Quels sont LES Pays et Villes à absolument découvrir en 2019 et Ma liste de souhaits !

Encore une fois, le temps file trop rapidement et je n’aurai pas eu le temps de mettre sur papier mes sentis, mes réflexions suites aux divers projets et le bilan de mes nombreux périples et escapades de 2018 !

L’année 2019 m’occupe déjà beaucoup avec l’agence, les conférences ainsi qu’un 5e projet de livre, CE collectif d’autrices dont je rêve tant depuis si longtemps, à remettre très prochainement et qui devrait être publié à l’automne 2019. Au plaisir de vous en reparler !

Donc, afin de vous inspirer et de vous donner le goût de me suivre davantage cette année, je vous partage mes suggestions d’endroits à absolument découvrir en 2019 ainsi que ma  »bucket list » de destinations rêvées !

 

PAYS À EXPLORER

 

OUGANDA : Malgré que le pays ait beaucoup à offrir pour un séjour de 2-3 semaines, les voyageurs semblent s’y rendre surtout pour y faire l’observation des gorilles de montagne, cette expérience des plus intenses avec ces êtres fascinants au coeur de la Forêt de Bwindi. C’est une belle alternative qui demeure plus abordable que se rendre au Rwanda (entre autres dû au coût du permis : 450-600$US versus 1050-1500$US). C’est aussi là que l’on retrouve la plus grande concentration de primates, dont les chimpanzés et 12 autres espèces qui se retrouvent dans la Forêt de Kibale. On peut même y faire des safaris animaliers à la recherche des Big 5 au Parc national de Queen Elizabeth pour boucler à Jinga, la source du Nile, en expérimentant une foule d’aventures hautes en adrénaline !

Quand y aller : Jouissant d’un climat équatorial, l’air est modéré par son relief souvent élevé. On y retrouve deux saisons humides : mars-mai et septembre-novembre, et deux sèches : décembre-février et juin-août, durant lesquelles il est plus favorable d’y faire de l’observation.

*De beaux coups de cœur en 2017. 

Mais j’avoue que le Rwanda, découvert en 2016, m’a encore plus touché ! À lire aussi sur le blogue : https://espritdaventure.me/2017/12/11/le-reve-dune-vie-observer-les-gorilles-des-montagnes-au-rwanda-publie-sur-tc-nouvelles-tc-media/

 

Vous pourriez aussi saisir l’opportunité de faire un saut en ÉTHIOPIE, surtout en volant sur les ailes d’Éthiopian airlines. Je n’ai eu le temps que de me balader dans les villages de la Vallée de l’Omo. J’y rêvais depuis si longtemps ! Quelles traditions si intrigantes des quelques

View this post on Instagram

Des plus fascinants que de se balader dans le #marche aux bestiaux de #keyafer afin de rencontrer une foule de peuples de la #valleedelomo qui se rassemblent pour vendre leur virtuailles, tel le peuple des #hammers ! Ces derniers, semi-nomades, sont principalement des éleveurs de bovins, mais cultivent aussi le sorgo. Ils suivent en fait un itinéraire bien défini par leurs ancêtres, avec de nombreux points d’arrêt dans les marchés, et logeront dans des huttes de terre bien précaires. Les jeunes filles célibataires porteront les peaux animales ornées de coquillage 🐚 pour annoncer qu’elles sont à la recherche d’un mari ! #espritdaventure #voyagesurmesure #guidechauffeur @ethiopia @flyethiopianairlines #instacool #instalike #travelohotography #travelgram #travelporn #travelling #traveladdict #traveldeeper #travelingram #travelworld #wanderlust #travellife #latergram

A post shared by Ariane Arpin-Delorme (@espritdaventuremtl) on

 

J’en profite pour vous repartager les récits en OUGANDA de Marlène de La Girafe qui vole, avec qui j’ai eu le plaisir de partager la découverte de la  »Perle de l’Afrique » !

https://lagirafequivole.com/trekking-bwindi-gorilles-ouganda/

https://lagirafequivole.com/voyage-ouganda/

https://lagirafequivole.com/guide-de-survie-trekking-avec-les-gorilles-ouganda/

N’hésitez pas à suivre La Girafe qui vole !

Elle y présente entre autres ces PORTRAITS DE RÊVEURS #racontemoitonreve

Ariane

 

KENYA : C’est la destination safari la plus abordable en ce moment, entre autres comme le ministère du tourisme essaie de revamper sa réputation (je ne nie pas bien sûr les derniers événements du 15 janvier 2019 à Nairobi, ville à éviter de toute façon). De plus, les vols sur Nairobi, ville d’affaires, sont avantageux et il est aussi possible d’appliquer pour le visa de l’Afrique de l’Est combinant l’Ouganda et le Rwanda. Les vastes parcs nationaux du Sud (Maasai Mara, Lac Navaisha et Amboseli) sont très réputés pour l’observation des « Big Five », qui est presque garantie (la traversée de la rivière Mara dans la Réserve nationale du Masai Mara par 2 millions de gnous et de zèbres se fait normalement entre la mi-août au début septembre). Personnellement, j’aime beaucoup les superbes parcs du centre (Samburu, Ol Pejata et Nakuru) ainsi que le parc de Tsavo dans les collines de Taita à l’est du pays, davantage hors des sentiers battus. On y retrouve un grand choix d’hébergement, du rustique au très chic ainsi que la possibilité de combiner avec un séjour balnéaire sur la splendide côte bordant l’Océan indien.

Quand y aller : Il est conseillé d’y voyager entre mai et octobre (idéal de juin à septembre). À noter que l’observation de la faune est préférable pendant la saison sèche, lorsque la faune se rassemble aux points d’eau.

 *J’y étais pour une troisième fois en octobre 2018 et je m’y sens vraiment bien. Les Kényans savent nous rendre confortables !

Lire mon article sur les safaris au Kenya et en Tanzanie dans le magazine PAX : Cliquez ici pour consulter l’article en version numérique du magazine de mai 2017.

