Voyager en solo – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 28 mai 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

image (1)

On entend souvent les gens affirmer qu’ils aspirent de partir à la découverte de ce monde si fascinant… mais qu’ils attendent de trouver le ou la partenaire idéal(e) avec qui ils partagent les mêmes intérêts… ou encore que le moment parfait se manifeste.

Mais pourquoi attendre que tous ces éléments, sur lesquels vous n’avez pas vraiment le contrôle, s’alignent dans l’univers?

Relever le défi de voyager en solo, peu importe son âge, c’est enfin faire les choses à sa façon!

C’est définitivement l’une des meilleures façons de se fondre dans l’âme d’un pays et de tisser davantage de liens avec la population.

Personnellement, voyager en solo m’a permis de comprendre qui j’étais, et non de me définir principalement par mon travail. Encore aujourd’hui, ça m’aide à accepter davantage que je n’ai pas le contrôle sur tout et de lâcher prise.

En bref, voyager en solo m’a fait pousser des ailes!

 

Trucs pour mieux voyager en solo:

Écouter son instinct et respecter ses limites

Généralement nos antennes captent les bons signaux! N’oubliez jamais que votre meilleur allié est votre cher gros bon sens. Une invitation à partager un repas peut aussi bien être une occasion extraordinaire de goûter un aperçu de la vie quotidienne des habitants, qu’un guet-apens. De plus, ne précipitez pas les choses. Allez à votre rythme et restez honnête avec vous-même, tant pour le type d’hébergement que pour la nourriture ou l’échange culturel. Si vous avez besoin d’une pause, allez passer quelques jours dans un pays voisin! L’essentiel est d’écouter votre état d’esprit du moment!

Privilégier les lieux d’hébergement avec des pièces communes

Comme les auberges de jeunesse ou les gîtes, peu importe votre âge. Côtoyer d’autres voyageurs en faisant la cuisine, par exemple, permet de tisser des liens plus facilement. Ce n’est pas parce qu’on part seul(e) qu’on a forcément envie de le rester pendant tout le séjour! Ensuite, ayez toujours en main, la carte d’affaires de l’hôtel où vous logez. Très pratique si le sens de l’orientation vous fait défaut et que vous ne maîtrisez pas la langue. Demandez au réceptionniste d’écrire le nom de l’hôtel dans la langue du pays sur la carte.

Évitez la location de voiture

Comme dans certains pays comme la Turquie, la Colombie ou le Mexique pour des raisons de sécurité. Les détournements et vols de voiture ne sont malheureusement pas aussi rares qu’on voudrait le croire ! Si possible, recourez aux services d’un guide-chauffeur (assez abordables pour 2 personnes ou plus) ou optez pour les transports en commun!

Ne montrez aucun signe de richesse

Pas de montre ou de bijou tape-à-l’oeil. Mauvaise idée aussi de vous mettre à filmer avec votre tablette au milieu d’une place publique… encore plus si vous posez vos sacs par terre pour vous livrer à l’exercice! 

Avoir l’air confiant(e)

Tant pis si ce n’est pas le cas! L’important est d’avancer avec assurance et encore mieux de se balader le sourire aux lèvres! Aussi, suivre des leçons d’auto-défense ou apprendre les rudiments d’un art martial peut non seulement vous aider à vous défendre, mais également à vous sentir plus en confiance. Un bon investissement, avant de partir, pour rester maître de soi!

Dormez

N’oubliez pas qu’un corps et un esprit reposés vous aident à rester alerte et à préserver votre système immunitaire. Valable pour toutes les destinations, mais plus particulièrement pour les endroits qui demandent votre pleine réactivité. 

Foncez

Voyager en solo, c’est s’offrir la liberté.

Le luxe de rester dans sa bulle ou d’aller vers les autres si le coeur vous en dit.

La peur devrait être un moteur et non un frein!

Référence suggérée : Le voyage pour les filles qui ont peur de tout – Marie-Julie Gagnon & Ariane Arpin-Delorme – Éditions Michel Lafon

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.

Voyages gourmands – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 14 mai 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

image

La découverte d’un pays ne serait pas complète sans goûter à sa succulente cuisine ! Souvent bien variée d’une région à l’autre, selon les produits frais disponibles, la gastronomie d’une destination s’est aussi appropriée les influences laissées par ces conquérants.

