Des astuces pour mieux profiter du temps d’attente en escale à l’aéroport – Publié sur TC Nouvelles /TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 29 avril 2017

– Par Ariane Arpin-Delorme

 

 

Imaginez-vous à l’aéroport pendant une plus ou moins longue escale : Les toilettes. Le café. Le sol pour pouvoir se brancher à une prise de courant. Les banquettes. Le café. Les toilettes. Le fauteuil massant. La boutique de souvenirs. Le café. Et j’en passe ! Ça vous rappelle des souvenirs ? Malgré que l’économie d’argent puisse être importante lorsque vous choisissez de réserver un vol avec une escale de 6-8-10 heures, en revanche, vous pouvez franchement trouver le temps long.

 

Quelques astuces pour mieux occuper votre temps d’attente à l’aéroport

  • Sortir dans le cas d’escale de plus de 6h! Inutile de rester à errer à l’aéroport. L’extérieur aura bien plus de choses à offrir ! Par exemple à Amsterdam ou à Londres ou il est bien facile de prendre le train (offert environ aux 10 minutes) vers le centre-ville pour y être entre 20-40 minutes. Je le propose souvent aux voyageurs afin qu’ils découvrent une nouvelle ville européenne !
  • Faire du magasinage! Même si cela revient à se créer un besoin, ça peut être l’occasion de penser à changer de parfum, à faire le plein de chocolat ou à goûter les spécialités du coin. Évidemment, ce n’est pas à l’aéroport que l’on retrouve le plus d’authenticité mais ça peut dépanner si on a oublié de ramener LE souvenir pour sa belle-maman ! Certains aéroports sont par ailleurs de véritables centre commerciaux – parfois gigantesques – comme c’est le cas à Dubai, à Londres (Heathrow) ou encore à Hong Kong.
  • Visite guidée : dans certains aéroports, il est même possible de se joindre à une visite guidée (gratuite ou non) pour les voyageurs en transit ; c’est le cas à l’Aéroport Changi de Singapour, en passant élu meilleur aéroport du monde, ou encore à l’Aéroport d’Incheon à Séoul.
  • C’est ENFIN le moment de (re)lire la presse, de découvrir les dernières nouveautés littéraires. Comme quoi, lire est un indémodable de l’aéroport, on trouve une superbe bibliothèque à l’aéroport d’Amsterdam (Schipol).
  • Profiter du Wifi.Nombreux sont les aéroports qui en proposent maintenant gratuitement. Il est possible de se connecter depuis ses propres appareils ou d’utiliser des ordinateurs mis à disposition dans les halls d’attente ou souvent dans les bars.
  • Faire le classement de ses photos et même de son ordinateur.Cette tâche ingrate générant toujours une intense procrastination, devient finalement lors d’une attente dans un aéroport tout à fait appropriée.
  • Partir à la découverte de l’aéroport. En fonction des aéroports, des services parfois surprenants peuvent être offerts ou proposés ; bibliothèques, massages, excellents restaurants, mais également des activités et services plus atypiques comme une serre à papillons et une piscine à Singapor (Changi), deux aquariums à Vancouver, des « cabines à sieste » (napcabs) à Munich (Franz Josef Strauß), un cinéma IMAX à Hong Kong, un bar à oxygène à Tokyo (Narita), une patinoire, un spa et un casino à Séoul (Incheon).

 

Personnellement, malgré que la fatigue refasse souvent surface à l’aéroport comme mon niveau de stress baisse, j’apprécie vraiment ce temps juste pour moi afin de faire le bilan… entre deux mondes !

Bon vol !

Publicités

Île du sud, Nouvelle-Zélande : Fjords, lacs et vignobles – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 03 juin 2017

– Par Ariane Arpin-Delorme

 

 

Il y a 2 semaines, je vous faisais rêver (je l’espère !) de l’île du Nord en Nouvelle-Zélande : volcans, geysers et traditions maories. Je poursuis donc dans la même lignée afin de vous inspirer cette fois-ci à découvrir l’île du Sud, aux paysages complètement différents de celle du nord. En fait, avant de poser les pieds en Nouvelle-Zélande, j’avais en tête ces images dramatiques de fjords à perte de vue que l’on retrouve au sud. Croyez-moi, vous serez bien choyé !

