Votre rĂ©solution en 2017 : voyager pour votre mieux-ĂȘtre – PubliĂ© sur TC Nouvelles/TC MĂ©dia

PubliĂ© sur l’application de TC Nouvelles / Par TC MĂ©dia – Le samedi 24 dĂ©cembre 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

(Source de l’image : Sur Flickr – Droits d’utilisation acceptĂ©s)

Ce n’est pas d’hier que datent les voyages de bien-ĂȘtre lorsque l’on pense Ă  la thalassothĂ©rapie en GrĂšce ou du temps des Romains. Mais Ă  cette Ă©poque, ils Ă©taient cependant rĂ©servĂ©s Ă  l’élite !

Au QuĂ©bec, les voyages de bien-ĂȘtre sont une tendance en croissance constante depuis les 10 derniĂšres annĂ©es, et qui s’est quand mĂȘme bien adaptĂ©e aux clientĂšles changeantes.

Le contexte stressant dans lequel nos sociĂ©tĂ©s occidentales gravitent a menĂ© Ă  ce que les voyageurs recherchent davantage ce genre de sĂ©jour. Je reçois de nombreuses voyageuses Ă  l’agence qui me donne en rĂ©fĂ©rence le type de « best-seller » comme Mange, prie, aime, qui leur a encore plus donnĂ© l’envie de prendre du temps pour soi dans un ashram en Inde ou de rencontrer un maĂźtre spirituel Ă  Bali par exemple.

Pourquoi voyager sous cette thĂ©matique bien-ĂȘtre


  • Pour prendre soin de soi;
  • Pour cĂ©lĂ©brer de façon significative ses 30 ans, 40 ans ou 50 ans;
  • Pour dĂ©crocher complĂštement;
  • Pour se recentrer sur l’essentiel et rechercher un meilleur Ă©quilibre Ă  installer dans sa vie quotidienne;
  • Pour se couper de son milieu et partir avant de tout casser dans son couple et au travail;
  • Pour se ressourcer;
  • Pour faire le bilan sur sa vie et mĂȘme quelquefois pour faire diffĂ©rents choix par la suite
 

Des destinations inspirantes


Que l’on parle de suivre des cours de yoga sur le bord de la mer au Mexique ou au Costa Rica ou bien dans une palmeraie au Maroc, de profiter de soins ayurvĂ©diques et massages en Inde, de prendre part Ă  des mĂ©ditations au NĂ©pal, de profiter d’un sĂ©jour dans les eaux thermales du Chili ou dans un spa situĂ© sur une Ăźle aux Maldives, de participer Ă  des ateliers de coaching de vie au Costa Rica, etc.. LES OPTIONS DE MANQUENT PAS ! 

Pourquoi voyager sous une formule sur mesure en privé 

  • Ce qui se fait de plus en plus afin d’avoir le luxe de partir selon ses dates et durĂ©e souhaitĂ©es;
  • Pour profiter des enseignements de la part d’un enseignant local (qui pourrait ĂȘtre cependant en anglais);
  • La plupart du temps, vous aurez la chance de suivre les enseignements avec d’autres voyageurs sur place, et donc la possibilitĂ© de faire de belles rencontres;
  • Pour suivre son propre rythme et aller oĂč bon vous semble;
  • Pour retrouver davantage la solitude souhaitĂ©e afin de faire le bilan sur sa vie;
  • À noter qu’il y a maintenant aussi des formules assez abordables, mĂȘme en privĂ©.

Dans un monde idĂ©al, il serait conseiller de s’offrir 2 voyages de ressourcement par annĂ©e : un Ă  l’automne et un autre au printemps, surtout quand la tempĂ©rature est un peu moche chez soi et affecte notre Ă©tat d’esprit.

Qui sont ces voyageurs Ă  la recherche de bien-ĂȘtre


Au Québec, ce sont principalement des femmes de tous les ùges et de tous budgets.

Depuis les 5-7 derniĂšres annĂ©es, on retrouve davantage de jeunes dans la vingtaine et trentaine. Ce qui en a rĂ©sultĂ© d’une offre de voyages de bien-ĂȘtre plus active et alternative (suivant aussi les modes) : Yoga sur la planche de SUP, surf, salsa, randonnĂ©e, ateliers sur la nutrition, l’alimentation vivante ou mĂȘme detox complĂšte.

