Île du sud, Nouvelle-Zélande : Fjords, lacs et vignobles – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 03 juin 2017

– Par Ariane Arpin-Delorme

 

 

Il y a 2 semaines, je vous faisais rêver (je l’espère !) de l’île du Nord en Nouvelle-Zélande : volcans, geysers et traditions maories. Je poursuis donc dans la même lignée afin de vous inspirer cette fois-ci à découvrir l’île du Sud, aux paysages complètement différents de celle du nord. En fait, avant de poser les pieds en Nouvelle-Zélande, j’avais en tête ces images dramatiques de fjords à perte de vue que l’on retrouve au sud. Croyez-moi, vous serez bien choyé !

Afin de vous guider vers une première ou seconde expérience, voici quelques activités hors des sentiers battus sur l’Ile du Sud encore une fois que j’ai TESTÉ moi-même et que je vous recommande suivant vos intérêts :

 

Travailler votre équilibre sur une planche de SUP (« Stand Up Paddle » ou Paddle Board ») à Wanaka : La région du Lac Wanaka propose des vues incroyables et est aussi moins touristique que celle de Queenstown. Explorez le Lac Wanaka en kayak, le quatrième plus grand lac néo-zélandais, sculpté par les glaciers et entouré par les Alpes du Sud.  Ou bien descendez les quelques rapides de la rivière Upper Clutha en SUP, activité des plus populaires accessible autant aux familles qu’aux voyageurs plus aventuriers. Une expérience inoubliable en plein air dans des endroits franchement magiques ! Le tout se terminant par un bon café et goûter sur le bord de la rivière ou du lac en toute tranquillité !

Je vous conseille de profiter de ces activités guidées avec l’équipe d’expertise de Paddle Wanaka. Si vous avez un peu plus de temps, vous pourriez même prendre des cours plus avancés afin de peaufiner vos techniques : www.paddlewanaka.co.nz

 

Naviguez dans les grottes à la recherche de vers luisants : On en retrouve plusieurs de ces grottes « magiques » en Nouvelle-Zélande ! Au départ de Te Anau, partez en croisière afin de découvrir la grotte de Cavern House, une merveille géologique souterraine, âgée seulement de 120 000 ans. Cette dernière, découpée par la force de la rivière, en résulte un réseau torsadé de passages calcaires et de chutes d’eau. Dérivez ensuite dans l’obscurité silencieuse sous le rayon lumineux de centaines de vers luisants.

Pour plus d’information : www.teanau.net.nz/Glow-worm-caves

 

Passez la nuit sur le Milford Sound, seul au monde : Le parc national de Fiordland, et ses 13 fjords, est protégé au patrimoine mondial de l’UNESCO. La route pour se rendre au Milford Sound, le plus célèbre et accessible des fjords, est un voyage alpin spectaculaire ! Afin d’éviter la grande foule de navires de croisière et d’hélicoptères, l’idéal est de prendre part à une croisière offrant de passer la nuit au milieu du fjord. En chemin, à même sur le Milford Sound, vous croiserez d’immenses chutes et qui sait peut-être quelques dauphins et pingouins. Avant la tombée de la nuit, profitez d’une balade en kayak au milieu des phoques et bancs de poissons agités (fait vécu !). Ne manquez pas d’observer le magnifique ciel étoilé, confortablement installé sur le pont principal du navire.

 

Partez à l’aventure dans le parc national de Fiordland : Un coin chéri du monde où les montagnes et les vallées rivalisent entre elles, où la majesté est presque au-delà de la compréhension, les précipitations sont mesurées en mètres et les paysages amènent des émotions démesurées. C’est ce que décrit en d’autres mots l’auteur du livre « Mountains of Water – The Story of Fiordland National Park ». Assis dans un véhicule 4WD confortable, laissez-vous guider vers des sentiers forestiers complètement « enchantés » et encore intacte ainsi que vers des sommets afin d’accéder aux meilleures vues de la région. Vous n’en croirez juste pas vos yeux ! Apprenez-en davantage sur l’histoire de la région avec votre guide kiwi. Sortez définitivement des sentiers battus afin de découvrir la flore et la faune de la région et en partageant un pique-nique sur le bord de la plage au milieu de nulle part.

