Voyager en train d’exception – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 25 juin 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

Train au Sri Lanka - Crédit photo Ariane Arpin-Delorme

On ne voyage plus en train seulement pour se déplacer, mais pour vivre cette expérience comme une destination en soi !

Le périple en train devient donc la motivation même d’un voyage !

Le train permet parfois de faire des escales ; d’autres trajets vous conduisent du point A au point B. Il permet aussi de sortir des circuits touristiques classiques, dans des endroits plus ou moins accessibles par la route, et de rejoindre des villages plus isolés comme en Suisse par exemple.

En plus d’offrir une délicieuse parenthèse et l’occasion de voir défiler le paysage changeant, le train offre l’opportunité de faire des rencontres surprenantes avec les voyageurs partageant votre cabine… autour d’un thé.

Un peu d’histoire…

Les voyages de loisir ont augmenté considérablement suite à la révolution industrielle au Royaume-Uni. L’Angleterre fut le premier pays européen à promouvoir ce type de voyage auprès de la classe moyenne (propriétaires d’usines et commerçants).

En 1830, la ligne de chemin de fer reliant Liverpool à Manchester est ouverte. La première locomotive peut maintenant transporter rapidement aussi bien du charbon que des voyageurs. C’est là le point de départ du développement des chemins de fer pour le tourisme.

En 1841, Tomas Cook organisa son premier groupe de 540 personnes joignant un périple en train. Quelques années plus tard, ce dernier met sur pied sa propre agence de voyages organisant des déplacements en train pour le loisir, tel le « Grand tour en boucle d’Europe », ainsi que des voyages en Suisse, en Italie, en Égypte et aux États-Unis.

Trans mongolien - Crédit photo - Xavier Arpin-Delorme

Des parcours inspirants…

Le Trans mongolien de Beijing en Chine à Ulaanbaatar en Mongolie, un trajet de 30 heures sans longs arrêts, à l’exception d’une escale de 4 heures à la frontière. On doit effectivement changer de rail, la Chine utilisant des rails différents afin de se protéger dans le passé d’attaques extérieures. On loge en cabine de 4 personnes, 2 couchettes superposées, avec accès à de l’eau chaude seulement. Il est conseillé de faire vos provisions de nouilles « ramen » avant le départ ! Vous serez principalement avec des touristes. C’est bien impressionnant de traverser le Désert du Gobi !

Le Transsibérien régulier d’Ulaanbaatar en Mongolie à Moscou en passant par Saint-Petersburg, la Sibérie et le Lac Baikal en Russie représente un rêve pour bien des voyageurs ! On s’y retrouve aussi avec des Russes, souvent en affaires, et pas seulement avec des touristes. Un wagon restaurant ainsi que des cabines de 2 ou 4 couchettes sont disponibles. Il est bien sûr fortement recommandé d’inclure des arrêts et visites en chemin. Il existe aussi le Transsibérien Express, ou vous serez traité aux petits soins, pour environ 3-4 fois le tarif.

Le Maharaja Express en Inde est un incontournable pour les portefeuilles plus importants. Le service est impeccable ! À noter que les autres trains locaux de catégorie 2e classe en Inde sont très simples. Il n’est plus vraiment possible de voyager en 1ère classe, quand même aussi de confort spartiate, comme cette catégorie est maintenant réservée aux gens hauts placés. Et voyager en 3e classe, eh bien, c’est plus qu’une aventure !!!

En Chine, au contraire de l’Inde, le confort offert dans les trains est très bien. Mais, dû à la grande augmentation du tourisme local, il n’est plus possible de réserver des cabines complètes ou à deux personnes afin d’avoir un peu plus d’intimité. Il vous faudra partager à 4 personnes.

En Thaïlande et au Vietnam, la 2e classe est aussi correcte. On installera même votre couchette pour vous. Si vous souhaitez vous gâter un peu, prenez le train Victoria Express d’Hanoi vers Lao Cai (Sapa) au nord, mais il faudra aussi loger à l’hôtel Victoria 4*.