Mais d’où provient cet engouement bien à la mode pour les voyages culinaires ? Déjà, depuis la dernière décennie, dans tous les pays confondus, on retrouve une panoplie d’émissions de télévision co-animées par des célébrités et de grands Chefs ! Sans oublier les nombreux blogues, qui ont un succès fou, religieusement suivis par tous ces foodies afin de dénicher le dernier endroit où il est in de manger.

Que l’on souhaite découvrir de grands crus ou goûter à la cuisine traditionnelle, on retrouve assurément ce souhait pour le « retour à la terre ». Une méthode qui se pratique souvent de père en fils en Europe. Profitez-en pour participer aux vendanges et discuter avec les vignerons !

C’est aussi l’occasion d’y fait la rencontre de grands chefs dans leur restaurant, souvent étoilé Michelin, qui partagent leur talent en cuisinant des plats créatifs.

La France et l’Italie sont considérées depuis longtemps comme des destinations gourmandes de prédilection pour leurs vins bien sûr et aussi leurs recettes plus traditionnelles. Récemment, nous retrouvons aussi le Pays basque espagnol. De la visite d’une ferme traditionnelle de production de fromage de lait de brebis, aux grands restaurants étoilés, en terminant par la dégustation des célèbres pintxos (version basque des tapas), c’est LA destination européenne gastronomique du moment !

Pour la plupart des destinations européennes, le printemps et l’automne semblent être les saisons idéales pour organiser un voyage gastronomique. C’est le moment où l’offre des produits agricoles et viticoles est à son meilleur.

Une autre expérience à ne pas manquer est la balade accompagnée par votre guide au travers de marchés asiatiques bien typiques afin de choisir les ingrédients nécessaires à l’élaboration de savoureux repas. Vous aurez la chance de cuisiner vous-mêmes votre repas et de le déguster en bonne compagnie. De nombreuses options sont offertes en famille au Vietnam et via de petites écoles de cuisine en Thaïlande ou au Japon afin de découvrir quelques rudiments culinaires.

Si vous avez envie de découvrir de nouvelles saveurs, une fusion de la cuisine traditionnelle sur américaine fusionnée avec la cuisine japonaise et chinoise, le Pérou est aussi une destination des plus recherchée en ce moment ! Tous les plus grands Chefs du monde se bousculent pour assister aux congrès, formations et compétitions culinaires prenant place à Lima !

Enfin, si vous êtes de forts amateurs de vins et souhaitez découvrir de nouvelles tendances, le Chili et l’Afrique du sud devraient apparaitre sur votre liste de destinations à ne pas manquer !

Les femmes célibataires, les couples et les jeunes retraités font partie de la clientèle qui semble davantage attirée par ces voyages gourmands. De plus, puisque pour plusieurs voyageurs il s’agit souvent d’une première découverte du dit pays, les itinéraires de voyage comprennent souvent la visite d’attraits touristiques incontournables.

Choisir de faire un voyage gastronomique, c’est aussi découvrir et comprendre la culture d’un pays ! À part les quelques kilos en trop que vous risquez de récolter de ce type de voyage, tout le reste n’est que du bonbon !

 

Consultez des idées de voyages gourmands sur Esprit d’Aventure.

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.

Où partir cet automne ? – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 03 septembre 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

quebec-ete-indien-automne-blog-voyage-trace-ta-route

Ce n’est pas tout le monde qui souhaite ou doit absolument partir en voyage durant la période estivale. Premièrement, le Québec est superbe en été, donc pourquoi ne pas en profiter ? De plus, certaines destinations familiales étant devenues tellement achalandées, surtout en juillet, l’expérience peut même devenir désagréable. Et bien sûr, qui dit congé scolaire, dit hausse des tarifs !

Donc, pour éviter la foule, je vous suggère une belle sélection de destinations où il fait bon de partir en septembre, octobre et même novembre pour certaines d’entre-elles.

Dans l’hémisphère nord, la lumière de septembre est en fait la plus belle de l’année, les grandes villes frémissent d’une activité nouvelle à la rentrée, c’est aussi un moment idéal pour prolonger l’été à la plage ainsi que pour randonner en montagne !

Vacances à la plage :

Europe :

  • En septembre et jusqu’au début octobre, c’est encore l’été mais la fréquentation touristique est plus calme dans les régions et les îles du sud de l’Europe : pensez Grèce, Crète, Portugal, Andalousie, Iles Baléares, Italie (Sardaigne et Sicile) et Croatie.
  • Bain de soleil sur les côtes de la Mer noire qui sont, pour la plupart, désertées : profitez-en en Bulgarieet en Roumanie. 