Je vous conseille de profiter de cette excursion et randonnées accompagné d’un guide-chauffeur, à bord d’un véhicule bien spécial de type tout-terrain, avec la sympathique équipe de Wild Rides : www.wildridesfiordland.co.nz

 

Encore une fois, il est difficile de choisir quel coin de pays découvrir pour un premier ou même un second voyage comme tout est particulièrement superbe ! Voici d’autres activité à essayer :

  • Prenez part à ce fameux vol en hélicoptère dont vous avez toujours rêvé ! Pour une expérience plus authentique, je vous suggère de voler au-dessus du Lac Manapori, fjords et sommets environnants (au lieu de Milford Sound bien occupé en journée).
  • Kayak sur les eaux turquoise et randonnée au parc national Abel Tasman dans la région de Nelson ;
  • Vélo le long des nombreux vignobles bien connus de la région de Marlborough ainsi qu’à Rippon, près de Wanaka ;
  • Observation des bébés phoques qui s’amusent dans les bassins naturels de Kaikoura ;
  • Te Anau ainsi que le Le lac Manapouri constituent aussi des points de départ idéaux pour découvrir les fjords de Doubtful Sound, offrant une excellente expérience en milieu sauvage. Vous risquez même d’être récompensés par la visite de dauphins lors de votre croisière – Te Anau, capitale de la randonnée, offrent de superbes possibilités : Milford, Kepler Track et Routeburn Track.
  • Découverte de la réserve scénique de Pelorus, à Nelson, et de son histoire maorie. Empruntez le pont de cordes de Rai tout en profitant du spectacle de la flore, de la faune endémiques ;

 

Qu’attendez-vous pour venir me jaser de la Nouvelle-Zélande ? Au plaisir d’avoir vos commentaires !

Louez une villa ou Échangez votre maison / Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 15 avril 2017

– Par Ariane Arpin-Delorme

 

 

Vous cherchez à expérimenter divers types d’hébergement au lieu de loger en hôtel traditionnel et aimeriez profiter de la chance de peut-être rester plus longtemps à destination ? Vous auriez envie de sentir davantage la vie animée d’un quartier en particulier en vous retrouvant aussi dans un lieu plus chaleureux ?

Que vous soyez en couple, en famille ou en groupe d’amis, la location d’une villa est une agréable formule de plus en plus en demande afin de se retrouver dans un lieu plus intime.

Que ce soit simplement pour un séjour de repos dans un endroit paradisiaque, un combiné avec une croisière en voilier ou bien un circuit à la découverte de la destination, louer une villa est idéal !

Cependant, quoique vous pensiez peut-être réduire les dépenses, surtout au niveau des repas, les tarifs actuels pour loger en villa sont souvent un peu plus que pour loger à l’hôtel. Ça vaut donc la peine si vous êtes au moins 6 personnes à partager la même villa, comme la plupart d’entre-elles bénéficieront de 3 à 5 chambres.

*À noter que plusieurs villas demandent de rester un minimum de 5 nuitées.

Astuce : Je propose la plupart du temps de louer une voiture comme de nombreuses villas sont situées assez loin des centres et ce, afin de faire vos achats à l’épicerie et pour partir en excursion.

En louant une villa, vous aurez aussi l’occasion cuisiner vos repas et donc d’économiser sur les coûts de la nourriture. Mais vous pourriez aussi vous laisser gâter en vous réservant les services d’un chef pour vous cuisiner quelques repas spéciaux ou pendant toute la semaine.

Après tout, vous serez en vacances !

En résumé : Pourquoi louer une villa ? 

  • Plus d’espace et d’intimité qu’à l’hôtel
  • Plusieurs villas, gérées par des agences immobilières, offrent maintenant un service de concierge personnel afin de vous conseiller et de personnaliser vos vacances
  • Meilleur rapport qualité/prix si on est nombreux à partager la villa
  • Possibilité de cuisiner vos propres repas
  • Ne pas vivre dans ses bagages, comme vous vous ne changez pas d’endroit
  • Simplicité pour des vacances en famille
  • Pas de restrictions de dates
  • Tranquillité d’esprit

Il y a vraiment une vaste sélection de villas de location maintenant proposée dans le monde, des plus privées aux plus luxueuses.  

Des idées de destinations inspirantes où l’on retrouve de nombreuses villas à louer : Costa Rica, Grèce, Italie, Mexique, Barbade, Hawaii, Maroc, Indonésie, etc..

 

Quelques conseils pour louer une villa :

  • Commencez vos recherches d’avance: Encore plus si vous prévoyez voyager en haute saison ou que vos dates ne sont pas très flexibles. Je recommande de vous y prendre de 6 à 8 mois avant le voyage.
  • Restez ouvert à différentes propositions auxquelles vous n’aviez pas songé afin qui sait, de peut-être découvrir un petit bijoux de quartier ou un coin de paradis !

