Les CroisiĂšres d’exception ! – PubliĂ© sur TC Nouvelles/TC MĂ©dia

PubliĂ© sur l’application de TC Nouvelles / Par TC MĂ©dia – Le samedi 10 dĂ©cembre 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

41-v-celebrez-le-nouvel-an-dans-les-caraibes-du-26-dec-2016-au-06-janv-2017-12-jours

La mode des croisiÚres est à nouveau de retour ! 

Il existe vraiment maintenant des croisiĂšres pour tous les portefeuilles et tous les Ăąges. MalgrĂ© les apparences, les croisiĂšres ne sont pas frĂ©quentĂ©es que par les voyageurs d’ñges murs, mĂȘme s’ils constituent la clientĂšle principale. 

Afin de vous inspirer, je vous parle de diverses types de croisiĂšre, que j’ai moi-mĂȘme eu la chance d’expĂ©rimenter : 

Les croisiĂšres sur plus gros paquebot, (transportant plusieurs centaines et mĂȘme milliers de voyageurs), sont une bonne façon d’avoir un aperçu de plusieurs endroits, afin de peut-ĂȘtre y revenir plus tard.

En contrepartie, elles peuvent ĂȘtre frustrantes si vous aimez prendre votre temps puisque vous n’aurez souvent que quelques heures pour visiter une Ăźle ou une ville portuaire.

Elles offrent une sĂ©lection inimaginable d’activitĂ©s d’animation Ă  bord (casino, spectacles, sports, parcs aquatiques, etc.). Maintenant, certaines croisiĂšres suivent une thĂ©matique particuliĂšre : cinĂ©ma, gastronomie (mon type prĂ©fĂ©rĂ© !), familles, etc.).

Vous pourrez aussi joindre une croisiùre de repositionnement des navires, soit entre deux saisons touristiques, par exemple entre l’Europe et les Caraïbes, afin de profiter d’un trajet inhabituel.

IdĂ©es voyage en paquebot : l’Antarctique, l’Alaska, les CaraĂŻbes, les fjords de Scandinavie et la MĂ©diterranĂ©e.

80-v-croisiere-extraordinaire-sur-l-amazone

Les croisiĂšres fluviales, Ă  bord de plus petits navires souvent luxueux ou en pĂ©niches, permettent de faire Ă©tape dans les villes fĂ©tiches d’Europe par exemple. Ou bien de naviguer sur des fleuves mythiques comme l’Amazone ou le Nil.

Par ailleurs, le coĂ»t en occupation simple pour les croisiĂšres fluviales, (transportant une centaine de voyageurs ou un peu plus), est souvent moins Ă©levĂ© que les croisiĂšres Ă  bord d’un paquebot.

IdĂ©es voyage en plus petits navires ou pĂ©niches : les grands fleuves d’Europe : le Danube, la Tamise, le Rhin, le fleuve Amazone au BrĂ©sil, le fleuve Nil vers les pyramides en Égypte, les Ăźles GalĂĄpagos en Équateur et le Bou El Mogdad sur le fleuve SĂ©nĂ©gal.

p-5724-anahi_pic_6

Si vous avez envie de traverser l’ocĂ©an et Ă  moindre coĂ»t, je vous conseille d’embarquez sur un cargo, tout aussi sĂ»rs que les autres types de bateaux (quoique peut-ĂȘtre pas aussi confortable) et n’exigeant gĂ©nĂ©ralement pas de supplĂ©ment simple.

Quelques rùgles d’or pour voyager en cargo :

  • Attention, le nombre de places disponibles est souvent restreint.
  • Soyez prĂȘt Ă  vous divertir par vous-mĂȘmes. Il n’y a pas d’activitĂ©s proposĂ©es Ă  bord (Ă  l’exception de l’exercice de sĂ©curitĂ© en cas de naufrage !)
  • Allez-y pendant que vous avez la forme. Il n’y a pas de mĂ©decins Ă  bord et beaucoup d’escaliers Ă  monter !
  • VĂ©rifiez que votre assurance voyage couvre ce genre de dĂ©placement.
  • Soyez flexible. Les horaires changent frĂ©quemment. Vous devrez peut-ĂȘtre prendre deux ou trois navires diffĂ©rents avant d’atteindre votre destination.
  • RĂ©servez Ă  l’avance. Les cabines sont limitĂ©es et les itinĂ©raires les plus populaires peuvent ĂȘtre vendus des mois Ă  l’avance.
  • Ne pensez penser travailler en Ă©change de votre passage. La plupart des rĂšgles syndicales ne l’autorisent plus.
  • PrĂ©voyez des rĂ©serves de mĂ©dicaments contre la nausĂ©e !