Les Européens, les Nord-Américains et les Asiatiques des pays les plus développés du continent, comme le Japon et la Corée du sud, sont les principaux adeptes. Encore là, les femmes constituent la majorité !

Un voyage de mieux-ĂȘtre, mĂȘme un peu plus actif, est un temps pour soi Ă  prendre au moins 1 fois par annĂ©e ! 

*Inspirez-vous de quelques idĂ©es d’itinĂ©raires : http://www.esprit-daventure.com/voyage/16-bien-etre.html

Publicités

Les destinations en vogue en 2017 – PubliĂ© sur TC Nouvelles/TC MĂ©dia

PubliĂ© sur l’application de TC Nouvelles / Par TC MĂ©dia – Le samedi 07 janvier 2017

– Par Ariane Arpin-Delorme

(Source de l’image : Wikimedia commons – Droits d’utilisation acceptĂ©s)

Je ne sais pas si vous ĂȘtes comme moi, mais j’attends toujours avec impatience les listes de destinations de la prochaine annĂ©e ? MalgrĂ© que j’aie ma propre liste de pays ou rĂ©gions auxquelles je rĂȘve, j’aime bien connaĂźtre les nouvelles tendances. Afin donc d’allumer votre dĂ©sir de partir en voyage et de vous inspirer, je vais vous dresse une liste de 9 destinations qui seront en vogue en 2017.

BASSE CALIFORNIE

BordĂ©e Ă  l’ouest par l’OcĂ©an Pacifique et Ă  l’est par la Mer de Cortez, la pĂ©ninsule mexicaine de la Basse Californie vous fera vivre une expĂ©rience unique ! J’en ai fait l’expĂ©rience et c’est vraiment la rĂ©gion que je prĂ©fĂšre au Mexique pour son cadre naturel ! Plongez afin de faire la rencontre d’énormes mammifĂšres marins : baleines, grands requins blancs, raies mantas, dauphins ainsi qu’une grande variĂ©tĂ© de poissons.

CANADA

Dans son Best in travel annuel, Lonely Planet place le Canada en premiĂšre position. Comme le pays cĂ©lĂ©brera son 150e anniversaire, ainsi que MontrĂ©al s’apprĂȘte Ă  cĂ©lĂ©brer son 375e anniversaire, une foule d’animations seront au programme. À noter que pendant toute l’annĂ©e, l’entrĂ©e aux parcs gĂ©rĂ©s par Parcs Canada sera gratuite.

JUNGLE DE L’ÉQUATEUR

Les oiseaux affluent vers les forĂȘts primaires de la rĂ©gion Ă©quatorienne du ChocĂł, considĂ©rĂ©e comme l’un des Ă©cosystĂšmes les plus riches de la planĂšte au niveau de sa faune. SituĂ©e au nord de Quito, sur les pentes andines, ce hot spot de biodiversitĂ© abrite des centaines d’espĂšces d’oiseaux. À la rĂ©serve forestiĂšre et lodge de Bellavista, faites une promenade nocturne guidĂ©e pour repĂ©rer les papillons et les lucioles scintillantes. Au lodge de Mashpi, volez Ă  travers le brouillard suspendu Ă  une tyrolienne afin d’admirer la vue du haut de la canopĂ©e des arbres. L’Équateur reste encore l’une des destinations sud-amĂ©ricaine pour lequel je suis tombĂ©e en amour !

PAYS NORDIQUES EUROPÉENS

Les pays scandinaves ont gagnĂ© en popularitĂ© au cours des derniers mois parce qu’apparemment les voyageurs semblent rechercher des destinations plus sĂ©curitaires Ă  la suite des attentats en Europe. De plus, plusieurs compagnies aĂ©riennes permettent aussi de se rendre dans les capitales nordiques depuis MontrĂ©al, notamment Iceland Air et Wow Air, avec escale Ă  Reykjavik. Nommons entre autres la Finlande qui domine le palmarĂšs de National Geographic Traveler. Vient ensuite la NorvĂšge qui fait sans contredit partie des destinations les plus souvent prĂ©sentĂ©es au cours des derniers mois par les blogueurs europĂ©ens. Enfin, Aarhus, situĂ©e au Danemark, sera la Capitale de la culture 2017.