 

*Si vous rêver depuis votre tendre enfance à réaliser un Safari en Afrique ou que l’Ornithologie, la Plongée sous-marine et les Voyages d’observation de la faune vous font frissonner, je vous invite à vous procurer mon dernier bouquin (en collaboration avec le vétérinaire Jacques Dancosse ayant travaillé au Biodôme de Montréal) : Voir les animaux du monde – 50 itinéraires de rêve, publié chez Ulysse. Ma thématique préférée en ce moment ! Un petit aperçu en vidéo :

 

 

SRI LANKA : C’est une destination que je recommande régulièrement à tous selon ses envies et qui prend de plus en plus de popularité : elle fait encore partie de destinations à découvrir en 2019. Selon son budget, il peut être intéressant de combiner un voyage de 10 jours au Sri Lanka avec un séjour balnéaire et de plongée de quelques jours aux Maldives. Cette « perle de l’Océan indien » d’une pure beauté offre une atmosphère plus accessible pour le voyageur que son voisin imposant, l’Inde. C’est à mon avis l’un des meilleurs points de départ pour en apprendre sur les origines du Bouddhisme.

Quand y aller : Comme la plupart des attraits touristiques intéressants et ceux de cet itinéraire se trouvent au sud-ouest, au centre et sud, il est préférable d’y voyager de novembre à mars.

*J’ai eu la chance de parcourir le Sri Lanka en 2013, lorsque ce dernier se réveillait d’un long sommeil touristique dû aux conflits au nord du pays.

À lire aussi sur le blogue : https://espritdaventure.me/2013/05/06/safari-et-plages-du-sri-lanka/

https://espritdaventure.me/2013/05/06/palettes-de-verts-et-ayurveda/

https://espritdaventure.me/2013/05/06/lempreinte-de-pied-la-dent-les-os-les-cheveux-les-reliques-de-bouddha/

https://espritdaventure.me/2016/10/10/voyager-en-train-dexception-publie-sur-tc-nouvellestc-media/

 

KIRGHIZSTAN : Les pays de l’Asie centrale, entre autres qui ont fait partie de la Route de la soie, sont sans contredit à découvrir, mais semblent se développer du point de vue touristique bien tranquillement avec les craintes, pas nécessairement fondées, de certains voyageurs. L’Ouzbékistan a parti le bal je crois et cette année le Kirghizstan fait partie des destinations à parcourir selon plusieurs médias

Quand y aller : L’été est idéal pour vraiment apprécier de belles randonnées en altitude et la fin du printemps et le début de l’automne pour arpenter le reste du pays.

EN 2019 : *Je devrais m’y rendre et j’aimerais beaucoup en profiter pour faire un croche en OUZBÉKISTAN.

 

PANAMA : Pour sortir des sentiers très battus de son voisin le Costa Rica, mais offrant toujours de superbes paysages et la possibilité de conduire par soi-même par endroits. Mais surtout pour la possibilité de rencontrer des minorités ethniques qui vivent de façon encore authentique et qui sont indépendantes (ce qui est assez rare de nos jours), par exemple le peuple des Kunas dans l’archipel paradisiaque des San Blas. 

Quand y aller : Idéalement pendant la saison sèche de janvier à avril, même si certains événements ne sont observables que pendant la saison humide, comme la migration des baleines à bosse, la ponte des tortues luth ou la présence du quetzal en forêt.

*Un de mes beaux coups de cœur en 2014-2015, surtout les îles paradisiaques de San Blas au Nord, gérées par la communauté des Kunas.

À lire aussi sur le blogue : https://espritdaventure.me/2014/06/29/panama-authentique/

 

ITALIE : Pour les épicuriens amoureux aussi d’histoire et d’architecture. Au niveau gastronomie, je suggère de visiter la région des Pouilles, celle de la Lombardie, ainsi que la Sicile pour sortir des sentiers battus de la Toscane. La joie de vivre des Italiens est contagieuse !

Quand y aller : Le climat de septembre semble favorable partout dans le pays. Mais de mai à octobre, on y voyage assez bien, selon la région.

*Je m’y rends presque à chaque année (Bon tour de l’Italie en 2001, Sicile et Sardaigne en 2016, Pouilles en 2017, Lombardie en 2018).

EN 2019 : Je devrais me rendre dans la région la plus au Sud, celle de la Calabre. AVEZ-VOUS DES SUGGESTIONS ?

 

SLOVÉNIE : La destination de l’Europe de l’Est qui commence à peine à être en vogue, et donc préservée. La nature encore conservée est grandiose et offre le terrain de jeu idéal pour y pratiquer des activités de plein air.

Quand y aller : Le climat le long de la côte est préférable durant les mois de juillet et d’août. Par contre, pour pratiquer la randonnée ou visiter les vallées. le mois de mai est davantage recommandé.

*J’aimerais bien m’y rendre pour faire de la randonnée. AVEZ-VOUS DES IDÉES D’ENDROITS ?

 

 

VILLES À COURTISER

  

BILBAO, AU PAYS BASQUE ESPAGNOL : Pour la gastronomie (c’est là que l’on retrouve le plus grand nombre de chefs étoilés per capita), l’innovation, l’architecture moderne si bien intégrée à l’ancienne, pour se retrouver de la montagne à la mer en que quelques heures. Mais aussi accessible pour les amateurs de culture et de plein air. Un vrai coup de cœur, moins touristique, et qui en offre pour tous les goûts.

Quand y aller : De juin à septembre (octobre est aussi intéressant car moins occupé). Cependant, comme Bilbao et les alentours possèdent un climat océanique chaud sans saison sèche, le temps reste pluvieux presque qu’à l’année longue.

 *J’y étais en novembre 2018 et j’ai été agréablement surprise.