428_on-v-celebrez_le_nouvel_an_dans_les_caraibes_du_26_dec__2016_au_06_janv__2017__12_jours_

Une autre belle alternative, afin de sortir d’avantage des sentiers battus, est de faire une croisiĂšre en voilier/catamaran, (transportant une dizaine de personnes ou moins). C’est mon plus grand coup de coeur ! Vous aurez aussi l’opportunitĂ© de participer aux manƓuvres si souhaitĂ© et mĂȘme de suivre une formation amenant Ă  une certification. Un vrai sentiment de liberté ! Toutefois, il faut accepter de vivre pendant une ou deux semaines dans un endroit plutĂŽt confinĂ©.

IdĂ©es voyage en voiliers/catamarans : les Bahamas, la cĂŽte Dalmate en Croatie, la CrĂšte, les Îles vierges britanniques, la Martinique, les Ăźles de la MicronĂ©sie, la Nouvelle-ZĂ©lande et les Ăźles turques.

Qu’attendez-vous pour prendre le large ???

41-v-celebrez-le-nouvel-an-dans-les-caraibes-du-26-dec-2016-au-06-janv-2017-12-jours

Publicités

Nager avec les dauphins : Pour ou contre ? – PubliĂ© sur TC Nouvelles/TC MĂ©dia

PubliĂ© sur l’application de TC Nouvelles / Par TC MĂ©dia – Le samedi 26 novembre 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

(Source de l’image : Wikimedia commons – Droits d’utilisation acceptĂ©s)

Nager avec les dauphins, que ce soit avec des individus dans leur environnement naturel ou en captivitĂ©, gagne en popularitĂ©! On discute mĂȘme maintenant que cette expĂ©rience aurait peut-ĂȘtre des bienfaits thĂ©rapeutiques!

Ce rĂȘve tant chĂ©ri, se retrouve sur de nombreuses « bucket list » ! C’est le genre d’excursion qui est proposĂ© depuis trĂšs longtemps via les hĂ©bergements en formule tout compris dans les CaraĂŻbes.

Mais est-ce que cette expérience est en fait réalisée la plupart du temps de façon responsable et durable ou non ? Est-ce que les voyageurs se vouant à cette activité sont vraiment conscients des impacts négatifs sur ces mammifÚres.

Lors de visite de parc marin ou d’aquarium :

Nager avec les dauphins en captivitĂ© peut sembler amusant. Mais leur dure rĂ©alitĂ© est souvent cachĂ©e. Les statistiques ont dĂ©montrĂ© que l’espĂ©rance de vie de tous ces mammifĂšres marins en captivitĂ© dans les parcs marins est considĂ©rablement raccourcie. Ces animaux si intelligents, sociaux sont contraints de vivre dans des conditions de confinement artificiel, loin de leurs familles. Certains y laissent mĂȘme leur vie lors de la capture ou du transport dans leurs rĂ©servoirs ou bassins.

La capture

Les dauphins continuent d’ĂȘtre capturĂ©s dans leur environnement naturel et non pas car ils Ă©taient en danger, mais plutĂŽt afin de rĂ©pondre Ă  la demande croissante de voyageurs souhaitant vivre l’expĂ©rience de nager avec eux. Et on ne parle mĂȘme pas des mĂ©thodes utilisĂ©es pour les capturer et les transporter souvent assez cruelles. Les dauphins capturĂ©s font dĂ©jĂ  parties de populations menacĂ©es par d’autres activitĂ©s humaines.

La vie en captivité

En captivitĂ©, les dauphins sont incapables de communiquer proprement, de chasser, d’errer et ont du mal Ă  se reproduire. Le stress de leur confinement entraĂźne souvent des troubles de comportement ainsi que rĂ©duit leur rĂ©sistance Ă  la maladie et la mort. Ils ne peuvent pas Ă©chapper aux nageurs ou plongeurs qui souhaitent Ă  tout prix interagir avec eux souvent Ă  la journĂ©e longue. Certains dĂ©montrent des signes de dĂ©tresse quand ils sont Ă  proximitĂ© d’ĂȘtres humains. À noter que les bijoux peuvent aussi endommager leur peau dĂ©licate.