Afin de vous guider vers une première ou seconde expérience, voici quelques activités hors des sentiers battus sur l’Ile du Sud encore une fois que j’ai TESTÉ moi-même et que je vous recommande suivant vos intérêts :

 

Travailler votre équilibre sur une planche de SUP (« Stand Up Paddle » ou Paddle Board ») à Wanaka : La région du Lac Wanaka propose des vues incroyables et est aussi moins touristique que celle de Queenstown. Explorez le Lac Wanaka en kayak, le quatrième plus grand lac néo-zélandais, sculpté par les glaciers et entouré par les Alpes du Sud.  Ou bien descendez les quelques rapides de la rivière Upper Clutha en SUP, activité des plus populaires accessible autant aux familles qu’aux voyageurs plus aventuriers. Une expérience inoubliable en plein air dans des endroits franchement magiques ! Le tout se terminant par un bon café et goûter sur le bord de la rivière ou du lac en toute tranquillité !

Je vous conseille de profiter de ces activités guidées avec l’équipe d’expertise de Paddle Wanaka. Si vous avez un peu plus de temps, vous pourriez même prendre des cours plus avancés afin de peaufiner vos techniques : www.paddlewanaka.co.nz

 

Naviguez dans les grottes à la recherche de vers luisants : On en retrouve plusieurs de ces grottes « magiques » en Nouvelle-Zélande ! Au départ de Te Anau, partez en croisière afin de découvrir la grotte de Cavern House, une merveille géologique souterraine, âgée seulement de 120 000 ans. Cette dernière, découpée par la force de la rivière, en résulte un réseau torsadé de passages calcaires et de chutes d’eau. Dérivez ensuite dans l’obscurité silencieuse sous le rayon lumineux de centaines de vers luisants.

Pour plus d’information : www.teanau.net.nz/Glow-worm-caves

 

Passez la nuit sur le Milford Sound, seul au monde : Le parc national de Fiordland, et ses 13 fjords, est protégé au patrimoine mondial de l’UNESCO. La route pour se rendre au Milford Sound, le plus célèbre et accessible des fjords, est un voyage alpin spectaculaire ! Afin d’éviter la grande foule de navires de croisière et d’hélicoptères, l’idéal est de prendre part à une croisière offrant de passer la nuit au milieu du fjord. En chemin, à même sur le Milford Sound, vous croiserez d’immenses chutes et qui sait peut-être quelques dauphins et pingouins. Avant la tombée de la nuit, profitez d’une balade en kayak au milieu des phoques et bancs de poissons agités (fait vécu !). Ne manquez pas d’observer le magnifique ciel étoilé, confortablement installé sur le pont principal du navire.

 

Partez à l’aventure dans le parc national de Fiordland : Un coin chéri du monde où les montagnes et les vallées rivalisent entre elles, où la majesté est presque au-delà de la compréhension, les précipitations sont mesurées en mètres et les paysages amènent des émotions démesurées. C’est ce que décrit en d’autres mots l’auteur du livre « Mountains of Water – The Story of Fiordland National Park ». Assis dans un véhicule 4WD confortable, laissez-vous guider vers des sentiers forestiers complètement « enchantés » et encore intacte ainsi que vers des sommets afin d’accéder aux meilleures vues de la région. Vous n’en croirez juste pas vos yeux ! Apprenez-en davantage sur l’histoire de la région avec votre guide kiwi. Sortez définitivement des sentiers battus afin de découvrir la flore et la faune de la région et en partageant un pique-nique sur le bord de la plage au milieu de nulle part.

Je vous conseille de profiter de cette excursion et randonnées accompagné d’un guide-chauffeur, à bord d’un véhicule bien spécial de type tout-terrain, avec la sympathique équipe de Wild Rides : www.wildridesfiordland.co.nz

 

Encore une fois, il est difficile de choisir quel coin de pays découvrir pour un premier ou même un second voyage comme tout est particulièrement superbe ! Voici d’autres activité à essayer :

  • Prenez part à ce fameux vol en hélicoptère dont vous avez toujours rêvé ! Pour une expérience plus authentique, je vous suggère de voler au-dessus du Lac Manapori, fjords et sommets environnants (au lieu de Milford Sound bien occupé en journée).
  • Kayak sur les eaux turquoise et randonnée au parc national Abel Tasman dans la région de Nelson ;
  • Vélo le long des nombreux vignobles bien connus de la région de Marlborough ainsi qu’à Rippon, près de Wanaka ;
  • Observation des bébés phoques qui s’amusent dans les bassins naturels de Kaikoura ;
  • Te Anau ainsi que le Le lac Manapouri constituent aussi des points de départ idéaux pour découvrir les fjords de Doubtful Sound, offrant une excellente expérience en milieu sauvage. Vous risquez même d’être récompensés par la visite de dauphins lors de votre croisière – Te Anau, capitale de la randonnée, offrent de superbes possibilités : Milford, Kepler Track et Routeburn Track.
  • Découverte de la réserve scénique de Pelorus, à Nelson, et de son histoire maorie. Empruntez le pont de cordes de Rai tout en profitant du spectacle de la flore, de la faune endémiques ;

 

Qu’attendez-vous pour venir me jaser de la Nouvelle-Zélande ? Au plaisir d’avoir vos commentaires !