Sans oublier l’Orient Express de Paris à Istanbul, le triangle Prague-Vienna-Budapest et bien sûr, le Canadien de Toronto à Vancouver.

Bon périple !

 

Consultez des idées d’itinéraires voyage en train d’exception sur Esprit d’Aventure.

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.

Les peuples nomades des steppes mongoles – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 30 avril 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

740_on-v-Balade_equestre_en_Mongolie__Agence_Esprit_d_Aventure

Malgré des réalités quotidiennes souvent bien différentes, les ressemblances sont parfois surprenantes entre le voyageur itinérant et le Mongol nomade…

Dans ce pays plat, tout relief plus haut qu’une maison à deux étages est une montagne « uul ». À l’horizon, quelques groupes de yourtes blanches (« ger » en mongol) se dessinent. Elles semblent se protéger du monde moderne. Selon la légende, la yourte est un symbole de paix et de rassemblement familial. C’est aussi la solution optimale pour contrer aux intempéries. Si la chance vous sourit, vous pourriez même arriver juste au bon moment afin de démonter une yourte. Loger au sein d’une petite communauté locale représente une belle opportunité à saisir afin d’entrer en contact avec une famille. Pourquoi ne pas participer aux tâches quotidiennes : traite des vaches, sciage du bois, coupe du fromage « aruul » à l’aide d’un cheveu, apprendre les rudiments des jeux d’osselets, dégustation de la vodka mongole en compagnie des grands-mères, préparation d’un repas traditionnel tel le ragoût « khorkhog ». Profitez-en pour enfiler l’habit traditionnel « deel », une robe manteau faite de soie ou de drap feutré. Ajoutée d’une écharpe de couleur jaune ou orangée, en guise de ceinture, les hommes sont coiffés d’un chapeau alors que les femmes se recouvrent la tête d’un foulard coloré. Les hautes bottes noires apportent la touche finale.

Il est intéressant de noter que les nomades mongoles ne se déplacent pas par choix de vie et d’envie de liberté, mais plutôt pour des raisons reliées aux conditions climatiques hostiles. Il ne faudrait pas imaginer que le nomadisme est une errance aveugle, au gré des fantaisies; les bêtes ne le supporteraient pas. Vivant dehors tout au long de l’année, ce sont, selon les régions, des troupeaux de bovins, de yaks, de moutons, de chèvres et de chameaux (le chameau de Bactriane, à deux bosses, capable de supporter le rude hiver) qui constituent le mode de subsistance et de revenus principal. Quand l’herbe est épuisée autour de la yourte, la famille et son troupeau se déplacent. Les éleveurs mongols connaissent dès le début de l’année l’ensemble de leur trajet et leurs points de campement. Il s’agit donc bien d’une façon de dominer les éléments de la nature. Même Ourga, l’ancienne capitale, se déplaçait !

En Mongolie où il n’y a pas vraiment de transport en commun, même les routes se déplacent et deviennent ainsi semi-nomades, telles les rivières au travers des saisons. La plupart des nomades se déplacent à cheval, cet animal élégant est bien significatif.

636_on-v-Balade_equestre_en_Mongolie__Agence_Esprit_d_Aventure

L’hospitalité mongole est une tradition ancestrale ! On dit que les nomades sont très rarement surpris par la venue de visiteurs étrangers ou mongols, car leur style de vie est fait pour accueillir tout passant. La coutume étant d’arrêter à chaque campement lors de sa route afin de prendre le thé au lait salé. Ils s’attendent à la même attention en retour lorsqu’ils en auront besoin. Leur mode de vie les a habitués aux courtes rencontres : chacun a son propre chemin à suivre. C’est le pays où la terre est dure et le ciel est loin! L’entraide et la solidarité sont une condition de survie.