L’exposition et la pollution

De nombreuses installations gardent les dauphins dans des enclos sur la cĂŽte. Lors d’ouragans, les consĂ©quences peuvent ĂȘtre bien sĂ»r trĂšs graves pour les dauphins dans ces enclos marins. La qualitĂ© de l’eau peut Ă©galement ĂȘtre un problĂšme, surtout lorsqu’elle est un peu plus stagnante dans les bassins. Ces derniers sont souvent trop peu profonds, exposant donc les dauphins au grand soleil. Souvent situĂ©s prĂšs des complexes hĂŽteliers et des villes les eaux peuvent Ă©galement contenir des niveaux Ă©levĂ©s de pollution.

Aussi mauvais pour les nageurs et plongeurs

Les dauphins sont des animaux sauvages et imprĂ©visibles, mĂȘme si bien formĂ©s. Une Ă©tude WDC a rĂ©vĂ©lĂ© de nombreux incidents de comportements agressifs de la part des dauphins envers les nageurs : morsures, Ă©gratignures, abrasions et mĂȘme, des os brisĂ©s. Les dauphins sont aussi porteurs de maladies qui peuvent ĂȘtre transmises Ă  l’homme. Étant bien puissants, ces derniers pourraient mĂȘme entraĂźner les nageurs avec eux sous l’eau.

MalgrĂ© que cette expĂ©rience demeure sur la « liste de rĂȘves Ă  accomplir » de nombreux voyageurs, elle peut rester dĂ©cevante et loin d’ĂȘtre naturelle et authentique dans ces circonstances. À rĂ©flĂ©chir !

Nager avec les baleines ou les dauphins sauvages – l’alternative ?

Il n’y a aucune preuve scientifique que la «thĂ©rapie de dauphin» est efficace. Je ne peux donc pas vraiment recommander cette pratique. Il est difficile d’assurer qu’elle ne reprĂ©sente pas une expĂ©rience intrusive ou stressante pour les baleines ou les dauphins.

Dans certains endroits, les dauphins sont rĂ©guliĂšrement perturbĂ©s par des bateaux qui « abandonnent » les nageurs dans l’eau Ă  cĂŽtĂ© d’eux. Plusieurs ont quittĂ© leur domicile habituel en faveur des zones plus calmes. La perturbation de leur source d’’alimentation et de repos a dĂ©finitivement un impact Ă  long terme sur leur santĂ© et leur bien-ĂȘtre.

On dénote des exemples de blessures aux dauphins causées par les hélices des bateaux. Et sans parler du risque de devenir dépendant des humains pour la nourriture, comme certains exploitants de bateaux les attirent vers les nageurs utilisant cette méthode.

Il y a de l’espoir !

Cependant l’observation des dauphins et des baleines en kayak par exemple peut ĂȘtre une alternative intĂ©ressante, offrant d’excellentes occasions de voir ces merveilleux mammifĂšres dans leur environnement naturel.

Prioriser des entreprises Ă©tant membres d’associations sans but lucratif luttant pour la protection de la faune. Vos dons permettront aussi de poursuivre la recherche et fourniront une source de revenus pour les communautĂ©s cĂŽtiĂšres.

Pour en savoir plus sur les menaces qui pĂšsent sur ces dauphins solitaires et les risques liĂ©s Ă  l’interaction avec eux, consulter l’onglet «Solitary dauphins» de l’organisme WDC.

Comment faire la rencontre avec un Ă©lĂ©phant
 autrement – PubliĂ© sur TC Nouvelles/TC MĂ©dia

PubliĂ© sur l’application de TC Nouvelles / Par TC MĂ©dia – Le samedi 12 novembre 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

p1000206

Nous avons tous une « bucket list » d’expĂ©riences que l’on aimerait vivre ou de destinations que l’on aimerait tant dĂ©couvrir avant de mourir !

De retour d’Afrique Ă  l’instant, ça m’amĂšne Ă  vous parler d’une expĂ©rience qui se retrouve sur de nombreuses listes : la balade Ă  dos d’élĂ©phants.

Il y a assurĂ©ment un air de romantisme Ă  faire une balade Ă  dos d’Ă©lĂ©phant. Assis sur le dos de ce gĂ©ant traversant des plages de sable blanc le long d’une mer turquoise, ou au travers la jungle


Qui n’aimerait pas affirmer qu’il a voyagĂ© en ThaĂŻlande et a eu la chance de monter sur le dos d’un  Ă©lĂ©phant ?

Mais, la vĂ©ritĂ© est qu’avec l’information que nous avons en main aujourd’hui, nous devrions Ă©viter cette expĂ©rience pour le bien des Ă©lĂ©phants.