View this post on Instagram

Vous avez envie découvrir une destination hors des sentiers battus, entre mer 🌊 et montagnes ⛰ , où l’on retrouve le plus grand nombre de Chefs étoilés per capita 🌟, ou architecture innovatrice et art nouveau priment, au peuple d’un fort caractère indépendant, ou nature, surf 🏄‍♂️ et randonnée en montagne sont accessibles à quelques minutes de la ville de Bilbao ? Le Pays basque espagnol est tout à propos ! #espritdaventure #instacool #instalike #travelohotography #travelgram #travelporn #travelling #traveladdict #traveldeeper #travelingram #travelworld #wanderlust #foodporn #foodie #foodtour #organic #organicfood @gobasquing @visiteuskadi – Crédit photo 📸 : @raphaelfps

A post shared by Ariane Arpin-Delorme (@espritdaventuremtl) on

View this post on Instagram

Vous avez envie découvrir une destination hors des sentiers battus, entre mer 🌊 et montagnes ⛰ , où l’on retrouve le plus grand nombre de Chefs étoilés per capita 🌟, ou architecture innovatrice et art nouveau priment, au peuple d’un fort caractère indépendant, ou nature, surf 🏄‍♂️ et randonnée en montagne sont accessibles à quelques minutes de la ville de Bilbao ? Le Pays basque espagnol est tout à propos ! #louisebourgeois #espritdaventure #instacool #instalike #travelohotography #travelgram #travelporn #travelling #traveladdict #traveldeeper #travelingram #travelworld #wanderlust #foodporn #foodie #foodtour #organic #organicfood @gobasquing @visiteuskadi

A post shared by Ariane Arpin-Delorme (@espritdaventuremtl) on

 

FÈZ, MEKNÈS et CHEFCHAOUEN, au nord du MAROC : Pour sortir des sentiers battus de Marrakech et compagnie, pour découvrir l’un des plus grands souks au monde (Fèz), pour rencontrer les artisans, pour découvrir une architecture magnifique, tout en apprenant sur l’histoire du pays (influence espagnol importante). *J’y étais en octobre 2018. Autant pour les familles que les couples par exemple, amoureux de culture et être plus près des gens.

Quand y aller : Le Maroc jouit d’un climat tempéré qui permet d’apprécier la diversité du pays, du Haut Atlas à la Méditerranée vers l’Atlantique, toutes saisons confondues. À choisir, voyagez au  printemps, comme l’air est particulièrement agréable et les arbres en fleurs, ainsi qu’à l’automne, saison de repos aux nuits plus longues et températures plus douces à l’intérieur des terres.

 *J’étais en octobre 2018 pour un troisième séjour au Maroc, encore plus merveilleux que les précédents. J’ai eu la chance des plus significatives de participer entre autres à la toute première édition du Trek Rose Trip. Un trek d’orientation à pied, 100 % féminin, complété d’un aspect solidaire et écoresponsable.

Mon expérience de l’année à coup sûr, toute en émotions, à lire aussi sur le blogue de Lole : http://blog.lolewomen.com/se-perdre-pour-mieux-se-retrouver-trek-rose-trip/?lang=fr

À lire aussi sur le blogue : https://espritdaventure.me/2017/04/22/mer-montagnes-et-desert-du-maroc-publie-sur-tc-nouvellestc-media/

 

VICTORIA FALLS au ZIMBABWE : Pour évidemment visiter les chutes, mais aussi pour profiter d’un bon point de départ pour les vols internationaux, ainsi que pour profiter de safaris non touristiques dans le reste du pays. Pour les amoureux de la faune, qui ont déjà peut-être fait au moins un safari en Afrique.

Quand y aller : Il est agréable de visiter le pays dès le mois d’avril et jusqu’à la fin septembre. Plus on descend en altitude, plus on privilégiera les mois de juillet-août, afin d’éviter les fortes chaleurs. Les Chutes sont intéressantes à explorer presque qu’à l’année longue, offrant diverses activités.

*Je me suis balader aux Chutes Victoria du côté de la Zambie lors d’un grand tour d’Afrique australe. Mais je pense peut-être me rendre cette fois-ci au Zimbabwe en septembre 2019, suivant la situation politique. À surveiller !

 

CALGARY et EDMONTON, en ALBERTA : Pour la haute gastronomie et les nouveaux restaurants offrant le concept « farm to table ». Des destinations parfaites pour les épicuriens, qui focalisent davantage sur la découverte de la gastronomie lorsqu’ils voyagent, et qui ont aussi peut-être moins de temps pour partir outremer.

Quand y aller : Arrangez-vous pour partir entre mai et novembre. Durant cette période, la température moyenne est agréable et vous permet de visiter confortablement la plupart des parcs et des sites touristiques.

*J’ai participé à un voyage gourmand à Victoria, Vancouver, Jasper et Edmonton en novembre 2017 – froid, mais surprenant ! 

View this post on Instagram

J’A.D.O.R.E prendre le train🚂 ! Ça fait toujours partie de mes #souvenirs incontournables en #voyage et où j’y fais les plus belle #rencontres ! J’ai eu la chance de prendre le train 🚊 #overnight avec #viarail entre #vancouver et #jasper ! Une expérience inoubliable surtout à l’arrivée dans les #rocheuses, malgré la neige ⛄️❄️! @technomade va me comprendre ! Merci à @viarail pour ce moment sublime ! @tourismjasper #alberta #tourismalberta @tourismalberta #canada @canada_tourism @lety_ctz @estelle_ma_belle @tourismjasper ! @viarailcanada @bcwinetourism #espritdaventure #instacool #instalike #travelohotography #travelgram #travelporn #travelling #traveladdict #traveldeeper #travelingram #travelworld #wanderlust #travellife

A post shared by Ariane Arpin-Delorme (@espritdaventuremtl) on

 

*Si les Voyages gourmands vous mettent l’eau à la bouche, je vous invite à vous procurer un super bouquin sur lequel j’ai collaboré en 2017 : Voyages gourmands – 50 itinéraires de rêve autour du monde publié chez Ulysse. Une thématique qui m’enchante et une collaboration des plus inspirantes avec tous ces auteurs de talents ! Un petit aperçu en vidéo :

 

MES AUTRES SOUHAITS POUR 2019

 

Donc, en plus du ZIMBABWE, du KIRGHIZISTAN-OUZBÉKISTAN et de la CALABRE en ITALIE, je compte bien découvrir et re-découvrir ces endroits inspirants :

 

MARTINIQUE-GUADELOUPE ET GUYANE FRANÇAISE : Je rêve de goûter et de marcher la Martinique depuis si longtemps. J’aimerais bien profiter des nouveaux vols directs dans en Martinique, mais aussi en Guadeloupe et en Guyane française par le fait même.

 

SAN FRANCISCO : Je veux essayer cette année d’y faire escale quelques jours, en route vers l’Océanie !