 

Dans la même lignée, pourquoi ne pas essayer l’échange de maisons (ou d’appartements, de chalets…), qui ne cesse aussi de gagner en popularité ?

Ce type d’hébergement n’est effectivement pas fait pour tout le monde. Il faut être avant tout à l’aise avec l’idée que quelqu’un vive dans votre univers pendant votre absence (et vice-versa). Mais si c’est le cas, vous avez peut-être trouvé une bonne façon de voyager plus souvent. Sans oublier que ça permet entre autres de réduire ces dépenses !

Quelques points à garder en tête lors d’une première expérience :

  • Décrivez en détails votre maison à échanger : combien de personnes peut-elle accueillir, type de pièces, jardin ou cour extérieure, etc.. N’hésitez pas à parler de votre quartier : commerces dans les alentours, distance de l’aéroport, du centre-ville et des transports en commun, etc.. Ajouter de nombreuses photos afin d’attirer l’intérêt. 
  • N’hésitez pas à planifier des rendez-vous téléphoniques pour en apprendre davantage sur les gens qui s’intéressent à votre maison et chez qui vous aimeriez loger. 
  • Les assureurs encouragent l’échange de maisons comme les cambriolages ont souvent lieu pendant les vacances. Par contre, en cas de bris ou de vols, vous risquez de ne recevoir aucune protection de l’assurance, puisque les visiteurs ont accès à la maison. 
  • Gardez en lieu sûr certains objets précieux pendant l’échange de maisons ou confiez-les à quelqu’un de confiance. 
  • N’oubliez pas d’informer vos voisins avant que vos visiteurs s’installent chez vous ! 

 

Quelques adresses pour l’échange de maisons :

  • HomeLink : homelink.org
  • TrocMaison : trocmaison.com
  • HomeForExchange : homeforexchange.com
  • Homelidays : homelidays.com
  • Be Mate : bemate.com
  • One Fine Stay : onefinestay.com
  • CanadaStays: canadastays.com

 

Au plaisir de recevoir vos commentaires, astuces et trouvailles !

Île du nord, Nouvelle-Zélande : Volcans, geysers et traditions maories – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 27 mai 2017

– Par Ariane Arpin-Delorme

Je rêvais depuis si longtemps de découvrir la Nouvelle-Zélande, pays aux mille facettes et fort de traditions maories. La destination offre certainement les plus beaux panoramas que j’ai eu la chance de découvrir ! J’y ai aussi fait la rencontre d’un peuple franchement sympathique, accessible et vivant à leur propre rythme.

Afin de vous guider vers un premier voyage, voici quelques activités davantage hors des sentiers battus sur l’Ile du Nord que j’ai TESTÉ moi-même et que je vous recommande chaudement suivant vos envies du moment :

Croisière à White Island : Au départ de Whakatane, joignez une croisière afin d’explorer le seul volcan marin actif de la Nouvelle-Zélande. La majorité du volcan se retrouve en fait sous la mer, ce qui vous donne la chance unique d’accéder au cratère si facilement. Équipé d’un casque et masque si nécessaire, vous pourrez vous approcher des bassins et ruisseaux volcaniques bouillonnants et du magnifique lac acidique. Les teintes vives de jaune et d’orange résultant du sulfure abondant sur l’île en font une destination rêvée pour l’œil du photographe.

Pour plus d’information : http://www.whiteisland.co.nz/

 

Randonnée dans les parcs de Waiotapu Thermal Wonderland ainsi que de la Vallée volcanique de Waimangu : Ressentez les forces exceptionnelles géothermiques dans les alentours de Rotorua. Soyez témoin de la diversité de cratères volcaniques multicolores, sources d’eau chaude, fumeroles bouillants, terrasses de silice de couleurs vives ainsi que de la plus grande ébullition au pays du geyser Lady Knox qui éclate quotidiennement jusqu’à 20 mètres de haut.

Je vous conseille de profiter de cette randonnée accompagné d’un guide de Nature Connections : www.natureconnections.co.nz

 

Marche sous les lanternes du Tree walk : Via une nouvelle passerelle de 553 mètres, vous traverserez l’impressionnante forêt de Redwoods, toujours située à Rotorua. Un travail d’ingéniosité remarquable, dans le plus grand respect de l’environnement, suspendu à plus de 12 mètres de haut à de majestueux séquoias centenaires. Cette marche convient à tous les âges comme elle ne nécessite aucun équipement de protection. Pour une expérience encore plus magique, allez-y au coucher du soleil lorsque les immenses lanternes faites de bois s’illuminent.

