Voyager pour la cause – PubliĂ© sur TC Nouvelles/TC MĂ©dia

PubliĂ© sur l’application de TC Nouvelles / Par TC MĂ©dia – Le samedi 17 juin 2017

– Par Ariane Arpin-Delorme

 

Les voyages caritatifs, ou plus communément nommés : « voyager pour la cause », sont de plus en plus populaires depuis les dix derniÚres années au Québec et ailleurs.

Peu importe la cause sociale que vous souhaitez encourager, ce genre de voyage permet premiĂšrement de faire une levĂ©e de fonds avant le dĂ©part (qui peut s’échelonner sur 1 ou 2 ans en gĂ©nĂ©ral) ET souvent aussi de relever un certain dĂ©fi sportif Ă  destination par la suite.

Quoi de plus noble que d’amasser des fonds pour une cause qui vous tienne Ă  cƓur et de sensibiliser notre entourage Ă  la cause en question en plus de stimuler au dĂ©passement personnel.

 

Agences de voyages spécialisées :

Il existe plusieurs agences de voyages spĂ©cialisĂ©es, ou du moins en partie, Ă  l’organisation de ce genre de voyage en mini-groupe. Ces agences travaillent donc en partenariat avec certaines fondations. Pour ne nommer que celles-ci : ExpĂ©dition Monde, Karavaniers, Terra Ultima via Explorateurs Voyages, etc..

Elles offrent aussi un soutien aux participants dans leur collecte de fonds pour les encadrer minimalement dans l’organisation d’activitĂ©s. Car, il ne faut pas se le cacher : solliciter des fonds Ă  notre entourage ou autre, ce loin d’ĂȘtre Ă©vident ! Les gens sont tellement sollicitĂ©s aujourd’hui pour tout !

Les participants ont le choix de joindre un mini-groupe offert par l’agence de voyages ou la fondation. Ou bien de choisir leur voyage en privĂ© par eux-mĂȘmes selon la destination souhaitĂ©e et avec l’agence de voyages de leur choix (toujours en amassant des fonds pour une fondation).

En général les participants doivent amasser de 5000 à 10 000$ par exemple, dont une partie qui paiera pour le voyage. Le reste des fonds sera redirigé à la fondation pour financer la recherche sur le cancer ou aider une cause sociale.

 

Personnellement, j’ai eu la chance unique de guider quelques voyages caritatifs en mini-groupe dans le passĂ©, par exemple vers le Camp de base de l’Everest au NĂ©pal pour la SociĂ©tĂ© de Recherche du Cancer. Ce fut de loin les voyages les plus significatifs que j’ai eu la chance de guider comme entre autres la plupart des voyageurs Ă©taient soit des survivants du cancer ou soit qu’ils venaient malheureusement de perdre un ĂȘtre cher. Vous comprenez donc que d’arriver au Camp de base de l’Everest fut encore plus significatif Ă  mon avis pour ces voyageurs ! De plus, la dĂ©marche d’amasser les fonds, assez ardue pour certains selon le rĂ©seau de contacts disponible, et de s’entrainer pendant 1 an ou 2 rend dĂ©finitivement l’expĂ©rience encore plus enrichissante !

 

Des exemples de fondations au QuĂ©bec qui sont bien actives dans l’organisation de voyage caritatifs ou qui travaillent plus dans l’ombre de pair avec des agences de voyages :

  • SociĂ©tĂ© de Recherche du Cancer
  • Fondation des maladies du coeur
  • Leucan
  • DiabĂšte QuĂ©bec
  • Le Phare Enfants et Famille
  • La Fondation des hĂŽpitaux Enfant-JĂ©sus – Saint-Sacrement
  • Fondation Centre de cancĂ©rologie Charles-Bruneau

Et j’en passe


 

Afin de vous faire rĂȘver


Des exemples de voyages caritatifs offrant un défi physique à réaliser

  • Ascension du Kilimanjaro en Tanzanie ;
  • Ascension du mont Mera ou Island Peak au NĂ©pal ;
  • Ascension de l’Aconcagua en Argentine ;
  • Trek du camp de base de l’Everest au NĂ©pal ;
  • Trek de Ausangate au PĂ©rou ;

Ou plutît des voyages d’aventure douce :

  • RandonnĂ©e dans les massifs des Iles Canaries (Espagne) ;
  • Aventure dans la jungle du Costa Rica ;
  • Aventure dans les pics tourmentĂ©s de MadĂšre au Portugal ;
  • RandonnĂ©e dans la rĂ©gion du Grand Canyon aux États-Unis ;
  • Aventure sicilienne parmi les volcans en Italie ;
  • ExpĂ©dition Ă  vĂ©lo au Rajasthan en Inde ;
  • RandonnĂ©e Ă  la Grande muraille de Chine ;
  • RandonnĂ©e en Islande ;

Voyager pour la cause, ça ajoute assurément un aspect plus significatif à une expérience de voyage !

