans la rue. Étant seule, je n’ai pas osé ! Mais je vous recommande les karaoke Su Noraebang qui sont une valeur sûre !

 

P1070263

Séoul, ville des plus sécuritaires où on se sent bien avec ce peuple chaleureux, en oubliant la barrière de la langue… J’avoue être restée sur mon appétit comme ce séjour fut trop court. J’ai vraiment hâte d’y retourner.

N’hésitez pas à nous demander de vous organiser un séjour à Séoul (itinéraires à venir sur notre site web) !

Les grands espaces majestueux d’Islande

L’Islande… un rêve mythique devenu réalité lors d’un premier voyage d’affaires pour Esprit d’Aventure il y a déjà près de 2 ans ! Comme ce fut trop court, Esprit d’Aventure y est retourné cette année !

En 2016, profitant de l’offre de vols directs au départ de Montréal par 3 compagnies aériennes, la destination est des plus populaires ! Tout le monde se l’arrache ! Prenez-vous bien d’avance !

1062_on

© Crédit photo : Marcel Mueller, photographe et guide professionnel / Voyages photos Esprit d’Aventure

Reykjavik, petite capitale mais bien dynamique, regorge de lieux branchés : restaurants, cafés, pubs, magasins, musées, etc..

 

wUOr6fARJsSMTQMiFEDkVdG5SYSJftngAeQYsWGFBrY,R3t27LaJTx51tzV9k7gnceP7GmS7Tr3z4jsxq26XP9A

La Péninsule de Reykjanes est connue pour ses formations volcaniques, ses sources chaudes, ses nombreux phares et bien sûr son fameux Lagon Bleu. Escale idéale sur le chemin de retour vers l’aéroport.

Les attraits de la Péninsule de Reykjanes : Tjornin, Solar Voyager, Perlan, Esja, Hofdi et le Lagon bleu

 

SUD

Les attraits du sud : Thingvellir, Gullfoss, Geysir, Kerid, Skálholt, Seljalandsfoss, Skógafoss, Hekla, Thjórsárdalur, Dyrhólaey, Vík, Skaftafell, Jokulsárlón, Hofn, Vatnajokull, Skaftafell, Jokulsárlón, Hofn, Vatnajokull

Þingvellir_from_the_information_centre

© Crédit photo : Office du tourisme de l’Islande

Région la plus densément peuplée de l’Islande, aussi nommée le fameux Cercle d’Or, le sud du pays a de superbes sites historiques : tels que le Parc national de Thingvellir et les Plaines du Parlement Althing, créé en l’an 930. Une nature florissante de plages noires, calottes glaciaires et de volcans encore actifs offrant de nombreuses possibilités de randonnées..

gullfoss-waterfall-6

© Crédit photo : Office du tourisme de l’Islande

On ne compte plus les énormes chutes dans le pays ! Celles de Gollfoss en valent vraiment la peine même pendant l’hiver, plongeant sur 2 niveaux de 11 et 21 mètres et ensuite vers une crevasse de 32 mètres.

LwSzKJ9god7r3caUa7_vvcfT5OFp6mDD3dSlgnREd4Q

3ieRJQyLNFuqGP3zG5XEbVC5lXDkcCgg5JbFzy5OdU0

zxgu_u74l5T7b7lXNAUxxzvpU1_pSJJ7Ut2N2uSHhY0

WFKhTl6KK6Ttt6GDHd6rpQjetONPbNKXgsJymrBByQM

Le sud est également célèbre pour sa splendeur géologique, où les plaques tectoniques eurasiennes et américaines étirent littéralement le pays. Pour les amateurs d’aventure douce, plongez dans la Fissure de Silfra aux eaux extrêmement claires. Muni d’un bon  »dry suit », la température de 2 degrés Celsius de l’eau vous sera tolérable pendant un moment !  (C’est définitivement l’une de mes expériences COUP DE COEUR en Islande ! Unique !