Pour plus d’information : http://www.treewalk.co.nz/en_US/

 

Farniente à la péninsule de Coromandel : Connue pour son littoral emblématique, 400 km de refuges naturels, ses plages immaculées ainsi que sa jungle spectaculaires, Coromandel est un petit bijou ! Destination préférée néo-zélandaise, la péninsule se retrouve à moins d’une heure et demie d’Auckland. Un service de traversier est maintenant offert. Creusez votre propre bassin dans le sable à la plage de Hot Water afin de vous baigner dans l’eau chaude. Découvrez les icônes de la région : Cathedral Cove et New Chum beach. Le patrimoine des anciennes cités minières a laissé d’intéressantes reliques à découvrir dans les collines boisées. Et que dire de la superbe gorge de Karangahake.

Je vous conseille de profiter d’une excursion accompagnée d’un guide de Coromandel Adventures : http://www.coromandeladventures.co.nz/

 

Difficile de choisir quel coin de pays découvrir pour un premier voyage comme il y a tellement d’activités à expérimenter. En voici d’autres à essayer :

  • Randonnée le long du sentier de Torongiro crossing;
  • Vélo le long des nombreux vignobles de la région de Hawke Bay;
  • Voilier à partir d’Aukland à bord d’une embarcation de compétition ;
  • Tyrolienne et dégustations de vins à l’île de Waiheke ;
  • Expérience en famille maorie afin de partager leur quotidien ;
  • Sautez en chute libre (sky diving) originaire de la Nouvelle-Zélande dans la région du Lac Taupo.

 

Je suis follement tombée amoureuse de la Nouvelle-Zélande et ne peux attendre d’y reposer les pieds !

Le rêve d’une vie : Observer les gorilles des montagnes au Rwanda – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 13 mai 2017

– Par Ariane Arpin-Delorme

 © Tous droits réservés – Nelis Wolmarans

Imaginez-vous à parcourir la jungle dense des montagnes du Rwanda à la rencontre des rares familles de gorilles des montagnes, telle la primatologue Dian Fossey…

 

Vous ne pourrez rester indifférents suite à la rencontre des plus privilégiées avec ces magnifiques créatures ressemblant de si près à l’homme… Je suis choyée d’avoir eu l’opportunité de vivre cette expérience deux fois plutôt qu’une, soit au Rwanda l’année passée et il y a quelques mois en Ouganda. Ces moments uniques des plus significatifs restent définitivement à jamais graver dans ma mémoire et je dois avouer avoir même versé quelques larmes !

 

On retrouve en fait qu’une dizaine de familles de gorilles des montagnes dans ces 3 parcs limitrophes : le parc national des Volcans au Rwanda,  le parc national de la forêt impénétrable de Bwindi en Ouganda ainsi que le parc national des Virunga en République démocratique du Congo. La situation politique tendue de cette dernière destination rend cependant les visites touristiques plus difficiles et le braconnage est malheureusement encore présent.

 

Cette dizaine de familles de gorilles est accessible à recevoir, en nombre bien limité, de petits groupes de touristes accompagnés. Cette activité fait maintenant partie intégrante de l’industrie du tourisme du Rwanda et de l’Ouganda et ce, de façon durable et responsable pour les communautés en général et celle vivant du braconnage dans le passé.

 

 

© Tous droits réservés – Nelis Wolmarans

RWANDA

Laissez-moi vous parler davantage de ma première expérience au « pays aux mille collines » pour laquelle je suis tombée en amour. Le Rwanda, aux paysages couverts de bananeraies et de plantations de thé, jouit d’un climat bien agréable, situé en moyenne altitude. Le long d’une route sinueuse, je me dirige vers Musanze où j’y passe la nuit à la chaleur du foyer dans ma chambre modeste. Au même moment, une équipe de 2-3 pisteurs partent à la recherche de l’endroit où chaque famille de gorilles aura établit son ‘’nid’’ temporaire pour la nuit. Les premières lueurs de l’aube déchirent les pans de brume accrochés aux sommets des Karisimbi, Sabyinyo, Visoke, géants endormis aux pentes envahies par une végétation luxuriante. Je pars faire connaissance de mon guide d’expertise ayant passé la grande majorité de sa vie à interagir avec les gorilles, le considérant pratiquement comme membre de leur famille. Suivant ma préférence de marcher davantage en terrain plus escarpé, on m’assigne la famille Titus plus isolée au travers de la jungle dense (clin d’œil aussi à la famille de gorilles Bweza que j’ai eu la chance de rencontrer en Ouganda !). Des parcours plus accessibles sont aussi offerts selon où se retrouvent les familles composées de 8 à 20 membres. Je pars donc à l’aventure en randonnée, avec l’aide de guides et de porteurs ouvrant le chemin si nécessaire. Une belle complicité s’installe. Après plusieurs heures, les pisteurs nous annoncent que nous approchons de notre famille Titus, entrain de prendre une pause déjeuner avant de quitter vers leur prochain ‘’nid’’. La frénésie dans l’air est définitivement palpable et j’ai du mal à contenir ma nervosité.