Un merveilleux peuple à rencontrer… en arrivant par le train Trans mongolien au départ de la Chine, en randonnée pédestre, en mini-van russe ou bien sûr à cheval…

 

Consultez des idées d’itinéraires voyage en Mongolie sur Esprit d’Aventure.

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.

Palettes de verts et Ayurveda

Le centre du pays est sans aucun doute la région la plus éblouissante du Sri Lanka. Traversant une chaîne de montagnes aux sommets de plus de 2500 mètres, c’est une véritable palette de verts ; vert émeraude des palmes de cocotiers et de la jungle profonde ; aux nuances lumineuses des théiers en passant par le vert fluo des jeunes pousses de riz. Des fruits exotiques y poussent en abondance : mangues, papayes, ramboutans (genre de lychees), durians, mangoustines, melons d’eau, bananes,… J’en mange à me rendre malade!

2013-04-14 11.24.19

2013-04-10 16.03.23-1

Quoi que les plantations de thé ont aussi fait parties à quelques reprises de ce voyage-ci, en Asie, je dois avouer que c’est encore un régal pour les yeux! Les buissons, poussant le long de pentes quelquefois bien à pic, sont petits et bien soignés. Mais s’ils étaient laissés à eux-même, ils atteindraient 10 mètres de haut. Le Sri Lanka se retrouve maintenant au premier rang mondial en tant qu’exportateur de thé! Les cueilleurs sont toutes des femmes, la plupart Tamoules, venant de l’Inde. Même scénario dans les usines de transformation. Lorsque c’est possible, j’aime m’arrêter et aller à leur rencontre dans les champs. Elles sont si belles, malgré leurs conditions de vie difficiles se lisant dans leurs visages bien ridés, portant des saris multicolores. De vrais moments significatifs!

2013-04-12 11.00.17

2013-04-11 12.51.28

2013-04-12 12.37.11

On se donnera aussi la chance de traverser la région où l’on retrouve la plupart des plantations de thé, à bord d’un train… disons bien local! C’est vraiment mon moyen de transport préféré et si relax! Pour arriver à la petite ville touristique d’Ella, où l’escarpement de 1 000 mètres se divise en deux et la vallée plonge à pic dans la plaine. Vue sensationnelle de l’hôtel, apercevant deux grandes chutes au loin!

2013-04-13 14.16.27

 

2013-04-12 12.19.42

À chaque fois que c’est possible lors d’un voyage, je ne manque pas de découvrir les jardins d’épices et de plantes médicinales par le fait même. Le guide est vraiment génial, ayant étudié 5 ans comme médecin ayurvédique, travaillant aussi au sein d’un hôpital. Mais celui-ci semble vraiment penser que Mike aurait sûrement besoin de viagra naturel…

2013-04-08 13.40.31

J’essaierai aussi le fameux traitement Shirodhara, qui consiste à se faire verser une huile chaude sur le commencement du cuir chevelu, suivant un balancement rhytmé. J’avoue que décrit ainsi… ça peut paraître une de ces techniques de torture… Mais au contraire bien sûr, c’est une superbe sensation!

(Source de l’image : Wikimedia Commons – Droits d’utilisation acceptés)

La médecine ayurvédique, signifiant la «science ou connaissance (veda) de la vie (ayur)» est en fait le système médical complet le plus vieux au monde aux origines remontant à près de 4000 ans. Cette philosophie fait partie intégrante de la culture populaire du Sri Lanka (comme dans le sud de l’Inde) et correspond à un véritable art de vivre, basée sur l’interdépendance de l’homme avec toutes les autres formes de vie! J’en apprend toujours davantage à chaque fois. Quoique j’en oublie par la suite, j’aime pensé avoir quelques outils en main au lieu de me fier à la médecine traditionnelle un peu limitée!

Afin d’en apprendre davantage sur l’Ayurveda, voir le lien suivant : http://www.inde-en-ligne.com/medecine.htm