Louez une villa ou Échangez votre maison / Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 15 avril 2017

– Par Ariane Arpin-Delorme

 

 

Vous cherchez à expérimenter divers types d’hébergement au lieu de loger en hôtel traditionnel et aimeriez profiter de la chance de peut-être rester plus longtemps à destination ? Vous auriez envie de sentir davantage la vie animée d’un quartier en particulier en vous retrouvant aussi dans un lieu plus chaleureux ?

Que vous soyez en couple, en famille ou en groupe d’amis, la location d’une villa est une agréable formule de plus en plus en demande afin de se retrouver dans un lieu plus intime.

Que ce soit simplement pour un séjour de repos dans un endroit paradisiaque, un combiné avec une croisière en voilier ou bien un circuit à la découverte de la destination, louer une villa est idéal !

Cependant, quoique vous pensiez peut-être réduire les dépenses, surtout au niveau des repas, les tarifs actuels pour loger en villa sont souvent un peu plus que pour loger à l’hôtel. Ça vaut donc la peine si vous êtes au moins 6 personnes à partager la même villa, comme la plupart d’entre-elles bénéficieront de 3 à 5 chambres.

*À noter que plusieurs villas demandent de rester un minimum de 5 nuitées.

Astuce : Je propose la plupart du temps de louer une voiture comme de nombreuses villas sont situées assez loin des centres et ce, afin de faire vos achats à l’épicerie et pour partir en excursion.

En louant une villa, vous aurez aussi l’occasion cuisiner vos repas et donc d’économiser sur les coûts de la nourriture. Mais vous pourriez aussi vous laisser gâter en vous réservant les services d’un chef pour vous cuisiner quelques repas spéciaux ou pendant toute la semaine.

Après tout, vous serez en vacances !

En résumé : Pourquoi louer une villa ? 

  • Plus d’espace et d’intimité qu’à l’hôtel
  • Plusieurs villas, gérées par des agences immobilières, offrent maintenant un service de concierge personnel afin de vous conseiller et de personnaliser vos vacances
  • Meilleur rapport qualité/prix si on est nombreux à partager la villa
  • Possibilité de cuisiner vos propres repas
  • Ne pas vivre dans ses bagages, comme vous vous ne changez pas d’endroit
  • Simplicité pour des vacances en famille
  • Pas de restrictions de dates
  • Tranquillité d’esprit

Il y a vraiment une vaste sélection de villas de location maintenant proposée dans le monde, des plus privées aux plus luxueuses.  

Des idées de destinations inspirantes où l’on retrouve de nombreuses villas à louer : Costa Rica, Grèce, Italie, Mexique, Barbade, Hawaii, Maroc, Indonésie, etc..

 

Quelques conseils pour louer une villa :

  • Commencez vos recherches d’avance: Encore plus si vous prévoyez voyager en haute saison ou que vos dates ne sont pas très flexibles. Je recommande de vous y prendre de 6 à 8 mois avant le voyage.
  • Restez ouvert à différentes propositions auxquelles vous n’aviez pas songé afin qui sait, de peut-être découvrir un petit bijoux de quartier ou un coin de paradis !

 

Dans la même lignée, pourquoi ne pas essayer l’échange de maisons (ou d’appartements, de chalets…), qui ne cesse aussi de gagner en popularité ?

Ce type d’hébergement n’est effectivement pas fait pour tout le monde. Il faut être avant tout à l’aise avec l’idée que quelqu’un vive dans votre univers pendant votre absence (et vice-versa). Mais si c’est le cas, vous avez peut-être trouvé une bonne façon de voyager plus souvent. Sans oublier que ça permet entre autres de réduire ces dépenses !