Poursuivez en après-midi par la visite d’un tunnel de lave, accompagné de votre guide spéléologue. claustrophobes s’abstenir !

am Strokkur Geysir

 

© Crédit photo : Office du tourisme de l’Islande

Vous passerez assurément par la zone géothermique de Geysir, qui a donné le nom à tous les autres geysers. Celui-ci ne jaillit plus mais son petit frère, le Strokkur, le fait, lui, sur une base régulière à toutes les 10 minutes. Vous entendrez bien des  »Ah » et des  »Oh » !

-GSbrIIBi_HhFabftqky9Z7IPlk5cBTq7JbWbFFe-4g,knwQg_ig0rE9rpoAsjebvH9Enuyr6OXUanq_2B6ZoFw

C’est aussi en Islande que j’ai découvert l’existence de la fameuse série  »Game of Thrones » avec une guide des plus passionnées qui nous a raconté l’envers du décor sur certains lieux où ont été tourné des premières scènes !

1321_on

L’Islande se visitant à l’année longue a aussi bien développé son offre de tourisme hivernal ! J’ai ai justement profité embarqué à bord d’un immense camion afin de voyager sur les glaciers pour ensuite prendre part à une balade en moto-neige ! (Malheureusement, la carte mémoire de mon appareil photo a pris le froid…)

 

EST

Les attraits de l’est : Djúpivogur, Minéraux de Petra, Reyðarfjörður, Lagarfljót

76514841

© Crédit photo : Office du tourisme de l’Islande

La région de l’est est parsemée de montagnes et fjords creusés par le glacier durant la dernière glaciation. On y retrouve aussi de petits ports de pêche forts sympathiques. Les fjords de l’est sont connus pour leur variété de musées, entre autres d’histoire ou de minéralogie. Vous pourriez même repérer des rennes sur votre chemin.

 

NORD

Les attraits du nord : Jokulsárgljúfur, , Dettifoss , Ásbyrgi, , Húsavík , Musée de la baleine, Akureyri, Kjarnaskógur, Nonni Maison, Siglufjördur, Dalvík, Dimmuborgir, Mývatn, Krafla

image07mynf37060711_iceland_03

© Crédit photo : Office du tourisme de l’Islande

Les paysages du nord de l’île sont variés et présentent des régions agricoles vertes, des champs de lave ou bien encore des déserts arides. Vous pouvez admirer des paysages lunaires, observer phoques et baleines en mer, les oiseaux au Lac Myvatn, ou bien apprécier l’atmosphère agréable de la petite mais pittoresque ville d’Akureyri.

OUEST

Les attraits de l’ouest : Fjords de l’Ouest, Hólmavík, Ísafjordur, Musée maritime Ísafjordur, Bolungarvík, Hornstrandir, Tingeyri, Látrabjarg, Dynjandi, Patreksfjordur, Stykkishólmur et Flatey 

1054_on

© Crédit photo : Marcel Mueller, photographe et guide professionnel / Voyages photos Esprit d’Aventure

Pour un périple de 2 semaines et plus, ne manquez pas les fjords de l’ouest, en grande partie une réserve naturelle non habitée, réservée aux randonneurs et kayakistes. Au intéressant au niveau culturel, d’expositions sur la sorcellerie aux festivals de musique pop de grande envergure.

HAUTES TERRES DU CENTRE

1055_on

© Crédit photo : Marcel Mueller, photographe et guide professionnel / Voyages photos Esprit d’Aventure

Si vous avez le temps et l’envie de sortir davantage des sentiers battus, parcourez les hautes terres inhabitées du centre. Difficile de vraiment les décrire… il faut le voir pour le croire ! Que vous voyagiez en 4×4 ou à pied, découvrez des espaces intacts d’une beauté désolée, lacs, champs de lave, crêtes couvertes de mousse, montagnes multicolores et calottes glaciaires. Juste en empruntant les pistes, traversant les torrents, est une aventure en soi !

1066_on

© Crédit photo : Marcel Mueller, photographe et guide professionnel / Voyages photos Esprit d’Aventure

N’hésitez pas à discuter avec nos spécialistes Islande chez Esprit d’Aventure et vous inspirer de nos idées d’itinéraires de voyage sur mesure !