Il faut seulement avoir la patience et la volontĂ© d’amasser des fonds !

Publicités

Des astuces pour mieux profiter du temps d’attente en escale Ă  l’aĂ©roport – PubliĂ© sur TC Nouvelles /TC MĂ©dia

PubliĂ© sur l’application de TC Nouvelles / Par TC MĂ©dia – Le samedi 29 avril 2017

– Par Ariane Arpin-Delorme

 

 

Imaginez-vous Ă  l’aĂ©roport pendant une plus ou moins longue escale : Les toilettes. Le cafĂ©. Le sol pour pouvoir se brancher Ă  une prise de courant. Les banquettes. Le cafĂ©. Les toilettes. Le fauteuil massant. La boutique de souvenirs. Le cafĂ©. Et j’en passe ! Ça vous rappelle des souvenirs ? MalgrĂ© que l’économie d’argent puisse ĂȘtre importante lorsque vous choisissez de rĂ©server un vol avec une escale de 6-8-10 heures, en revanche, vous pouvez franchement trouver le temps long.

 

Quelques astuces pour mieux occuper votre temps d’attente Ă  l’aĂ©roport

  • Sortir dans le cas d’escale de plus de 6h! Inutile de rester Ă  errer Ă  l’aĂ©roport. L’extĂ©rieur aura bien plus de choses Ă  offrir ! Par exemple Ă  Amsterdam ou Ă  Londres ou il est bien facile de prendre le train (offert environ aux 10 minutes) vers le centre-ville pour y ĂȘtre entre 20-40 minutes. Je le propose souvent aux voyageurs afin qu’ils dĂ©couvrent une nouvelle ville europĂ©enne !
  • Faire du magasinage! MĂȘme si cela revient Ă  se crĂ©er un besoin, ça peut ĂȘtre l’occasion de penser Ă  changer de parfum, Ă  faire le plein de chocolat ou Ă  goĂ»ter les spĂ©cialitĂ©s du coin. Évidemment, ce n’est pas Ă  l’aĂ©roport que l’on retrouve le plus d’authenticitĂ© mais ça peut dĂ©panner si on a oubliĂ© de ramener LE souvenir pour sa belle-maman ! Certains aĂ©roports sont par ailleurs de vĂ©ritables centre commerciaux – parfois gigantesques – comme c’est le cas Ă  Dubai, Ă  Londres (Heathrow) ou encore Ă  Hong Kong.
  • Visite guidĂ©e : dans certains aĂ©roports, il est mĂȘme possible de se joindre Ă  une visite guidĂ©e (gratuite ou non) pour les voyageurs en transit ; c’est le cas Ă  l’AĂ©roport Changi de Singapour, en passant Ă©lu meilleur aĂ©roport du monde, ou encore Ă  l’AĂ©roport d’Incheon Ă  SĂ©oul.
  • C’est ENFIN le moment de (re)lire la presse, de dĂ©couvrir les derniĂšres nouveautĂ©s littĂ©raires. Comme quoi, lire est un indĂ©modable de l’aĂ©roport, on trouve une superbe bibliothĂšque Ă  l’aĂ©roport d’Amsterdam (Schipol).
  • Profiter du Wifi.Nombreux sont les aĂ©roports qui en proposent maintenant gratuitement. Il est possible de se connecter depuis ses propres appareils ou d’utiliser des ordinateurs mis Ă  disposition dans les halls d’attente ou souvent dans les bars.
  • Faire le classement de ses photos et mĂȘme de son ordinateur.Cette tĂąche ingrate gĂ©nĂ©rant toujours une intense procrastination, devient finalement lors d’une attente dans un aĂ©roport tout Ă  fait appropriĂ©e.
  • Partir Ă  la dĂ©couverte de l’aĂ©roport. En fonction des aĂ©roports, des services parfois surprenants peuvent ĂȘtre offerts ou proposĂ©s ; bibliothĂšques, massages, excellents restaurants, mais Ă©galement des activitĂ©s et services plus atypiques comme une serre Ă  papillons et une piscine Ă  Singapor (Changi), deux aquariums Ă  Vancouver, des « cabines Ă  sieste » (napcabs) Ă  Munich (Franz Josef Strauß), un cinĂ©ma IMAX Ă  Hong Kong, un bar Ă  oxygĂšne Ă  Tokyo (Narita), une patinoire, un spa et un casino Ă  SĂ©oul (Incheon).

 

Personnellement, malgrĂ© que la fatigue refasse souvent surface Ă  l’aĂ©roport comme mon niveau de stress baisse, j’apprĂ©cie vraiment ce temps juste pour moi afin de faire le bilan
 entre deux mondes !

Bon vol !