Au pied des Géants

Depuis quelques années, les volcans d’Indonésie se réveillent l’un après l’autre bien sûr, étant situés sur le «Ring of Fire». Le volcan Mérapi, considéré comme le plus actif et le plus dangereux du pays, a craché sa lave en 2010. Laissant derrière lui plus de trois cent morts sur son passage, surtout dû aux effets des gaz ardents et des coulées boueuses. Son ascension vient juste d’être réouverte en novembre passé, suivant le chemin que la lave a laissé. Lever tôt vers minuit afin de prendre la route vers Mérapi et prendre une café avec le guide vers 2h00 du matin avant de partir à la noirceur…et à la pluie… Montée à partir de 1 700 mètres, où plusieurs affiches annoncent des dangers d’éruption. Je suis déjà surprise que Mike m’accompagne après l’ascension difficile du Mont Kinabalu sur l’île de Bornéo, deux semaines auparavant. Mais j’avoue qu’en pleine nuit, sous la pluie et au vent froid, l’aventure n’est pas des plus amusantes! C’est quand même superbe d’avoir un panorama sur les autres volcans et sur les lumières des villages environnants. Nous devons nous abriter du vent, après un certain temps, dans une petite grotte, comme nous sommes trempés.

2013-02-20 06.34.03

 

2013-02-20 07.43.55

À la lueur du lever du soleil, nous repartons, plein d’espoir comme la pluie a ralentie. La montée vers le sommet du volcan Mérapi en tant que tel est plus difficile comme nous calons dans le sable noir volcanique. L’odeur su souffre se fait sentir comme de petits trous laissent échapper une vapeur brûlante. Arrivé au sommet à 2 930 mètres, nous sommes sur le bord de l’immense cratère fumant. La pierre est jaune, blanche et rouge, dû au souffre. Je suis fière de notre réussite encore une fois, un autre sommet! La descente est plus rapide comme on se laisse vraiment glisser le long de la falaise sablonneuse. Les vues sur tous les volcans environnants, aux formes parfaites où l’on peut encore voir le strates des coulées, sont splendides! Entourés de plantations de toute sorte de légumes.

2013-02-20 07.42.53

2013-02-20 07.43.09

 

2013-02-20 07.43.41

 

2013-02-20 08.59.55

Interminable route vers Malang et Tumpang, dans l’est de l’ïle. Encore une fois, le chauffeur maintient une épouvantable conduite! Il n’a pas l’air de craindre de mourir jeune! Une chance qu’il a de bons freins, mais vaut mieux se forcer à dormir. Les passagers laissent échapper des soupirs de peur et de soulagement à plusieurs reprises. Le chauffeur se permet même d’enlever la pancarte non-fumeur pour s’allumer une cigarette… Arrivée au milieu de la nuit à destination…

2013-02-25 11.24.39-1

2013-02-25 11.49.59

2013-02-25 11.54.31

Le lendemain, destination vers le cratère de Bromo, où encore une fois le paysage et la végétation sont super luxuriants. Nous traversons de petites routes de montagne qui effectivement n’auraient pas pu être accessibles autrement qu’en jeep. Il vente tellement que le sable volcanique nous frappe les jambes, au milieu du désert dans la vallée. Saut au temple situé au pied des volcans où l’on célèbre un dieu en particulier. Montée du volcan à travers le sable noir volcanique afin d’accéder au cratère fumant. Le volcan d’à côté, le Batok, à la forme parfaite est couvert de verdure. La vue au loin sur le cratère du volcan Bromo et du volcan Batok est vraiment incroyable! route vers Buyawangi, comme nous traversons de nombreux petits villages, n’ayant pas vraiment de route principale sur l’île. Ça fait un bien fou de longer enfin la mer. Souper romantique à l’indienne où l’on peut voir très bien l’île de Bali, juste de l’autre côté. Si on n’avait pas à rejoindre enfin le voilier, on y aurait sûrement fait un saut!

2013-02-25 13.59.16

bromo-011

(Source de l’image : Office du tourisme – Droits d’utilisation acceptés)

2013-02-25 13.26.34

Route vers notre dernier volcan d’Indonésie, la cratère de Kawah Ijen à 2 883 mètres d’altitude. La végétation est merveilleuse. Montée pendant quelques heures en heureuse compagnie des travailleurs bien sympathiques. Je suis contente de pouvoir partager davantage avec les gens. Ils transportent d’impressionnantes charges de sulfure jaune fluo dans leurs deux paniers suspendus en équilibre sur leurs épaules. À la mi-chemin, ils doivent peser leurs lourdes charges tournant autour de 60 à 80 kilos.

2013-02-27 09.26.40

2013-02-27 08.56.49-1

 

2013-02-27 09.26.59-1

Longeant la crête d’un autre volcan, nous arrivons enfin en face du cratère proprement dit, où il est difficile de respirer dû au sulfure. Le bleu turquoise de la lagune est à couper le souffle, avec les coulées de soufres de jaunes fluos le long des parois. Les travailleurs doivent descendre tout en bas, à côté de la lagune où fume constamment le soufre. Vraiment impressionnant et photogénique!

2013-02-27 10.34.57-1

 

2013-02-27 10.15.53

 

2013-02-27 10.39.52

 

2013-02-27 11.36.25-1

Fin de voyage à Surabaja, sur le bord de mer. Ville très moderne et lumineuse aux hauts édifices, rien à voir avec ce que l’on a vu en Indonésie depuis le début du voyage.   Un superbe voyage significatif, encore une fois, sur Java!