PARCS NATIONAUX OU L’ON PEUT OBSERVER DES TIGRES EN INDE

PrĂšs des 2/3 de la population mondiale des tigres vivant en libertĂ© (de 3200 en 2010 Ă  3890 en 2015) rĂ©side en Inde. GrĂące aux initiatives de conservation de la faune, les parcs nationaux du Madhya Pradesh sont devenus de vrais paradis. Hop Ă  bord du train Tiger Express tourist afin d’aller profiter d’un safari Ă  Bandhavgarh ou Ă  Kanha, deux autres parcs riches pour leur population de tigres. Suivant mon expĂ©rience, je vous conseille de loger au moins 3 nuits dans l’un de ces parcs afin de vous donner de meilleures chances. 

CORÉE DU SUD

Lonely Planet place SĂ©oul en 7e position sur sa liste des villes Ă  explorer en 2017, soulignant entre autres ses efforts pour la protection de l’environnement. Personnellement, j’ai adorĂ© SĂ©oul : du quartier traditionnel de Bukchon aux quartiers plus modernes ! La CorĂ©e du Sud jouit vraiment d’une culture authentique et n’a rien Ă  envier Ă  ses voisins. De plus, la gastronomie corĂ©enne ayant conquis plusieurs gourmands ces derniĂšres annĂ©es, voilĂ  un autre argument de taille. Outre les fameux barbecues, le bibimbap, bol de riz avec lĂ©gumes, Ɠuf et bƓuf, est un vrai rĂ©gal !

BALKANS OCCIDENTAUX

Les pays environnants de la Croatie, des plus populaires et accessible entre autres avec les vols offerts par Air Transat, n’ont jamais autant piquĂ© la curiositĂ© des voyageurs : Albanie, Bosnie-HerzĂ©govine, MacĂ©doine, Serbie, MontĂ©nĂ©gro
 National Geographic Traveler focalise particuliĂšrement sur le sentier Via Dinarica. Cette chaĂźne de montagnes est en effet le prolongement des Alpes le long de la MĂ©diterranĂ©e, jusqu’au nord de l’Albanie. De son cĂŽtĂ©, Lonely Planet souligne l’extrĂȘme beautĂ© d’Ohrid, situĂ©e en MacĂ©doine, dans son palmarĂšs des villes Ă  voir en 2017.

CARTAGÈNE, COLOMBIE

RestĂ©e intacte par les derniers conflits, CarthagĂšne, logĂ©e sur la cĂŽte caraĂŻbe colombienne, a longtemps inspirĂ© les visiteurs et les Ă©crivains, en particulier le romancier Gabriel GarcĂ­a MĂĄrquez, qui a Ă©crit son fameux bouquin : Love in the time of cholera. Ce fut effectivement l’une de mes destinations coups de cƓur en 2016. Baladez-vous dans la vieille ville fortifiĂ©e avec ses demeures coloniales des plus colorĂ©es, ses balcons couverts de bougainvilliers et ses cafĂ©s et restaurants en plein air, oĂč on entend les rythmes de la cumbia et de la salsa d’influence cubaine. Partez en excursion dans les Ăźles environnantes afin de dĂ©nicher une belle plage ou bien en randonnĂ©e dans la jungle.

ESPAGNE

Alors que Traveller conseille de sortir des sentiers battus et d’explorer entre autres la cĂŽte nord et le sentier de Camino de Santiago, National Geographic Traveller rappelle que Madrid sera l’hĂŽte du World Pride Madrid 2017 du 23 juin au 2 juillet. Avec ses splendides parcs, sa vie nocturne et sa soixantaine de musĂ©es, la capitale a de quoi tenir occupĂ©s tous les types de voyageurs ! Personnellement, aprĂšs plusieurs sauts en Espagne, je rĂȘve de redĂ©couvrir Barcelone !

Quelle sera donc votre destination ou la 10e sur cette liste ?

Bonne découverte du Monde en 2017 !