Quelques points à garder en tête lors d’une première expérience :

  • Décrivez en détails votre maison à échanger : combien de personnes peut-elle accueillir, type de pièces, jardin ou cour extérieure, etc.. N’hésitez pas à parler de votre quartier : commerces dans les alentours, distance de l’aéroport, du centre-ville et des transports en commun, etc.. Ajouter de nombreuses photos afin d’attirer l’intérêt. 
  • N’hésitez pas à planifier des rendez-vous téléphoniques pour en apprendre davantage sur les gens qui s’intéressent à votre maison et chez qui vous aimeriez loger. 
  • Les assureurs encouragent l’échange de maisons comme les cambriolages ont souvent lieu pendant les vacances. Par contre, en cas de bris ou de vols, vous risquez de ne recevoir aucune protection de l’assurance, puisque les visiteurs ont accès à la maison. 
  • Gardez en lieu sûr certains objets précieux pendant l’échange de maisons ou confiez-les à quelqu’un de confiance. 
  • N’oubliez pas d’informer vos voisins avant que vos visiteurs s’installent chez vous ! 

 

Quelques adresses pour l’échange de maisons :

  • HomeLink : homelink.org
  • TrocMaison : trocmaison.com
  • HomeForExchange : homeforexchange.com
  • Homelidays : homelidays.com
  • Be Mate : bemate.com
  • One Fine Stay : onefinestay.com
  • CanadaStays: canadastays.com

 

Au plaisir de recevoir vos commentaires, astuces et trouvailles !

Île du nord, Nouvelle-Zélande : Volcans, geysers et traditions maories – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 27 mai 2017

– Par Ariane Arpin-Delorme

Je rêvais depuis si longtemps de découvrir la Nouvelle-Zélande, pays aux mille facettes et fort de traditions maories. La destination offre certainement les plus beaux panoramas que j’ai eu la chance de découvrir ! J’y ai aussi fait la rencontre d’un peuple franchement sympathique, accessible et vivant à leur propre rythme.

Afin de vous guider vers un premier voyage, voici quelques activités davantage hors des sentiers battus sur l’Ile du Nord que j’ai TESTÉ moi-même et que je vous recommande chaudement suivant vos envies du moment :

Croisière à White Island : Au départ de Whakatane, joignez une croisière afin d’explorer le seul volcan marin actif de la Nouvelle-Zélande. La majorité du volcan se retrouve en fait sous la mer, ce qui vous donne la chance unique d’accéder au cratère si facilement. Équipé d’un casque et masque si nécessaire, vous pourrez vous approcher des bassins et ruisseaux volcaniques bouillonnants et du magnifique lac acidique. Les teintes vives de jaune et d’orange résultant du sulfure abondant sur l’île en font une destination rêvée pour l’œil du photographe.

Pour plus d’information : http://www.whiteisland.co.nz/

 

Randonnée dans les parcs de Waiotapu Thermal Wonderland ainsi que de la Vallée volcanique de Waimangu : Ressentez les forces exceptionnelles géothermiques dans les alentours de Rotorua. Soyez témoin de la diversité de cratères volcaniques multicolores, sources d’eau chaude, fumeroles bouillants, terrasses de silice de couleurs vives ainsi que de la plus grande ébullition au pays du geyser Lady Knox qui éclate quotidiennement jusqu’à 20 mètres de haut.

Je vous conseille de profiter de cette randonnée accompagné d’un guide de Nature Connections : www.natureconnections.co.nz

 

Marche sous les lanternes du Tree walk : Via une nouvelle passerelle de 553 mètres, vous traverserez l’impressionnante forêt de Redwoods, toujours située à Rotorua. Un travail d’ingéniosité remarquable, dans le plus grand respect de l’environnement, suspendu à plus de 12 mètres de haut à de majestueux séquoias centenaires. Cette marche convient à tous les âges comme elle ne nécessite aucun équipement de protection. Pour une expérience encore plus magique, allez-y au coucher du soleil lorsque les immenses lanternes faites de bois s’illuminent.

Pour plus d’information : http://www.treewalk.co.nz/en_US/

 

Farniente à la péninsule de Coromandel : Connue pour son littoral emblématique, 400 km de refuges naturels, ses plages immaculées ainsi que sa jungle spectaculaires, Coromandel est un petit bijou ! Destination préférée néo-zélandaise, la péninsule se retrouve à moins d’une heure et demie d’Auckland. Un service de traversier est maintenant offert. Creusez votre propre bassin dans le sable à la plage de Hot Water afin de vous baigner dans l’eau chaude. Découvrez les icônes de la région : Cathedral Cove et New Chum beach. Le patrimoine des anciennes cités minières a laissé d’intéressantes reliques à découvrir dans les collines boisées. Et que dire de la superbe gorge de Karangahake.