 

AUSTRALIE : Je m’y rendrai pour un 3e séjour comme je ne peux résister à cette région du monde si photogénique. Retour sur PERTH afin aussi de sillonner les vignobles dans la vallée de MARGARET RIVER au Sud. Et direction BROOME et KIMBERLY au Nord. Broome est une oasis tropicale aux contrastes saisissants, de couleur et de culture. Je vais avoir la chance d’explorer de magnifiques plages de sable blanc, des eaux turquoises, des falaises rouge rouille, un riche patrimoine aborigène et un creuset de saveurs asiatiques dans son propre Chinatown. Découverte de la célèbre plage de Cable Beach lors d’une balade à dos de chameau et afin d’admirer la lueur orange d’un coucher de soleil sur Kimberley. Vol panoramique pour explorer la péninsule de Dampier. Croisière dans les seules chutes horizontales de l’Australie, résultat de la montée et de la chute spectaculaires des extraordinaires marées de Broome tout en admirant la vue à vol d’oiseau de l’archipel des Boucaniers et de la côte de Kimberley. Visite également du sud de Broome, le luxe, des paysages inoubliables et une nature sauvage unique à Eco Beach.

 

Je vous liste aussi mes incontournables suite à mon 1er voyage en Australie et vous conseille via 2 chroniques voyages radio à CHOC FM : Côte est & Sud.

Lire mon article dans le magazine Espaces afin de vous laisser inspirer par quelques coups de coeur plein air en Australie.

Jetez un coup d’oeil à mon profil INSTAGRAM afin de rêver suivant les clichés de mon 2e périple !

 

NEW YORK – encore et toujours – ou TORONTO en gang de filles

 

SAFARI & PLONGÉE en TANZANIE : Je compte retourner une deuxième fois en Tanzanie, afin de jouer du coude avec la faune dans le Serengeti et de plonger à l’île de Mafia.

J’en profite pour vous partager une dernière trouvailles pour découvrir ZANZIBAR par ses sons : https://soundslikepodcast.com/fr/episode/4/zanzibar

 »SOUNDS LIKE a été créé pour aider les gens à voyager différemment, à imaginer ou se souvenir d’un lieu à travers ses sons au lieu de photos, de vidéos ou de descriptions écrites détaillées. Sounds Like est destiné à être écouté avec des écouteurs et les yeux fermés. Nous n’avons pas l’habitude d’écouter attentivement. Par conséquent, il n’est pas facile de fermer les yeux pendant 5 minutes entières. Mais c’est certainement le meilleur moyen de s’immerger dans ces bandes sonores. Vous pouvez reconnaître précisément où je suis et ce que les gens font. Vous n’avez peut-être aucune idée de ce qui se passe. Cela n’a pas d’importance. Aucun souvenir n’est le même. Et c’est bien d’imaginer quelque chose de complètement différent de ce qui se passe réellement. » – Par Catherine Lefèbvre

À lire aussi sur le blogue : https://espritdaventure.me/2016/08/20/le-meilleur-dun-safari-animalier-en-tanzanie-publie-sur-tc-nouvellestc-media/

https://espritdaventure.me/2015/11/21/pole-pole-vers-le-sommet-du-kilimanjaro-traditions-chaggas/

https://espritdaventure.me/2016/03/13/les-iles-aux-epices-de-zanzibar/

https://espritdaventure.me/2016/01/08/rencontre-avec-le-fascinant-peuple-des-massai/

 

NOUVELLE-ZÉLANDE : Je rêvais depuis si longtemps de découvrir la Nouvelle-Zélande, pays aux mille facettes et fort de traditions maories. La destination offre certainement les plus beaux panoramas que j’ai eu la chance de découvrir ! J’y ai aussi fait la rencontre d’un peuple franchement sympathique, accessible et vivant à leur propre rythme. Je m’y rendrai pour un 3e séjour afin d’y expérimenter encore d’autres randonnée (HEAPHY TRACK & QUEEN CHARLOTTE). Définitivement un endroit où j’aimerais vivre !

 

Je vous invite à écouter mes coups de coeur lors de mon 1er voyage en Nouvelle-Zélande via 2 chroniques voyages radio à CHOC FM : Île du sud & Île du nord.

Découvrez aussi quelques-unes de mes expériences inoubliables sur l’Île du sud ainsi que sur l’Île du nord que j’avais partagé pour ma chronique bi-mensuelle  »Plier bagage » sur l’application TC-Nouvelles et propulsé par TC-Média

Jetez un coup d’oeil à mon profil INSTAGRAM afin de rêver suivant les clichés de mon 2e périple !

 

RANDONNÉE dans les parcs nationaux de l’UTAH : C’est le temps que je parcours les parcs épiques de l’Utah et de renommée mondiale (Bryce, Zion, Capitol Reef, Arches et Canyonlands) afin d’admirer les caractéristiques les plus emblématiques de l’histoire géologique et humaine, notamment Delicate Arch, Mesa Arch, Hoodoos, les anciennes dunes de sable et les pétroglyphes. Il y a aussi les autres parcs spectaculaires (Dead Horse Point, Goblin Valley, Red Canyon). 

 

OBSERVATION de la FAUNE à CHURCHILL, au MANITOBA : Pour rouler en buggy toundra afin d’épier ces incroyables ours polaires dans leur environnement. Pour me balader paisiblement en kayak au milieu de 3000 bélugas (été). Pour apprendre sur les bisons via le projet interprétatif du mont Riding, géré par Parcs Canada. Pour joindre l’observation des aurores boréales (février-mars).

 Après avoir observer les grizzlis en Colombie-Britannique à l’été 2018 !

 

RANDONNÉE au parc national Glacier, au MONTANA : Il y a tellement de randonnées que je souhaite réaliser dans ce monde ! Et en choisissant les États-Unis, malgré certaines réticences pour des raisons évidentes, la destination permet de faire de plus courts séjours. Les panoramas du parc national Glacier semblent vraiment incroyables !

 

PLONGÉE à RAJA AMPAT : Après avoir eu la chance de vivre un liveaboard grandiose de 10 jours dans les îles de PALAOS en Micronésie en 2018, je compte bien me diriger vers les îles de RAJA AMPAT pour célébrer mes 40 ans !

 

VÉLO en ARGENTINE : Je n’ai jamais encore fait un voyage de vélo au long court. Et quoi de mieux pour connaître une nouvelle destination que de choisir un rythme plus lent ? À parcourir des régions sauvages et méconnues tel que le col de Lipan, le canyon de Calchaquies au pied du mont Cachi (6380 mètres), les ruines du peuple Quilmes, ou encore la forêt tropicale de la Sierra Cornisera, mais aussi des paysages de réputation mondiale comme le canyon de Humahuaca, considéré patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO, le désert de sel de Salar Grande, les ruines inca de Pucara, ou les précieux vignobles de Cafayate avec ses vins prestigieux. Je devrais même reprendre le tango avant de m’y rendre !