Océanie :

  • Excellente période pour découvrir la Grande barrière de corail, les plages et les archipels paradisiaques du Queenslandau nord-ouest de l’Australie.

Vacances de repos, culture et randonnée :

Asie :

  • Jusqu’en octobre, la haute saison tire à sa fin, mais le temps est encore clément pour les îles de l’Indonésie. Les îles de Bali et de Java offrent davantage de choix au niveau des infrastructures touristiques et les déplacements (conseillés avec guide-chauffeur) sont moins périlleux pour un voyage de 2-3 semaines. Si vous souhaitez sortir davantage des sentiers battus, les îles de Flores, Komodo, Rinca, Sulawesi et Papua sont extraordinaires autant au niveau nature que culturel. 

Vacances culturelles :

Asie :

  • La Corée du sud et le Japon ne cesseront de vous émerveiller. Un heureux mélange de fortes traditions ancestrales et de modernité ! Ces destinations font aussi parties des plus sécuritaires au monde !

Europe :

  • Septembre est le mois le moins pluvieux de l’année à Stonehenge, et la cohue y est moindre qu’en été pour apprécier ce trésor archéologique de l’Angleterre.
  • Du Lac Majeur au Lac de Côme en passant par Milan et Vérone, la région des lacsau nord de l’Italie est littéralement somptueuse en septembre.
  • Sans oubliez la visite des châteaux d’Écosse et d’Irlande 

Vacances en safari animalier & culturelles :

Afrique :

  • C’est encore la haute saison pour la Tanzanie et le Kenya, mais moins occupée comme les grandes migrations d’animaux sont terminées. En Tanzanie, vous retrouverez aussi une richesse culturelle encore authentique. Je suggère d’encourager les villages Massai subventionnés par le gouvernement, par exemple celui de Longido ou de Mkuru.
  • En septembre-octobre, les baleines franches australes viennent mettre bas à Walker Bay, en Afrique du sud: un rendez-vous incontournable pour l’observation des cétacés, et notamment dans la ville de Hermanus.
  • Le Zimbabwe, à découvrir encadré avec guides et chauffeurs, est en hausse de popularité pour un deuxième ou troisième voyage en Afrique. Ne vous arrêtez pas seulement aux célèbres Chutes Victoria, mais partez aussi à l’observation de la faune.
  • Sans oublier le magnifique Madagascar qui offre une découverte plus touristique suivant la route nationale 7, tout en offrant un périple hors des sentiers battus le long de la côte ouest.

Voyages de randonnée & culturelles :

Amériques :

  • Le Pérou et la Bolivie, cette dernière étant moins touristique, sont à leur meilleur au niveau du climat dans les Andes jusqu’en octobre. Des possibilités de randonnée à l’infinie ! Portez une attention particulière à votre préparation en moyenne et haute altitude !
  • Découvrez les superbes parcs nationaux américains, que l’on oublie souvent !

Asie :

  • Jusqu’au début septembre, les aventuriers et amoureux de la culture tibétaine, trouveront leur bonheur à randonner dans la région du Laddhak, située tout au nord de l’Inde.

Europe :

  • Ruskadésigne en Finlande les couleurs de l’automne ! Un spectacle naturel éphémère qui attire, en septembre, les marcheurs dans le Kainuu, le Koillismaa et en Laponie.
  • Admirez, à pied, les paysages également époustouflants en Norvègeet en Suède. Sans oublier la Suisse et l’Autriche !

Les peuples nomades des steppes mongoles – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 30 avril 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

740_on-v-Balade_equestre_en_Mongolie__Agence_Esprit_d_Aventure

Malgré des réalités quotidiennes souvent bien différentes, les ressemblances sont parfois surprenantes entre le voyageur itinérant et le Mongol nomade…

Dans ce pays plat, tout relief plus haut qu’une maison à deux étages est une montagne « uul ». À l’horizon, quelques groupes de yourtes blanches (« ger » en mongol) se dessinent. Elles semblent se protéger du monde moderne. Selon la légende, la yourte est un symbole de paix et de rassemblement familial. C’est aussi la solution optimale pour contrer aux intempéries. Si la chance vous sourit, vous pourriez même arriver juste au bon moment afin de démonter une yourte. Loger au sein d’une petite communauté locale représente une belle opportunité à saisir afin d’entrer en contact avec une famille. Pourquoi ne pas participer aux tâches quotidiennes : traite des vaches, sciage du bois, coupe du fromage « aruul » à l’aide d’un cheveu, apprendre les rudiments des jeux d’osselets, dégustation de la vodka mongole en compagnie des grands-mères, préparation d’un repas traditionnel tel le ragoût « khorkhog ». Profitez-en pour enfiler l’habit traditionnel « deel », une robe manteau faite de soie ou de drap feutré. Ajoutée d’une écharpe de couleur jaune ou orangée, en guise de ceinture, les hommes sont coiffés d’un chapeau alors que les femmes se recouvrent la tête d’un foulard coloré. Les hautes bottes noires apportent la touche finale.