Aux États-Unis, des organisations telles que la Humane Society ainsi que l’Association des zoos et aquariums sont fermement contre les balades Ă  dos d’élĂ©phants en raison de l’abus que subissent ces derniers lors de leur apprentissage ainsi qu’au sujet de la sĂ©curitĂ© des voyageurs. Je crois que la plupart des gens ne sont tout simplement pas au courant de cette rĂ©alitĂ© !

p1000161

Quelles raisons de privilégier des façons plus humaines de se rapprocher des éléphants au lieu de monter sur leur dos :

L’entrainement

Le mahout formera les Ă©lĂ©phants qui seront utilisĂ©s au sein de l’industrie du tourisme. Les jeunes Ă©lĂ©phants sont arrachĂ©s Ă  leurs mĂšres et piĂ©gĂ©s dans de minuscules espaces, abusĂ©s avec des bĂątons de bambou Ă  clous afin de les affamer. C’est une pratique gĂ©nĂ©rale e longue date et acceptĂ©e en ThaĂŻlande par exemple, tel dans les cirques.

La santé

La colonne vertĂ©brale de l’élĂ©phant n’est en fait pas en mesure de bien supporter le poids de personnes. Porter des touristes sur le dos toute la journĂ©e peut conduire Ă  des lĂ©sions permanentes. De plus, le poids inconfortable de la chaise attachĂ©e Ă  leur dos peut causer des infections et blessures. Certains en laissent mĂȘme leur peau.

L’interaction sociale

Les Ă©lĂ©phants, comme les humains, ont besoin de socialiser ainsi que de se sentir Ă  proximitĂ© de leur famille et amis. Ceux-ci ressentent de la douleur, de la tristesse, du bonheur et plus encore. Cependant, au contraire de ce qu’ils ont besoin, ils vivent essentiellement isolĂ©s dans plusieurs camps d’élĂ©phants.

Les conditions de vie

Les éléphanteaux sont attachés aux mÚres pendant les balades, ce qui peut leur causer des blessures devant suivre le rythme souvent trop rapide. Afin de poursuivre la randonnée, le mahout les poussera avec leur bùton de bambou leur causant de graves traumatismes. La plupart des camps vont aussi enchaßner ces éléphants quand ils ne travaillent pas, sans souvent les nourrir suffisamment.

Plusieurs voyageurs mentionnent ĂȘtre tĂ©moins de la dĂ©tresse des Ă©lĂ©phants lorsque ceux-ci balancent leurs tĂȘte, soit un signe de stress psychologique grave.

p1000180

Heureusement, il est tout de mĂȘme possible de vivre cette expĂ©rience extraordinaire, mais de façon plus responsable ! Une bonne rĂšgle Ă  retenir est de ne pas encourager les campements qui proposent des balades Ă  dos d’élĂ©phants. Rappelez-vous, tous ces Ă©lĂ©phants ont souffert de la torture.

Selon l’endroit oĂč vous vous trouvez, il y a maintenant davantage de projets de conservation qui vous permettent de les nourrir, de les baigner et de passer du temps avec eux sans leur causer d’autres dommages.

Les parcs comme le Elephant Nature Park ou Boon Lott Elephant Sanctuary dans le nord de la ThaĂŻlande sont deux bons exemples qui jouissent d’une bonne rĂ©putation et permettent l’interaction homme-Ă©lĂ©phant sans compromettre la sĂ©curitĂ© de l’Ă©lĂ©phant.

Par le fait mĂȘme, j’aimerais vous faire part d’une campagne de sensibilisation : I Worry (http://iworry.org/) mise sur pied par la Fondation : The David Sheldrick Wildlife Trust (http://www.sheldrickwildlifetrust.org/) dĂ©diĂ©e Ă  protĂ©ger et Ă  conserver la faune africaine, plus particuliĂšrement les espĂšces en danger et victimes du braconnage, tel les Ă©lĂ©phants et les rhinocĂ©ros.

Bonne prochaine rencontre avec un éléphant !

Unique Galapagos – PubliĂ© sur TC Nouvelles/TC MĂ©dia

PubliĂ© sur l’application de TC Nouvelles / Par TC MĂ©dia – Le samedi 29 octobre 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

702_on-v-croisiere_aux_iles_galapagos_et_decouverte_de_l_amazonie

Qui ne rĂȘve pas depuis son tout jeune Ăąge d’accoster d’üle en Ăźle afin de dĂ©couvrir la faune endĂ©mique des mystĂ©rieuses Ăźles GalĂĄpagos ?