 

D’AUTRES GRANDS RÊVES :

 

RANDONNÉE le long de la KALALAU TRAIL sur l’île de KAWAI à HAWAÏ

CROISIÈRE en ANTARCTIQUE : Mon but ultime d’observation de la faune. J’y travaille fort !

RANDONNÉE le long de la KOKODA TRACK en PAPOUASIE NOUVELLE-GUINÉE

CROISIÈRE en ARCTIQUE : J’y rêve depuis si longtemps ! En attendant, je lis les récits de Sarah-Émilie Nault comme celui-ci :

https://quebec.huffingtonpost.ca/2017/12/05/un-periple-inoubliable-au-coeur-de-l-arctique-du-groenland-a-terre-neuve_a_23297741/

PLONGER en apnée avec les BALEINES à TONGA

POLYNÉSIE FRANÇAISE

 

Au plaisir d’avoir vos commentaires !

 

MERCI AUSSI DE ME SUIVRE SUR INSTAGRAM !

Louez une villa ou Échangez votre maison / Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 15 avril 2017

– Par Ariane Arpin-Delorme

 

 

Vous cherchez à expérimenter divers types d’hébergement au lieu de loger en hôtel traditionnel et aimeriez profiter de la chance de peut-être rester plus longtemps à destination ? Vous auriez envie de sentir davantage la vie animée d’un quartier en particulier en vous retrouvant aussi dans un lieu plus chaleureux ?

Que vous soyez en couple, en famille ou en groupe d’amis, la location d’une villa est une agréable formule de plus en plus en demande afin de se retrouver dans un lieu plus intime.

Que ce soit simplement pour un séjour de repos dans un endroit paradisiaque, un combiné avec une croisière en voilier ou bien un circuit à la découverte de la destination, louer une villa est idéal !

Cependant, quoique vous pensiez peut-être réduire les dépenses, surtout au niveau des repas, les tarifs actuels pour loger en villa sont souvent un peu plus que pour loger à l’hôtel. Ça vaut donc la peine si vous êtes au moins 6 personnes à partager la même villa, comme la plupart d’entre-elles bénéficieront de 3 à 5 chambres.

*À noter que plusieurs villas demandent de rester un minimum de 5 nuitées.

Astuce : Je propose la plupart du temps de louer une voiture comme de nombreuses villas sont situées assez loin des centres et ce, afin de faire vos achats à l’épicerie et pour partir en excursion.

En louant une villa, vous aurez aussi l’occasion cuisiner vos repas et donc d’économiser sur les coûts de la nourriture. Mais vous pourriez aussi vous laisser gâter en vous réservant les services d’un chef pour vous cuisiner quelques repas spéciaux ou pendant toute la semaine.

Après tout, vous serez en vacances !

En résumé : Pourquoi louer une villa ? 

  • Plus d’espace et d’intimité qu’à l’hôtel
  • Plusieurs villas, gérées par des agences immobilières, offrent maintenant un service de concierge personnel afin de vous conseiller et de personnaliser vos vacances
  • Meilleur rapport qualité/prix si on est nombreux à partager la villa
  • Possibilité de cuisiner vos propres repas
  • Ne pas vivre dans ses bagages, comme vous vous ne changez pas d’endroit
  • Simplicité pour des vacances en famille
  • Pas de restrictions de dates
  • Tranquillité d’esprit

Il y a vraiment une vaste sélection de villas de location maintenant proposée dans le monde, des plus privées aux plus luxueuses.  

Des idées de destinations inspirantes où l’on retrouve de nombreuses villas à louer : Costa Rica, Grèce, Italie, Mexique, Barbade, Hawaii, Maroc, Indonésie, etc..

 

Quelques conseils pour louer une villa :

  • Commencez vos recherches d’avance: Encore plus si vous prévoyez voyager en haute saison ou que vos dates ne sont pas très flexibles. Je recommande de vous y prendre de 6 à 8 mois avant le voyage.
  • Restez ouvert à différentes propositions auxquelles vous n’aviez pas songé afin qui sait, de peut-être découvrir un petit bijoux de quartier ou un coin de paradis !

 

Dans la même lignée, pourquoi ne pas essayer l’échange de maisons (ou d’appartements, de chalets…), qui ne cesse aussi de gagner en popularité ?

Ce type d’hébergement n’est effectivement pas fait pour tout le monde. Il faut être avant tout à l’aise avec l’idée que quelqu’un vive dans votre univers pendant votre absence (et vice-versa). Mais si c’est le cas, vous avez peut-être trouvé une bonne façon de voyager plus souvent. Sans oublier que ça permet entre autres de réduire ces dépenses !

Quelques points à garder en tête lors d’une première expérience :

  • Décrivez en détails votre maison à échanger : combien de personnes peut-elle accueillir, type de pièces, jardin ou cour extérieure, etc.. N’hésitez pas à parler de votre quartier : commerces dans les alentours, distance de l’aéroport, du centre-ville et des transports en commun, etc.. Ajouter de nombreuses photos afin d’attirer l’intérêt. 
  • N’hésitez pas à planifier des rendez-vous téléphoniques pour en apprendre davantage sur les gens qui s’intéressent à votre maison et chez qui vous aimeriez loger. 
  • Les assureurs encouragent l’échange de maisons comme les cambriolages ont souvent lieu pendant les vacances. Par contre, en cas de bris ou de vols, vous risquez de ne recevoir aucune protection de l’assurance, puisque les visiteurs ont accès à la maison. 
  • Gardez en lieu sûr certains objets précieux pendant l’échange de maisons ou confiez-les à quelqu’un de confiance. 
  • N’oubliez pas d’informer vos voisins avant que vos visiteurs s’installent chez vous ! 

 

Quelques adresses pour l’échange de maisons :

  • HomeLink : homelink.org
  • TrocMaison : trocmaison.com
  • HomeForExchange : homeforexchange.com
  • Homelidays : homelidays.com
  • Be Mate : bemate.com
  • One Fine Stay : onefinestay.com
  • CanadaStays: canadastays.com

 

Au plaisir de recevoir vos commentaires, astuces et trouvailles !