Il est intéressant de noter que les nomades mongoles ne se déplacent pas par choix de vie et d’envie de liberté, mais plutôt pour des raisons reliées aux conditions climatiques hostiles. Il ne faudrait pas imaginer que le nomadisme est une errance aveugle, au gré des fantaisies; les bêtes ne le supporteraient pas. Vivant dehors tout au long de l’année, ce sont, selon les régions, des troupeaux de bovins, de yaks, de moutons, de chèvres et de chameaux (le chameau de Bactriane, à deux bosses, capable de supporter le rude hiver) qui constituent le mode de subsistance et de revenus principal. Quand l’herbe est épuisée autour de la yourte, la famille et son troupeau se déplacent. Les éleveurs mongols connaissent dès le début de l’année l’ensemble de leur trajet et leurs points de campement. Il s’agit donc bien d’une façon de dominer les éléments de la nature. Même Ourga, l’ancienne capitale, se déplaçait !

En Mongolie où il n’y a pas vraiment de transport en commun, même les routes se déplacent et deviennent ainsi semi-nomades, telles les rivières au travers des saisons. La plupart des nomades se déplacent à cheval, cet animal élégant est bien significatif.

636_on-v-Balade_equestre_en_Mongolie__Agence_Esprit_d_Aventure

L’hospitalité mongole est une tradition ancestrale ! On dit que les nomades sont très rarement surpris par la venue de visiteurs étrangers ou mongols, car leur style de vie est fait pour accueillir tout passant. La coutume étant d’arrêter à chaque campement lors de sa route afin de prendre le thé au lait salé. Ils s’attendent à la même attention en retour lorsqu’ils en auront besoin. Leur mode de vie les a habitués aux courtes rencontres : chacun a son propre chemin à suivre. C’est le pays où la terre est dure et le ciel est loin! L’entraide et la solidarité sont une condition de survie.

Un merveilleux peuple à rencontrer… en arrivant par le train Trans mongolien au départ de la Chine, en randonnée pédestre, en mini-van russe ou bien sûr à cheval…

 

Consultez des idées d’itinéraires voyage en Mongolie sur Esprit d’Aventure.

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.

Le meilleur d’un safari animalier en Tanzanie – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 16 avril 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

IMG_3816

Qui ne rêve pas depuis son enfance de partir en safari animalier au-travers de la savane africaine ? Pour de nombreux voyageurs ou en devenir, c’est souvent le rêve d’une vie.

Une foule de destinations se prêtent à cette expérience. Mais afin de mieux vous orienter, j’ai envie de vous parler des parcs du nord de la Tanzanie, soit la région de prédilection pour un premier safari en Afrique.

Peuplé par les peuples Arusha, Chaggas, Samburu, Iraqw, Sandawe, Hadzabe ainsi que Massai, la Tanzanie est de plus le seul pays africain où il n’y a pas eu de conflit politique depuis son indépendance !

IMG_3873

Débutez votre safari par le parc national d’Arusha. Certes plus petit que ses voisins, mais l’un des plus beaux ! De ses 4500 mètres d’altitude, le Mont Meru fait partie intégrante du paysage. Ces flancs bénéficient aussi d’un sol très fertile pour la culture du café, du blé et du maïs. Parcourant la jungle ainsi que le cratère du Ngurdoto, la faune est des plus abondantes : buffles, sangliers, singes colobes, antilopes, mangoustes,… Pause canoë sur les Lacs Momella où se côtoient hippopotames et flamants roses.

P1080853

Poursuivez vers le parc national de Tarangire, là où l’on retrouve la plus grande concentration d’éléphants au pays ! Quel spectacle inoubliable d’observer des familles de dizaines d’éléphants dans leur habitat naturel sous les immenses baobabs et longeant la rivière. On y rencontre aussi des troupeaux de zèbres, gazelles, impalas, girafes et rhinocéros. Enfin, il n’est pas rare d’y apercevoir des familles de guépards se reposant parmi les herbes hautes avant d’attaquer leur repas du soir.