Le seul mot « GalĂĄpagos » nous amĂšne Ă  nous imaginer dans la peau d’un grand explorateur ou naturaliste, tel Darwin, Ă  la rescousse des derniĂšres espĂšces terrestres !

Avant ce voyage aux GalĂĄpagos, je ne semblais pas dĂ©montrĂ© un intĂ©rĂȘt si poussĂ© pour l’observation de la faune. Mais Ă  ma grande surprise, il fut impossible de rester indiffĂ©rente lorsque j’ai posĂ© les pieds sur ces iles mythiques ! Ce fut sans aucun doute l’un de mes plus beaux coups de cƓur de voyage !

699_on-v-croisiere_aux_iles_galapagos_et_decouverte_de_l_amazonie

IntĂ©ressant de savoir que ces Ăźles volcaniques situĂ©es sur un point chaud de la terre se dĂ©placent. La rencontre d’un courant froid polaire et d’un courant chaud pĂ©ruvien crĂ©Ă© donc un tourbillon nourrissant une faune et une flore exceptionnelles et uniques.

Ces Ăźles enchantĂ©es se caractĂ©risent par une spĂ©cificitĂ© diffĂ©rente sur chacune d’elles. AccompagnĂ©e de mon guide naturaliste des plus expĂ©rimentĂ©s, j’ai pu dĂ©couvrir une multitude d’espĂšces endĂ©miques aux Ăźles ; lions de mer, iguanes marins et terrestres, oiseaux « bobbies » aux pieds palmĂ©s turquoise, oiseaux « frigates » Ă  la gorge enflĂ©e rouge, crabes rouges, pĂ©licans, albatros, cormorans, tortues, flamants roses,
 Et j’en passe !

701_on-v-croisiere_aux_iles_galapagos_et_decouverte_de_l_amazonie

Je suis en fait embarquez Ă  bord d’un catamaran confortable afin de vivre une expĂ©rience inoubliable pendant cinq jours et ce, avec un petit groupe de vingt voyageurs passionnĂ©s seulement Ă  l’ambiance internationale. Profitant d’un service hors pair et attentionnĂ© ainsi que de vastes espaces communs pour relaxer, j’ai pris l’habitude de prendre l’apĂ©ro et un bain de soleil sur le pont. Avec en toile de fond, les oiseaux se laissant planer au-dessus du navire et les dauphins essayant de rattraper le rythme de celui-ci.

ConsidĂ©rant que l’on est quand mĂȘme sur un bateau, j’ai quand mĂȘme pu profiter d’une grande chambre et salle de bain privĂ©e. Et sans parler de goĂ»ter Ă  une gĂ©nĂ©reuse cuisine des plus variĂ©es.

Des croisiĂšres de 4, 5, 8, 11, 12 et 15 jours sont offertes. De plus, ces derniĂšres suivent des itinĂ©raires bien prĂ©cis et doivent absolument respecter un horaire stricte et ce, afin qu’aucun navire ne visitent la mĂȘme Ăźle en mĂȘme temps. Nous naviguons de nuit afin de ne pas perdre de temps durant la journĂ©e.

698_on-v-croisiere_aux_iles_galapagos_et_decouverte_de_l_amazonie

Une taxe d’entrĂ©e de 100 $ US vous sera demandĂ©e Ă  l’arrivĂ©e Ă  l’aĂ©roport de Baltra. Ces fonds servant entiĂšrement Ă  la conservation du parc national des GalĂĄpagos.

Je n’ai pas manquĂ© de plonger en apnĂ©e et de faire du kayak tous les jours afin de jouer avec les lions de mer et observer les immenses tortues et requins.

Pour les voyageurs et plongeurs expĂ©rimentĂ©s bĂ©nĂ©ficiant d’un peu plus de temps, je conseille de passer quelques jours en hĂŽtel au petit port touristique de Puerto Ayora, situĂ© sur l’üle de Santa Cruz. Vous pourrez donc profiter de cette chance unique de plonger en bouteille et de peut-ĂȘtre rencontrer quelques-unes des espĂšces les plus rares comme les requins marteau, les raies de toutes sorte, etc..

J’en rĂȘve encore !

Pour davantage d’idĂ©es d’itinĂ©raires et de tarifs :

http://www.esprit-daventure.com/destination/voyages-dans-les-ameriques/25-equateur-et-galapagos.html