Je vous conseille de profiter d’une excursion accompagnée d’un guide de Coromandel Adventures : http://www.coromandeladventures.co.nz/

 

Difficile de choisir quel coin de pays découvrir pour un premier voyage comme il y a tellement d’activités à expérimenter. En voici d’autres à essayer :

  • Randonnée le long du sentier de Torongiro crossing;
  • Vélo le long des nombreux vignobles de la région de Hawke Bay;
  • Voilier à partir d’Aukland à bord d’une embarcation de compétition ;
  • Tyrolienne et dégustations de vins à l’île de Waiheke ;
  • Expérience en famille maorie afin de partager leur quotidien ;
  • Sautez en chute libre (sky diving) originaire de la Nouvelle-Zélande dans la région du Lac Taupo.

 

Je suis follement tombée amoureuse de la Nouvelle-Zélande et ne peux attendre d’y reposer les pieds !

Voyager au féminin – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 05 mars 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

11164629_10152789022946039_4703241423695706358_n

Les femmes qui voyagent, ne le font pas de la même façon que les hommes. Qu’on dise ce que l’on voudra, les femmes ne seront jamais tout à fait l’égale des hommes sur le plan physique. Cependant, est-ce que les femmes courent vraiment plus de risques à l’étranger que chez elles? Pas nécessairement car même à la maison, une femme n’a pas les mêmes préoccupations qu’un homme quand il s’agit de sécurité. 

Peu importe l’éducation que nous avons reçu chez nous, à l’étranger (dans certaines cultures plus que d’autres), le regard des autres nous « rappelle » bien souvent que l’on est un « sexe » avant même d’être quoi que ce soit d’autres.

Même après des centaines de départs, j’ai encore personnellement certaines inquiétudes. Pas celles qui m’empêchent de partir, mais celles qui me rappellent d’écouter ma petite voix intérieure. De suivre mon instinct quoi!

 

Quelques astuces pour mieux voyager au féminin:

Se renseigner sur les mœurs et coutumes des pays que l’on visite!

Il est essentiel de s’informer avant le départ à propos des traditions et sur l’étiquette/protocole à respecter, histoire de ne pas choquer les populations. Faites-le par respect pour les femmes du pays, mais aussi pour améliorer vos chances d’interaction avec la population en général qui appréciera vos efforts d’adaptation! 

Prévoyez des vêtements légers et amples!

Avant de partir, les boutiques de plein air sont sans doute les meilleurs endroits pour dénicher des vêtements adaptés aux différents climats et cultures. À destination, les tuniques légères sont par ailleurs idéales pour les endroits plus chauds où il est nécessaire de se couvrir les bras. De manière générale, couvrez vos genoux et vos épaules, peu importe la région du monde. Enfin, le pareo est sans doute l’un des meilleurs amis de la voyageuse. Utile pour se couvrir la tête lors de visites de sanctuaires religieux, mais aussi pour s’en servir comme «porte de toilette»!

Suivez l’actualité!

Consultez assez régulièrement la page web Conseils et Avertissements du Ministère des Affaires étrangères et du Commerce du Canada. Il vous fournira une foule d’informations actualisées. Si votre pays destination connaît une période d’instabilité climatique ou politique, consultez régulièrement la rubrique «Avertissements». Sur place, vous pourriez aussi vous renseigner auprès de votre ambassade dans le pays visité.

Ne faites pas ailleurs ce que vous ne feriez pas chez vous!

Partir avec des inconnus dans un lieu que vous venez de découvrir, encore plus si vous avez quelques verres dans le nez, est une bonne façon de rechercher les ennuis! Évitez de sortir seule la nuit et essayer de prendre les artères principales. Suivez votre gros bon sens! 

Il est fortement recommandé d’avoir recours au service de transport/navette de l’hôtel où vous avez réservé la première nuit!

Dans de nombreux pays, les chauffeurs de taxi touchent une commission de la part des hôteliers s’ils amènent des voyageurs. On risque donc de vous dire que votre hôtel (bien situé et où vous avez au moins réservé la première nuit aux étages supérieurs) a «brûlé» afin de vous amener à un autre hébergement plus familier. La dernière chose dont vous aurez envie après un long vol, c’est bien de devoir vous obstiner avec votre chauffeur.

Vous pouvez partir, vous aussi mesdames, peu importent vos phobies, votre âge ou votre budget!