Longeant la grandiose Vallée du Rift, de la Jordanie au Mozambique, le paysage parsemé de volcans nous amène au parc national du Lac Manyara. Un paradis pour les ornithologues : des milliers de pélicans, cigognes, flamants roses, hérons,… plus de trois cent espèces d’oiseaux des plus colorées vivent sans prédateurs sur les rives de ce lac alcalin. Si vous êtes chanceux, vous pourriez avoir la chance d’apercevoir fameux lions perchés dans les acacias parasols.

IMG_3842

 

 

 

 

 

 

Protégée en tant que patrimoine naturel par l’UNESCO, la réserve de conservation du Ngorongoro est définitivement un  incontournable ! Son cratère, large de vingt km, soit la plus grande caldera au monde, est une vaste plaine de hautes herbes et de marais verdoyants où se balade une importante concentration d’animaux. Peut-être aurez-vous la chance d’observer de très près une horde d’hyènes se régalant. Pique-niquez près d’un étang où l’on peut apercevoir une foule d’hippopotames baillant abondamment. Vous pourriez aussi avoir la chance de rencontrer quelques Massai comme le gouvernement leur permet de descendre dans le cratère en journée afin que leurs troupeaux de vaches puissent se nourrir.

Connu mondialement pour ses deux grandes migrations annuelles, le Serengeti, est aussi à ne pas manquer. Des hordes de 1 million de gnous et de 200 000 zèbres traversent la rivière Grumeti du Masai Mara au Kenya vers le Serengeti en Tanzanie, et ce, pour le plus grand bonheur des grands prédateurs : lions, chacals, hyènes et léopards.

Juste pour ces endroits à eux seuls, vous avez toutes les raisons du monde de partir réaliser votre rêve d’enfance !

 

Consultez des idées d’itinéraires voyage en Tanzanie sur Esprit d’Aventure.

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.

Les voyages d’aventure… douce – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 2 avril 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

Capture-d’écran-2011-08-08-à-13.14.46-350x350

Nous rêvons tous de « partir à l’Aventure », à la découverte de ce monde si vaste et mystérieux ; Se donner la chance de vivre des expériences inusitées ; Chercher l’exotisme pour décrocher de la vie quotidienne ; Sortir un peu plus des sentiers battus et se rapprocher de la population locale,…

Ce n’est que la vision et la définition du concept de « l’Aventure » qui diffèrent d’un individu à l’autre, suivant les expériences passées et la personnalité propre à chacun !

Jusqu’à tout dernièrement, lorsque nous pensions aux « voyages d’Aventure », des images d’activités sportives extrêmes et des conditions de logement et de transport plutôt rustiques nous venaient en tête ! Aujourd’hui, depuis environ les sept-dix dernières années, une grande majorité de voyageurs québécois pratiqueront ce que nous appelons « l’Aventure douce ». Voilà l’essence même de ce type de tourisme : proposer des expériences d’une vie, souhaiter passer des vacances actives proposant des activités accessibles le jour, mais aussi retrouver un certain confort dans un environnement unique le soir ! Car ce n’est pas tout le monde qui a envie et les capacités de réaliser l’ascension du Kilimandjaro ou bien de loger en camping plusieurs semaines au milieu du désert du Sahara !

Une foule d’activités sont maintenant offertes pour satisfaire votre soif « d’aventure douce » : safari animalier en jeep privé au Kenya et nuitée en tented camp confortable, nuitée chez l’habitant en Thaïlande (une fois pendant le séjour peut suffire à votre expérience), croisière en voilier/catamaran aux Bahamas en participant aux manœuvres, observation de la faune et de la flore avec un guide naturaliste au Costa Rica, randonnée au travers des rizières ou des volcans de Bali en Indonésie, rencontre d’artistes locaux dans le confort de leur studio à Penang en Malaisie, balade en kayak dans les superbes grottes parsemées de statuettes de bouddhas au Laos, séjour à la ferme en Équateur, visites de marchés locaux au Vietnam afin de choisir ses aliments, suivi d’un cours de cuisine en famille, traversée du désert du Gobi à bord du Trans mongolien de la Chine à la Mongolie,… Les options de manquent pas !