Merveilles de Borobodur et de Prambanan

De superbes rizières bien verdoyantes longent la route. C’est le temps des récoltes, donc tout le monde met la main à la pâte afin de s’entraider entre villageois. La végétation est vraiment diversifiée et fournie (plus qu’en Thaïlande). Je suis aux anges!

2013-02-19 08.43.31

2013-02-19 08.42.35

Découverte de Borobodur, le temple bouddhiste le plus imposant au monde, où l’on doit porter le sarong par respect. Aussi découvert par Raffles en 1812 (celui qui a dessiné la ville de Singapore), demandant le travail d’excavation de deux cent personnes pendant plus de deux mois. En 1973, le temple devient partie intégrante du patrimoine mondial de l’UNESCO.

2013-02-19 09.44.59

2013-02-19 10.41.49

 

2013-02-19 11.05.23

 

2013-02-19 10.47.26

Intéressant de connaître enfin la signification du «Stupa» bouddhiste que l’on rencontre partout en Asie soit : la robe du moine, le bol à offrandes et le bâton du pèlerin, assis sur une fleur de lotus. La croyance bouddhiste veut que l’on fasse le tour de chacun des trois paliers du temple : karma (attachement), le juste milieu et le nirvana et ce, trois fois. De nombreuses fresques racontent l’histoire de Bouddha avant sa naissance ainsi que plusieurs petites niches abritent de magnifiques statues de celui-ci en position assise. Je suis bouche bée! Visite du musée d’Ullen Sentalu, en pleine jungle et au travers des grottes, racontant la vie de la royauté indonésienne.

2013-02-19 10.15.56

Java-_Yogjakarta-_Borododur_indonesia

 

sunrise-at-borobudur-yogyakartahttptransmojoblogspotcom

(Source de l’image : Office du tourisme – Droits d’utilisation acceptés)

Périple au travers de l’impressionnant complexe de temples indous de Prambanan comprenant les temples des trois divinités indiennes principales : Shiva au centre, Vishnu et Brahma à ses côtés. Le premier niveau a disparu comme tout le monde s’est emparé des pierres pour reconstruire lors habitations suite aux tremblements de terre. Superbe temple bouddhiste, au nord, laissé un peu à l’abandon, mais tout de même très intéressant.

2013-02-21 14.37.40

 

2013-02-21 13.44.32

 

2013-02-21 14.48.30

 

2013-02-21 13.50.46

Yogyakarta, cité d’art et de traditions

Il y a sept ans, j’avais eu la chance de découvrir les îles indonésiennes, de Bali vers Flores à l’est, en naviguant en voilier entre les deux îles, en passant par Sumbawa, Lombok et les Ïles Gili. J’en garde un souvenir mémorable! Je rêvais donc aussi de parcourir l’île de Java depuis longtemps.

2013-02-18 10.54.47

Arrivée à Yogyakarta, la capitale culturelle et intellectuelle du pays (l’imposante Jakarta étant la capitale des affaires), la surprise est superbe. Les toitures en tuiles rouges surmontées d’un deuxième petit toit carré couronné de cornes représentent bien l’architecture javanaise. Plusieurs créatures de pierre ou danseuses apsaras (comme au Cambodge) décorent les entrées de maisons. Nous sommes malgré tout en saison des pluies. Donc, à tous les jours, en matinée très tôt et vers 15h00, une pluie torrentielle fait son apparition!

2013-02-18 09.58.52

C’est la cité du Sultan bien aimé. Depuis l’indépendance du pays en 1945, le Sultan a perdu son pouvoir politique, mais il demeure tout de même le gouverneur de la région ainsi qu’il conserve la responsabilité de protéger la culture et les arts javanais ainsi que de s’assurer de l’enseignement de ceux-ci : danse kathakali avec l’accent sur les yeux et les mains, musique jouée par les immenses xylophones gamelan, peinture batik sur tissu, théâtre de marionnettes en cuir, sculpture sur bois,…. Visite des palais du Sultan et de la Princesse, aux hauts plafonds en bois de teck sculptés, où d’immenses banians occupent tous les alentours. Le Sultan portera, pour les occasions importantes, un chapeau ouvert et des bijoux sur ses oreilles, lui donnant l’apparence d’un lutin, afin de démontrer qu’il est ouvert aux commentaires de son peuple…

2013-02-18 09.37.31

2013-02-18 10.14.16

Balade dans les châteaux d’eau, Taman Sari, où le Sultan admirait ses quarante femmes et concubines se laver dans les bassins aux eaux turquoises. Les châteaux sont entourés d’arbres fruitiers de papayes et de lychees ainsi que d’une multitude de cages en bois cachant des oiseaux exotiques colorés. Visite de plusieurs ateliers de masques et de tissus batiks, où l’on a la chance de pouvoir observer les maîtres enseigner à leurs apprentis à savoir comment dessiner avec la cire et la parafine.

2013-02-18 09.29.49

2013-02-18 11.03.06

Malheureusement, partout où nous voyagerons en Indonésie, nous nous sentirons quelque peu agressés par tous ses jeunes qui nous prennent en photo, surtout sans notre permission. Dans le passé, ça ne me dérangeait pas tant que ça, suivant mon souvenir de l’Inde par exemple. Mais cette fois-ci, en Indonésie, je trouve ça plus difficile!

La conduite indonésienne est des plus folles! La plupart des voitures conduisent au centre comme elles semblent toujours en course de dépasser les motos, les pousse-pousse (vélo-taxis) et quelquefois les calèches qui vont déjà dans tous les sens. Même souvent à l’inverse de la circulation et à quatre véhicules de large sur une route à une voie à contre sens.

Je crois que même si on se promène pas mal, à la découverte du monde, on vit quand même quelquefois de petits chocs culturels qui peuvent être moins facile à tolérer!