Comment faire la rencontre avec un éléphant… autrement – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 12 novembre 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

p1000206

Nous avons tous une « bucket list » d’expériences que l’on aimerait vivre ou de destinations que l’on aimerait tant découvrir avant de mourir !

De retour d’Afrique à l’instant, ça m’amène à vous parler d’une expérience qui se retrouve sur de nombreuses listes : la balade à dos d’éléphants.

Il y a assurément un air de romantisme à faire une balade à dos d’éléphant. Assis sur le dos de ce géant traversant des plages de sable blanc le long d’une mer turquoise, ou au travers la jungle…

Qui n’aimerait pas affirmer qu’il a voyagé en Thaïlande et a eu la chance de monter sur le dos d’un  éléphant ?

Mais, la vérité est qu’avec l’information que nous avons en main aujourd’hui, nous devrions éviter cette expérience pour le bien des éléphants.

Aux États-Unis, des organisations telles que la Humane Society ainsi que l’Association des zoos et aquariums sont fermement contre les balades à dos d’éléphants en raison de l’abus que subissent ces derniers lors de leur apprentissage ainsi qu’au sujet de la sécurité des voyageurs. Je crois que la plupart des gens ne sont tout simplement pas au courant de cette réalité !

p1000161

Quelles raisons de privilégier des façons plus humaines de se rapprocher des éléphants au lieu de monter sur leur dos :

L’entrainement

Le mahout formera les éléphants qui seront utilisés au sein de l’industrie du tourisme. Les jeunes éléphants sont arrachés à leurs mères et piégés dans de minuscules espaces, abusés avec des bâtons de bambou à clous afin de les affamer. C’est une pratique générale e longue date et acceptée en Thaïlande par exemple, tel dans les cirques.

La santé

La colonne vertébrale de l’éléphant n’est en fait pas en mesure de bien supporter le poids de personnes. Porter des touristes sur le dos toute la journée peut conduire à des lésions permanentes. De plus, le poids inconfortable de la chaise attachée à leur dos peut causer des infections et blessures. Certains en laissent même leur peau.

L’interaction sociale

Les éléphants, comme les humains, ont besoin de socialiser ainsi que de se sentir à proximité de leur famille et amis. Ceux-ci ressentent de la douleur, de la tristesse, du bonheur et plus encore. Cependant, au contraire de ce qu’ils ont besoin, ils vivent essentiellement isolés dans plusieurs camps d’éléphants.

Les conditions de vie

Les éléphanteaux sont attachés aux mères pendant les balades, ce qui peut leur causer des blessures devant suivre le rythme souvent trop rapide. Afin de poursuivre la randonnée, le mahout les poussera avec leur bâton de bambou leur causant de graves traumatismes. La plupart des camps vont aussi enchaîner ces éléphants quand ils ne travaillent pas, sans souvent les nourrir suffisamment.

Plusieurs voyageurs mentionnent être témoins de la détresse des éléphants lorsque ceux-ci balancent leurs tête, soit un signe de stress psychologique grave.

p1000180

Heureusement, il est tout de même possible de vivre cette expérience extraordinaire, mais de façon plus responsable ! Une bonne règle à retenir est de ne pas encourager les campements qui proposent des balades à dos d’éléphants. Rappelez-vous, tous ces éléphants ont souffert de la torture.

Selon l’endroit où vous vous trouvez, il y a maintenant davantage de projets de conservation qui vous permettent de les nourrir, de les baigner et de passer du temps avec eux sans leur causer d’autres dommages.

Les parcs comme le Elephant Nature Park ou Boon Lott Elephant Sanctuary dans le nord de la Thaïlande sont deux bons exemples qui jouissent d’une bonne réputation et permettent l’interaction homme-éléphant sans compromettre la sécurité de l’éléphant.

Par le fait même, j’aimerais vous faire part d’une campagne de sensibilisation : I Worry (http://iworry.org/) mise sur pied par la Fondation : The David Sheldrick Wildlife Trust (http://www.sheldrickwildlifetrust.org/) dédiée à protéger et à conserver la faune africaine, plus particulièrement les espèces en danger et victimes du braconnage, tel les éléphants et les rhinocéros.

Bonne prochaine rencontre avec un éléphant !

Les peuples nomades des steppes mongoles – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 30 avril 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

740_on-v-Balade_equestre_en_Mongolie__Agence_Esprit_d_Aventure

Malgré des réalités quotidiennes souvent bien différentes, les ressemblances sont parfois surprenantes entre le voyageur itinérant et le Mongol nomade…

Dans ce pays plat, tout relief plus haut qu’une maison à deux étages est une montagne « uul ». À l’horizon, quelques groupes de yourtes blanches (« ger » en mongol) se dessinent. Elles semblent se protéger du monde moderne. Selon la légende, la yourte est un symbole de paix et de rassemblement familial. C’est aussi la solution optimale pour contrer aux intempéries. Si la chance vous sourit, vous pourriez même arriver juste au bon moment afin de démonter une yourte. Loger au sein d’une petite communauté locale représente une belle opportunité à saisir afin d’entrer en contact avec une famille. Pourquoi ne pas participer aux tâches quotidiennes : traite des vaches, sciage du bois, coupe du fromage « aruul » à l’aide d’un cheveu, apprendre les rudiments des jeux d’osselets, dégustation de la vodka mongole en compagnie des grands-mères, préparation d’un repas traditionnel tel le ragoût « khorkhog ». Profitez-en pour enfiler l’habit traditionnel « deel », une robe manteau faite de soie ou de drap feutré. Ajoutée d’une écharpe de couleur jaune ou orangée, en guise de ceinture, les hommes sont coiffés d’un chapeau alors que les femmes se recouvrent la tête d’un foulard coloré. Les hautes bottes noires apportent la touche finale.