Référence suggérée : Le voyage pour les filles qui ont peur de tout – Marie-Julie Gagnon & Ariane Arpin-Delorme – Éditions Michel Lafon

 

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.

Les hommes de la forêt de Borneo – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 20 février 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

2013-02-05 14_12_18

Depuis que je suis toute petite, je chéris ce rêve de faire la connaissance de ces « Hommes de la forêt », ces orangs-outans que l’on dit si sensibles et intelligents. C’est donc à partir de Sepilok, petite bourgade située au nord de l’île de Bornéo dans la région malaisienne de Sabah, que je m’enfonce au milieu d’une jungle mystérieuse pendant cinq jours. À bord d’une barque un peu précaire, je navigue sur la rivière Lokan, longeant d’immenses fougères côtoyant de petites huttes en bambou où habitent ces pêcheurs aux filets rafistolés.

Logée dans un lodge des plus authentiques, situé entre une réserve naturelle et un sanctuaire animalier, je reste blottie sous la moustiquaire, au milieu du bungalow à trois murs sur pilotis. C’est si extraordinaire de dormir dans la jungle et d’être attentive à toute cette vie nocturne. À l’aube, en ouvrant l’œil en même temps que cette faune bruyante, la lumière sur le fleuve est superbe sous un couvert de brume.

De nombreuses possibilités de safaris à pied, accompagnée de guides locaux d’expertise affiliés au lodge où je loge, me permette de découvrir une faune des plus exotiques. Cachée au coeur de la jungle et des plaines du Kinabatangan, je fais connaissance avec des singes macaques et gibbons, de grands hérons, des calaos au double bec, des martins-pêcheurs colorés, des lézards monitors et des crocodiles se faisant sécher sur les bancs de sable. Je croise les doigts en espérant apercevoir ces fameux « Hommes de la forêt ». Le mot ourang-outan vient des langues Malais et Bahasa indonesien : Orang se traduit par : homme et Outan par : forêt. Cette espèce de primate, se retrouvant autrefois partout en Asie du Sud-est, survivent maintenant qu’en petites populations se retrouvant seulement sur les îles de Borneo et de Sumatra, en Indonésie. Après quelques heures de balade, une dizaine d’orangs-outans viennent me rendre visite afin de déguster leur repas de bananes. Ils naviguent d’arbre en arbre avec une telle agilité ! Leurs bras, longs d’environ huit pieds, leur donnent une force surprenante.

J’ai aussi la chance d’admirer de grandes familles de singes proboscis, au corps des plus particuliers : nez retroussé lors de leurs premières années et très protubérant par la suite ; immense ventre dû à leurs quatre estomacs ce qui leur permettent de digérer des plantes vénéneuses.

Je ne peux résister d’adopter Chikita, une adorable orang-outan orpheline âgée de 2 ans, par le bais d’un programme de parrainage. La femelle orang-outan ne donne naissance qu’à un seul poupon, et ce, tous les trois à six ans, après une période de gestation d’environ 265 jours ! Elle prendra bien soin de son bébé jusqu’à l’âge de dix ans afin de lui enseigner la survie en forêt. Principalement végétariens, les orangs-outans mangent parfois des insectes. Durant leur période d’apprentissage, ils devront identifier environ deux cent espèces de plantes alimentaires : mangues, figuiers, durians odorants agrémentés de miel, etc..

Ces magnifiques « Hommes de la forêt » font malheureusement partie des espèces en voie de disparition, dû entre autres à la destruction de la forêt tropicale ainsi qu’aux épidémies de tuberculose touchant plusieurs villageois de Bornéo. Donc, si votre cœur vous dit de vous impliquer afin de supporter les efforts du Centre de réhabilitation de Sepilok et qui sait, peut-être même d’adpoter une petite Chikita, n’hésitez pas à contacter l’organisme Orangutan Appeal UK : http://www.orangutan-appeal.org.uk/. De nombreuses possibilités vous sont proposées telles : de devenir un partenaire d’affaires vous offrant une visibilité internationale, d’organiser un évènement pour amasser des fonds, de faire un don, de parrainer un orang-outang pendant deux ans, etc..

Si vous êtes déjà sur place, vivez l’expérience unique de loger dans la jungle chez Uncle Tan. Des contacts bien significatifs avec le personnel du lodge et des moments inoubliables en nature : http://www.uncletan.com.

 

Consultez des idées d’itinéraires voyage en Malaisie sur Esprit d’Aventure.

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.