Voyager pour la cause – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 17 juin 2017

– Par Ariane Arpin-Delorme

 

Les voyages caritatifs, ou plus communément nommés : « voyager pour la cause », sont de plus en plus populaires depuis les dix dernières années au Québec et ailleurs.

Peu importe la cause sociale que vous souhaitez encourager, ce genre de voyage permet premièrement de faire une levée de fonds avant le départ (qui peut s’échelonner sur 1 ou 2 ans en général) ET souvent aussi de relever un certain défi sportif à destination par la suite.

Quoi de plus noble que d’amasser des fonds pour une cause qui vous tienne à cœur et de sensibiliser notre entourage à la cause en question en plus de stimuler au dépassement personnel.

 

Agences de voyages spécialisées :

Il existe plusieurs agences de voyages spécialisées, ou du moins en partie, à l’organisation de ce genre de voyage en mini-groupe. Ces agences travaillent donc en partenariat avec certaines fondations. Pour ne nommer que celles-ci : Expédition Monde, Karavaniers, Terra Ultima via Explorateurs Voyages, etc..

Elles offrent aussi un soutien aux participants dans leur collecte de fonds pour les encadrer minimalement dans l’organisation d’activités. Car, il ne faut pas se le cacher : solliciter des fonds à notre entourage ou autre, ce loin d’être évident ! Les gens sont tellement sollicités aujourd’hui pour tout !

Les participants ont le choix de joindre un mini-groupe offert par l’agence de voyages ou la fondation. Ou bien de choisir leur voyage en privé par eux-mêmes selon la destination souhaitée et avec l’agence de voyages de leur choix (toujours en amassant des fonds pour une fondation).

En général les participants doivent amasser de 5000 à 10 000$ par exemple, dont une partie qui paiera pour le voyage. Le reste des fonds sera redirigé à la fondation pour financer la recherche sur le cancer ou aider une cause sociale.

 

Personnellement, j’ai eu la chance unique de guider quelques voyages caritatifs en mini-groupe dans le passé, par exemple vers le Camp de base de l’Everest au Népal pour la Société de Recherche du Cancer. Ce fut de loin les voyages les plus significatifs que j’ai eu la chance de guider comme entre autres la plupart des voyageurs étaient soit des survivants du cancer ou soit qu’ils venaient malheureusement de perdre un être cher. Vous comprenez donc que d’arriver au Camp de base de l’Everest fut encore plus significatif à mon avis pour ces voyageurs ! De plus, la démarche d’amasser les fonds, assez ardue pour certains selon le réseau de contacts disponible, et de s’entrainer pendant 1 an ou 2 rend définitivement l’expérience encore plus enrichissante !

 

Des exemples de fondations au Québec qui sont bien actives dans l’organisation de voyage caritatifs ou qui travaillent plus dans l’ombre de pair avec des agences de voyages :

  • Société de Recherche du Cancer
  • Fondation des maladies du coeur
  • Leucan
  • Diabète Québec
  • Le Phare Enfants et Famille
  • La Fondation des hôpitaux Enfant-Jésus – Saint-Sacrement
  • Fondation Centre de cancérologie Charles-Bruneau

Et j’en passe…

 

Afin de vous faire rêver…

Des exemples de voyages caritatifs offrant un défi physique à réaliser

  • Ascension du Kilimanjaro en Tanzanie ;
  • Ascension du mont Mera ou Island Peak au Népal ;
  • Ascension de l’Aconcagua en Argentine ;
  • Trek du camp de base de l’Everest au Népal ;
  • Trek de Ausangate au Pérou ;

Ou plutôt des voyages d’aventure douce :

  • Randonnée dans les massifs des Iles Canaries (Espagne) ;
  • Aventure dans la jungle du Costa Rica ;
  • Aventure dans les pics tourmentés de Madère au Portugal ;
  • Randonnée dans la région du Grand Canyon aux États-Unis ;
  • Aventure sicilienne parmi les volcans en Italie ;
  • Expédition à vélo au Rajasthan en Inde ;
  • Randonnée à la Grande muraille de Chine ;
  • Randonnée en Islande ;

Voyager pour la cause, ça ajoute assurément un aspect plus significatif à une expérience de voyage !

Il faut seulement avoir la patience et la volonté d’amasser des fonds !

Publicités

Les îles paradisiaques d’Andaman

Avec tous les évènements, positifs certes, depuis notre retour d’Asie en mai dernier, disons que j’avais quelque peu négligé le blogue. Rien n’empêche que je rêvais tellement de partager avec vous la suite de nos aventures de ce troisième superbe long séjour en Asie.

Au départ du Sri Lanka (voir blogue précédent), il nous fallait passer par le sous-continent indien. Quelle bonne occasion pour Mike qui ne connaissait pas! Court séjour à Chennai (Madras) qui nous a paru disons bien calme, ordonnée et d’affaires (à comparer l’Inde que j’ai connue en 2004). Les vaches sacrées se baladant dans les rues, se nourrissant de tout, nous rappellent quand même que nous sommes en Inde! Bien sûr, une expérience dans ce pays fascinant n’est rien sans profiter de son incroyable gastronomie… même à s’en rendre malade! Miam!

P1050192

P1050150

Deux semaines de vraie farniente (et j’insiste sur ce point, car me connaissant c’est plutôt rare!) aux îles paradisiaques d’Andaman. Wow wow rewow! Les iles d’Andaman et de Nicobar, sont littéralement un paradis perdu. Appartenant à l’Inde, mais situées tout près de la Birmanie au milieu de la Baie du Bengale, ces îles offrent une expérience des plus authentiques et sauvages!