Il est intéressant de noter que les nomades mongoles ne se déplacent pas par choix de vie et d’envie de liberté, mais plutôt pour des raisons reliées aux conditions climatiques hostiles. Il ne faudrait pas imaginer que le nomadisme est une errance aveugle, au gré des fantaisies; les bêtes ne le supporteraient pas. Vivant dehors tout au long de l’année, ce sont, selon les régions, des troupeaux de bovins, de yaks, de moutons, de chèvres et de chameaux (le chameau de Bactriane, à deux bosses, capable de supporter le rude hiver) qui constituent le mode de subsistance et de revenus principal. Quand l’herbe est épuisée autour de la yourte, la famille et son troupeau se déplacent. Les éleveurs mongols connaissent dès le début de l’année l’ensemble de leur trajet et leurs points de campement. Il s’agit donc bien d’une façon de dominer les éléments de la nature. Même Ourga, l’ancienne capitale, se déplaçait !

En Mongolie où il n’y a pas vraiment de transport en commun, même les routes se déplacent et deviennent ainsi semi-nomades, telles les rivières au travers des saisons. La plupart des nomades se déplacent à cheval, cet animal élégant est bien significatif.

636_on-v-Balade_equestre_en_Mongolie__Agence_Esprit_d_Aventure

L’hospitalité mongole est une tradition ancestrale ! On dit que les nomades sont très rarement surpris par la venue de visiteurs étrangers ou mongols, car leur style de vie est fait pour accueillir tout passant. La coutume étant d’arrêter à chaque campement lors de sa route afin de prendre le thé au lait salé. Ils s’attendent à la même attention en retour lorsqu’ils en auront besoin. Leur mode de vie les a habitués aux courtes rencontres : chacun a son propre chemin à suivre. C’est le pays où la terre est dure et le ciel est loin! L’entraide et la solidarité sont une condition de survie.

Un merveilleux peuple à rencontrer… en arrivant par le train Trans mongolien au départ de la Chine, en randonnée pédestre, en mini-van russe ou bien sûr à cheval…

 

Consultez des idées d’itinéraires voyage en Mongolie sur Esprit d’Aventure.

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.

Les hommes de la forêt de Borneo – Publié sur TC Nouvelles/TC Média

Publié sur l’application de TC Nouvelles / Par TC Média – Le samedi 20 février 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

2013-02-05 14_12_18

Depuis que je suis toute petite, je chéris ce rêve de faire la connaissance de ces « Hommes de la forêt », ces orangs-outans que l’on dit si sensibles et intelligents. C’est donc à partir de Sepilok, petite bourgade située au nord de l’île de Bornéo dans la région malaisienne de Sabah, que je m’enfonce au milieu d’une jungle mystérieuse pendant cinq jours. À bord d’une barque un peu précaire, je navigue sur la rivière Lokan, longeant d’immenses fougères côtoyant de petites huttes en bambou où habitent ces pêcheurs aux filets rafistolés.

Logée dans un lodge des plus authentiques, situé entre une réserve naturelle et un sanctuaire animalier, je reste blottie sous la moustiquaire, au milieu du bungalow à trois murs sur pilotis. C’est si extraordinaire de dormir dans la jungle et d’être attentive à toute cette vie nocturne. À l’aube, en ouvrant l’œil en même temps que cette faune bruyante, la lumière sur le fleuve est superbe sous un couvert de brume.

De nombreuses possibilités de safaris à pied, accompagnée de guides locaux d’expertise affiliés au lodge où je loge, me permette de découvrir une faune des plus exotiques. Cachée au coeur de la jungle et des plaines du Kinabatangan, je fais connaissance avec des singes macaques et gibbons, de grands hérons, des calaos au double bec, des martins-pêcheurs colorés, des lézards monitors et des crocodiles se faisant sécher sur les bancs de sable. Je croise les doigts en espérant apercevoir ces fameux « Hommes de la forêt ». Le mot ourang-outan vient des langues Malais et Bahasa indonesien : Orang se traduit par : homme et Outan par : forêt. Cette espèce de primate, se retrouvant autrefois partout en Asie du Sud-est, survivent maintenant qu’en petites populations se retrouvant seulement sur les îles de Borneo et de Sumatra, en Indonésie. Après quelques heures de balade, une dizaine d’orangs-outans viennent me rendre visite afin de déguster leur repas de bananes. Ils naviguent d’arbre en arbre avec une telle agilité ! Leurs bras, longs d’environ huit pieds, leur donnent une force surprenante.

J’ai aussi la chance d’admirer de grandes familles de singes proboscis, au corps des plus particuliers : nez retroussé lors de leurs premières années et très protubérant par la suite ; immense ventre dû à leurs quatre estomacs ce qui leur permettent de digérer des plantes vénéneuses.

Je ne peux résister d’adopter Chikita, une adorable orang-outan orpheline âgée de 2 ans, par le bais d’un programme de parrainage. La femelle orang-outan ne donne naissance qu’à un seul poupon, et ce, tous les trois à six ans, après une période de gestation d’environ 265 jours ! Elle prendra bien soin de son bébé jusqu’à l’âge de dix ans afin de lui enseigner la survie en forêt. Principalement végétariens, les orangs-outans mangent parfois des insectes. Durant leur période d’apprentissage, ils devront identifier environ deux cent espèces de plantes alimentaires : mangues, figuiers, durians odorants agrémentés de miel, etc..

Ces magnifiques « Hommes de la forêt » font malheureusement partie des espèces en voie de disparition, dû entre autres à la destruction de la forêt tropicale ainsi qu’aux épidémies de tuberculose touchant plusieurs villageois de Bornéo. Donc, si votre cœur vous dit de vous impliquer afin de supporter les efforts du Centre de réhabilitation de Sepilok et qui sait, peut-être même d’adpoter une petite Chikita, n’hésitez pas à contacter l’organisme Orangutan Appeal UK : http://www.orangutan-appeal.org.uk/. De nombreuses possibilités vous sont proposées telles : de devenir un partenaire d’affaires vous offrant une visibilité internationale, d’organiser un évènement pour amasser des fonds, de faire un don, de parrainer un orang-outang pendant deux ans, etc..

Si vous êtes déjà sur place, vivez l’expérience unique de loger dans la jungle chez Uncle Tan. Des contacts bien significatifs avec le personnel du lodge et des moments inoubliables en nature : http://www.uncletan.com.

 

Consultez des idées d’itinéraires voyage en Malaisie sur Esprit d’Aventure.

Téléchargez l’application TC Nouvelles pour suivre nos chroniques voyage à chaque 2 samedi dans votre région.