© Tous droits réservés – Nelis Wolmarans

Malgré que l’on nous demande de garder une distance de 7 mètres en général, l’environnement fait que je me retrouve à pratiquement 1 mètre de Titus. La scène est presque trop parfaite, l’herbe bien tapée, rien n’encombre ma vue. C’est même des plus intimidants, mais en même temps complètement fou de partager en quelque sorte un bout du quotidien de ces anthropoïdes. Le permis nous permet de rester qu’une heure en la présence des familles, déjà que l’on dérange quelque peu leur quotidien, malgré toutes les précautions prises !

Titus est composée du mâle au dos argenté bien sûr (qui peut atteindre jusqu’à 250 kg et 1,70 m) toujours un peu en retrait des autres gardant un œil protecteur, de 3 mâles adolescents au dos noir, de 3 femelles ainsi qu’un bébé. Débonnaires, ils se nourrissent tranquillement dans leur univers végétal, se reposent et se donne des marques d’affection. Je croise le regard de certains, mais ne peut tenir longtemps de peur de déclencher une réaction. Il y a définitivement une émotion et compréhension qui traversent nos regards : une intensité difficile à expliquer. Il faut assurément le vivre pour bien comprendre !

COÛTS

Ce genre d’expérience exclusive a effectivement un coût élevé et ce, afin de limiter le nombre de voyageurs et surtout afin qu’une bonne partie des revenus qui en découle retournent aux équipes de guides, pisteurs, porteurs et communautés environnantes, qui vivaient autrefois entre autres du braconnage. Le coût du permis au Rwanda était au coût de 750$US par personne (au contraire de 450$US en basse saison et 600$US en haute saison dans la forêt impénétrable de Bwindi en Ouganda). Cependant, au même moment d’écrire cette chronique, j’ai reçu un avis officiel du gouvernement rwandais confirmant l’augmentation des frais, soit maintenant au coût de 1500$US par personne, effectif immédiatement pour toutes les nouvelles demandes. Des possibilités d’escompte allant de 15 à 30% seront possibles en combinant d’autres parcs et pour le tourisme d’affaires. Cette décision a pour but de renforcer la conservation du parc national des volcans au Rwanda et de contribuer au développement durable des communautés qui l’entourent. L’industrie du tourisme au Rwanda a réagi assez fortement ayant peur que le tourisme diminue, malgré les intentions responsables du gouvernement. C’est à suivre !

PROJETS DE CONSERVATION / VLLAGE CULTUREL DE IBY’IWACU

Partir en expédition à la découverte des gorilles des montagnes c’est aussi se donner la chance de rencontrer des peuples qui vivent de façon encore bien authentique et qui souhaitent de tout coeur partager avec vous la richesse de leurs traditions hautes en couleurs. Ceux-ci comprennent maintenant l’importance de protéger et conserver la faune qui les entoure, ouvrant de nouvelles opportunités maintenant auprès de l’industrie du tourisme. Avec la menace d’extension de plusieurs espèces, en tant que voyageur, il est essentiel à mon avis d’encourager les associations et organismes qui mettent en place des projets de sensibilisation à la conservation et réhabilitation de la faune, d’éducation et de valorisation des communautés locales. Ces derniers prennent des actions drastiques pour essayer d’enrayer le braconnage.

Je vous recommande fortement de visiter le village culturel de Iby’Iwacu, conçu exclusivement dans cet esprit de conservation et durabilité : http://cbtrwanda.org/

POINTS FORTS DU RWANDA :

La visite du musée du génocide de Kigali (difficile mais essentiel) ;

L’observation des derniers gorilles de montagne au parc national des volcans ;

La visite du village culturel de Iby’Iwacu ;

La cueillette du thé et dégustation dans les superbes plantations ;

La rencontre avec les chimpanzés et autres primates de la forêt de Nyungwe ;

La balade sur le lac Kivu parsemé de milliers d’îles ;

Les paysages verdoyants et de terre rouge des 1000 collines…

 

C’est fut définitivement l’une des expériences les plus incontournables que j’ai vécus de toute ma vie !

 

 © Tous droits réservés – Nelis Wolmarans