P1050179

P1050252

Pratiquement inaccessibles pendant des siècles, pleines de mystère et de légendes, les îles Andaman ont tout juste commencé à émerger sur la liste des endroits à ne pas manquer dans le monde. Grâce à un contrôle strict du gouvernement, dû au passé pénal, et les nombreux efforts déployés par les écologistes, plusieurs des 572 îlots sont interdits d’accès. Et ce, surtout afin de protéger les quelques tribus qui y vivent encore de façon très traditionnelle depuis la nuit des temps. Une très bonne initiative du gouvernement! On se souvient que suite au Tsunami de 2004, certains organismes avaient essayé de porter secours à certains peuples en leur apportant des vives. Cependant, leur mission de sauvetage n’avait pas connu un grand succès, comme leurs hélicoptères s’étaient fait attaquer de flèches et de lances…

P1050251

P1050412

Arrivée à Port Blair, sur l’île principale, afin de prendre le pouls et se balader dans les marchés colorés. Mike a pu profiter d’une vraie expérience chez le barbier indien! Rasage de près arrosé d’une foule de produits! Le massage l’a presque achevé!

P1050185

P1050196

Votée la plus belle plage d’Asie par la revue Times en 2004, la plage no.7 sur l’île d’Havelock est effectivement à couper le souffle! Sable blanc très fin et eau turquoise des plus claires à perte de vue! Je ne me serai jamais autant baigné, un vrai plaisir! Vous direz sûrement que la plupart des plages se ressemblent, mais je suis restée bouche bée devant celles-ci. Nous devons traverser une forêt, peuplée d’arbres aux formes étranges et aux allures enchantées, avant de se rendre à la plage. C’est vraiment magique!

P1050369

P1050319

P1050454

P1050457

L’hôtel (j’en garde le secret pour l’instant) doit en fait son succès à Rajan, un éléphant de 64 ans, venu de la région du Kérala, au sud du sous-continent indien. Notre seul voisin pendant tout le séjour qui se frayera un chemin, en face de notre tente, vers son bain quotidien matinal, accompagné de son mahout. Eh oui, Rajan aime aussi bien nager avec les plongeurs en apnée ou en bouteille!!! Il serait sûrement possible de le faire avec n’importe quel éléphant, mais le risque de se faire blessé serait presque imminent. Rajan, lui, s’est habitué aux nageurs à ses côtés. Ce dernier est cependant libre de nager ou non suivant ses envies! Imaginez… Nager dans des eaux turquoise à côté de cet immense animal arborant deux belles défenses ivoire… Une expérience des plus uniques!

images 1

(Source de l’image : Office du tourisme de l’Inde – Droits d’utilisation acceptés)

P1050413

P1050433

En vidéo, voici un petit extrait de l’émission : Mordu de la pêche avec Cyril sur Canal Évasion :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=IPnuOmexFUQ

Nous logeons en tente deluxe à trois immenses compartiments. J’ai l’impression d’être dans un palais de Maharaja! À part les quelques attaques spontanées d’insectes de différentes espèces et d’immenses mille-pattes, la sensation de prendre sa douche dans une salle de bain à moitié extérieure est toujours bien exotique!

P1050212

P1050216

P1050325

Nos journées se résument ainsi : de délicieux repas indiens, repos en amoureux ç la plage, plongée en apnée, randonnée, yoga, massage… Quel environnement des plus inspirants pour avancer l’écriture de mon livre! Mike est au rendez-vous presque tous les soirs pour chanter avec Cristobel au bar! On fera de très belles rencontres!

P1050266

(Source de l’image : Wikimedia Commons – Droits d’utilisation acceptés)

P1050234

(Source de l’image : Wikimedia Commons – Droits d’utilisation acceptés)

Retour sur le sous-continent afin de redécouvrir ce coup de cœur qu’était Calcutta (Kolkata). J’en garde un souvenir bien significatif de mon séjour en 2004 au Centre de Mère Teresa avec mon ami Xavier. Enfin, on se sent bien en Inde avec tout ce qui vient avec… le bruit, les senteurs d’encens, le chaos, les marchands de samossas et de pan (noix de bétel enrobé d’une feuille à mâcher) à tous les deux coins de rue,… Visites de plusieurs monuments anglais, de la période du Raj où des troupeaux de chèvres viennent brouter les fleurs. Balade dans les marchés à s’étourdir, afin de se tracer un chemin vers le fameux temple de Kali, la déesse aux huit mains… Pieds nus, colliers de fleurs orangées, nous rejoignons la procession. Une foule de gens se pousse, souhaitant remettre en mains propres leur offrande aux sâdhus et se faire toucher par celui-ci en guise de bénédiction. Moment de panique, tellement il y a de monde et que nous sommes confinés dans un endroit beaucoup trop petit pour nous tous! Je peux lire une certaine terreur dans les yeux de plusieurs (pourtant habitués à ce genre de situation). Nous arrivons finalement à sortir de ce chaos et à rejoindre les autres sâdhus dans la salle de méditation. Bien sûr, la curiosité de Mike ne peut pas l’empêcher de jaser avec eux. Tous les gens autour semblent ne pas approuver sa démarche, pourtant eux, les sâdhus semblent bien heureux de pouvoir discuter de tout et de rien. Une autre planète!

2013-05-04 14.02.25

2013-05-04 12.57.03-1

Profitez-en pour consulter le lien ici-bas et vous donner des idées pour votre prochain périple :

http://www.esprit-daventure.com/fr/voyage/146-decouverte-de-port-blair-et-repos-sur-l-ile-havelock-andaman.html

http://www.esprit-daventure.com/fr/voyage/147-au-retour-des-fetes-sejour-revitalisant-et-anti-stress-aux-iles-andaman.html

P1050470