Séoul : mégapole mutante et noctambule

(Source de l’image : Wikimedia commons – Droits d’utilisation acceptés)

Je rêvais de découvrir la Corée du sud depuis déjà un moment… et j’en rêve encore ! Mais en décembre 2014, en chemin vers l’Indonésie, j’ai saisi l’opportunité de faire un saut de 5 jours à Séoul afin de me donner un aperçu de cette mégalopole mutante et noctambule.

 

P1070268

Séoul, cité logée au milieu des montagnes, qui joue entre la démesure des édifices de verre ultramodernes et des néons & entre les quartiers traditionnels et palais royaux de la Dynastie Joseon. On passe littéralement d’un monde à l’autre en l’espace de quelques minutes ! C’est fascinant !

Séoul est considérée comme la capitale culturelle de l’Extrême-Orient. C’est l’occasion parfaite pour visiter des expositions d’artistes avant-gardistes et de sentir la créativité de la nouvelle génération.

 

P1070191

Sur le chemin au départ de l’aéroport, on est d’abord accueilli par des dominos de blocs d’appartements à perte de vue, abritant une population de plus de 25 millions d’âmes. Puis, on tombe sous le charme des maisons de thé, des vielles ruelles et des temples bouddhistes.

 

P1070271

On retrouve une multitude de restaurants familiaux conviviaux et de stands de rue pour savourer une cuisine exotique et assez abordable, bien souvent agrémentée du fameux chou mariné « kimchi » (il y a même le musée du kimchi !).

Si vous avez envie, le Marché aux poissons de Noryangjin est apparemment un incontournable : poisson cru (hoe), ragoût épicé (haemultang), concombre de mer (jeonbokjuk),…

P1070223

Je m’offrirai aussi l’opportunité de vivre l’expérience de manger la nourriture saine de temple, dans une ambiance bien particulière, ou je ne compterai plus le nombre de petits plats. Un incontournable !

 

P1070208

J’ai laissé tomber le café pour siroter du thé (je ne pourrais dire combien…) dans les nombreux salons de thé des quartiers traditionnels de la ville.

 

P1070265

J’en ai aussi profité pour méditer (du moins essayer !) au temple bouddhiste de Jogyesa, assise bien confortablement sur mon coussin, en profitant de l’encadrement de moines et bercée par les incantations. Situé au centre de Séoul, c’est en fait le seul temple bouddhiste traditionnel (de type zen), comme la Dynastie Joseon se méfiait du bouddhisme à l’époque. Celui-ci fut construit en 1910, durant l’occupation japonaise.

 

P1070179

Je me suis évidemment perdue (littéralement) dans les ruelles du superbe quartier traditionnel de Bukchon, accroché à flanc de colline. On y retrouve 900 maisons de style hanok aux toits pointus, tuiles orangées et cours intérieures. C’est un des rares quartiers encore préservé. Le week-end, il est pris d’assaut par les photographes amateurs, qui en profitent pour faire un saut dans ses boutiques, galeries d’art et cafés chics.  

 

P1070302

Même si je n’affectionne pas particulièrement le magasinage, j’ai quand même bien apprécié l’animation de la rue piétonne d’Insa-dong afin de découvrir aussi une foule de petits restaurants traditionnels, maison de thé et échoppes aux trésor. C’est l’endroit pour dénicher ses souvenirs !

Ou bien sillonner les allées du Marché extérieur de Namdaemun où l’on trouve pratiquement de tout : vêtements, chaussures, appareils photo, lunettes, algues, ginseng,… C’est près de là que se trouve le célèbre grand magasin Shinsegae.

 

P1070254

P1070165

À ne pas manquer : la visite du très long Sanctuaire Jongmyo, tout de bois, qui contient ce qu’ils appellent les tablettes funéraires de 19 Rois et 30 Reines de l’ancienne dynastie. Celui-ci est aussi inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais l’entrée sud est même réservée que pour les esprits…

J’ai bien aimé observer les gens jouer aux échecs ou au jeu de go dans le Parc Citizen en face du temple.

 

Gyeongbok-Palace-Seoul-Korea-12

P1070162

 

 

 

 

Le Palais Gyeongbokgung, ou plus communément appelé le Palais du Bonheur (j’adore !) est le plus imposant de la cité. Il représentait le siège du pouvoir de la Dynastie Joseon. Une foule de bâtiments rénovés, la grande Cour intérieure ainsi que son architecture traditionnelle de toits tanchong rouges et verts nous emportent dans un autre monde. On peut aussi y voir la relève de la garde : soldats en costumes d’époque marchant au son de la musique à chaque heure en journée (je suis arrivée en retard… bien sûr !).

 

P1070250

P1070239

P1070226

P1070146

Malgré qu’il faisait un peu froid, comme j’ai découvert Séoul en décembre (il a même neigé à mon départ), je me suis longuement baladé au-travers des Jardins secrets (Biwon) aussi nommé les Jardins de Derrière (Huwon). Il y avait encore des feuilles aux couleurs d’automne. Paysage de cours d’eau et de petits pavillons, propice à l’écriture (malgré que les visites soient des plus encadrées !).

 

P1070298

Quelques heures avant mon départ, j’ai expérimenté le Séoul moderne, ultra connectée et consumériste du quartier de Gangnam. Tout ce qui est des plus superficiel : boutiques de luxe, cliniques de chirurgie esthétique, cafés chic, bars à la mode. Tout le monde est définitivement « tiré à quatre épingles » !

 

luxury-su-noraebang

Après avoir visité les universités de Hongdae pour leur architecture futuriste, il faut se perdre à la tombée de la nuit dans ce même quartier. Sinchon et Itaewon sont aussi de bonnes options pour sentir l’effervescente de la ville et pour partager un verre de « soju » (vin fermenté), avec ses voisins de table.

Découvrir aussi la vie nocturne et la musique pop qui a fait le tour du monde de DVD-Bang à Jonggak.

À ne pas manquer, chanter au karaoké dans la rue. Étant seule, je n’ai pas osé ! Mais je vous recommande les karaoke Su Noraebang qui sont une valeur sûre !

 

P1070263

Séoul, ville des plus sécuritaires où on se sent bien avec ce peuple chaleureux, en oubliant la barrière de la langue… J’avoue être restée sur mon appétit comme ce séjour fut trop court. J’ai vraiment hâte d’y retourner.

N’hésitez pas à nous demander de vous organiser un séjour à Séoul (itinéraires à venir sur notre site web) !