Des exemples de destinations idéales pour un voyage sur mesure d’aventure douce avec guide-chauffeur : l’Afrique australe (Namibie, Botswana, Zambie), l’Argentine, l’Asie du sud-est (Thaïlande, Laos, Vietnam, Cambodge, Birmanie), la Bolivie, l’Équateur, l’Inde, l’Indonésie, le Madagascar, la Mongolie, le Pérou, le Sri Lanka et la Tanzanie. Si vous avez envie de vivre encore plus l’aventure avec un grand « A », pourquoi ne pas partir en auto-tour (où vous conduisez vous-mêmes) par exemple en Afrique du sud, en Argentine, au Chili, au Costa Rica, en Islande, à Hawaï ou bien au Panama.

Il devient rare que le premier périple « d’Aventure douce » reste le seul… Une fois le coup d’envoi donné, le risque de devenir « accro » est bien réel !

Et vous, quelle sera votre prochaine aventure ?

 

Consultez des idées d’itinéraires voyage sur Esprit d’Aventure.

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.

Dunes de sable infinies de la Namibie – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 19 mars 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

283_on-v-Periple_en_Namibie_et_Safari_au_Botswana__Agence_Esprit_d_Aventure

Dès que l’on pense à la Namibie, une image vient en tête : celle des dunes côtières, qui s’étendent au-delà de sa frontière nord avec l’Angola. On n’échappe pas au magnétique Désert du Namib, soit l’une des plus anciens au monde. Il faut avoir escaladé les gigantesques dunes orangées de Sossusvlei (qu’on dit les plus hautes du monde), où la lumière et les couleurs changent avec le souffle du vent sur le sable, pour saisir l’ampleur du chef-d’œuvre. Le territoire est parsemé de l’étrange et tentaculaire plante welwitschia, qui s’abreuve de la fine rosée matinale et peut survivre plus de 1500 ans. À l’approche de la nuit, après un repas concocté sur le feu par mon guide, les chants folkloriques font sortir les étoiles par millions. Le Namib est magique ! Si vous bénéficiez de plus de temps, partez à la découverte des éléphants du désert dans le Damaraland.

51-v-periple-en-namibie-et-safari-au-botswana

Après avoir campé à la belle étoile dans le bush de Spitzkoppe, je prends la route vers la région du Kaokoland. Entre autres pour y faire la rencontre des peuples semi-nomades Himbas, comme leurs femmes sont reconnues mondialement pour leur grande beauté, avec leur corps et leurs cheveux colorés d’une poudre rouge ocra et leur chignon confectionné en peau de chèvre. Un rendez-vous incontournable !

313_on-v-Periple_en_Namibie_et_Safari_au_Botswana__Agence_Esprit_d_Aventure

Derrière l’écran de sable que forme la côte occidentale se cache un tout autre paysage fait de savane boisée d’acacias et de petits villages de huttes de terre sous les immenses baobabs. C’est dans ce décor qu’est établie l’une des plus grandes réserves fauniques d’Afrique : le Parc national d’Etosha. Ici, les zèbres, gnous, oryx et springboks jouent du coude avec les girafes, rhinocéros et autres éléphants pour s’abreuver le soir aux points d’eau, au son du rugissement des lions.

294_on-v-Periple_en_Namibie_et_Safari_au_Botswana__Agence_Esprit_d_Aventure

Encore plus à l’est, la mince bande de Caprivi s’élance entre les pays voisins pour suivre la Rivière de l’Okavango en direction du fleuve Zambèze et nous mener dans un univers d’eau à l’opposé de la côte aride. De nombreux marulas (arbres fruitiers utilisés pour fabriquer la célèbre liqueur crémeuse Amarula) complètent un décor digne de l’image romantique que l’on se fait de l’Afrique authentique. J’embarque dans un mokoro, sorte de long canot sculpté à même un arbre, pour aller à la rencontre des habitants de la rivière : aigles, martins-pêcheurs, cormorans, hérons, toucans, lézards monitor et hippopotames. Tout se passe bien, avant qu’un déluge soudain nous lessive en quelques secondes…

À noter que comme le système routier est des plus simples à se repérer et correctement entretenu, je propose pour les voyageurs un peu plus aventureux de louer un véhicule ou une jeep avec tente sur le toit et de conduire vous-mêmes (avec l’encadrement d’une agence de voyages d’expertise afin de profiter aussi d’une assistance 24h sur place). Vous logerez quand même dans les campements clôturés et aurez accès aux installations sanitaires et au restaurant du lodge.

Fait intéressant : La Namibie est le premier pays à avoir inclus la protection de l’environnement et l’exploitation prudente de la vie sauvage dans sa constitution.

Qu’attendez-vous pour vous « perdre » dans le désert ?

 

Consultez des idées d’itinéraires voyage en Namibie sur Esprit d’Aventure.

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.