*Un grand merci Ă  Marie-Julie Gagnon du blogue Taxi-Brousse et son article sur Avenues.ca pour l’inspiration et informations pour ce blogue.

La Volontourisme – PubliĂ© sur TC Nouvelles/TC MĂ©dia

PubliĂ© sur l’application de TC Nouvelles / Par TC MĂ©dia – Le samedi 15 octobre 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

(Source de l’image : Sur Flickr – Droits d’utilisation acceptĂ©s)

Tourisme solidaire, humanitaire, Ă©quitable
 tous des types de tourisme remplis de bonnes intentions certes, mais qui peuvent aussi laisser quelques « traces » sur la population locale par endroit si mal gĂ©rĂ©s.

En 2016, on parle plutĂŽt de volontourisme ! Celui-ci se concentre sur la relation entre le touriste/visiteur et la population locale. BasĂ© sur le concept de solidaritĂ©, oĂč les voyageurs contribuent Ă  amĂ©liorer les conditions de vie des communautĂ©s d’accueil.

Plusieurs effets positifs peuvent en découler, par exemple :

  • RĂ©pondre aux besoins des gens qui souhaitent vivre l’expĂ©rience de faire du bĂ©nĂ©volat afin de voyager plus longtemps et de se sentir utile (familles, jeunes adultes, « baby-boomers ») ;
  • AmĂ©liorer la comprĂ©hension interculturelle ;
  • Augmenter la productivitĂ© des projets locaux si ces derniers sont bien gĂ©rĂ©s ;
  • Apporter une expĂ©rience humaine ainsi qu’un Ă©change significatif (souvent davantage pour le voyageur !) ;
  • Proposer des alternatives Ă©conomiquement viables pour la gestion des ressources et encourager les gouvernements locaux Ă  investir davantage dans ce genre de projet.
  • À noter que les associations cherchent maintenant davantage des gens ayant une expertise en agriculture ou en gestion de micro-entreprise.

Ce type de tourisme existe depuis longtemps, mais depuis environ 5-7 ans, de nombreux changements se font ressentir. Dans certains pays comme le Cambodge par exemple, travailler comme bĂ©nĂ©vole dans les orphelinats et enseigner l’anglais est devenu tellement populaire, que l’on bĂątĂźt mĂȘme de « faux » orphelinats occupĂ©s par des enfants qui ne sont pas nĂ©cessairement orphelins (sans enlever au fait que ces enfants soient quand mĂȘme dans le besoin Ă  plusieurs autres niveaux) afin de rĂ©pondre Ă  la demande de l’industrie touristique.

Quelques effets nĂ©gatifs du volontourisme, si mal gĂ©rĂ©, peuvent ĂȘtre :

  • À court terme, le bĂ©nĂ©volat fait de la pauvretĂ© un spectacle et expose les communautĂ©s d’outre-mer, en particulier les enfants, Ă  l’exploitation et l’abus. On utilise la « mauvaise situation » des autres au bĂ©nĂ©fice du bĂ©nĂ©vole ;
  • Malheureusement, le risque de perte d’emploi pour les travailleurs locaux est prĂ©sent, comme des bĂ©nĂ©voles (qui dĂ©boursent un certain montant aux agences et associations) se proposent de faire le travail, qui autrement aurait reçu un salaire ;
  • Le volontourisme est en fin de compte davantage Ă  propos de la rĂ©alisation des bĂ©nĂ©voles eux-mĂȘmes, et pas nĂ©cessairement ce qu’ils apportent aux communautĂ©s qu’ils visitent ;
  • Les jeunes bĂ©nĂ©voles sont souvent non-qualifiĂ©s et resteront sur de courtes pĂ©riodes, prenant du temps aux gens sur place Ă  les former ;
  • Les enfants peuvent Ă©prouver des dommages psychologiques lors de visites rĂ©pĂ©tĂ©es Ă  court terme par des bĂ©nĂ©voles. Ces derniers revivent l’abandon sans arrĂȘt ! 

Aujourd’hui, c’est encore plus facile de s’y perde comme la plupart des compagnies ont intĂ©rĂȘt Ă  orienter leurs efforts marketing en ce sens. Il faut donc poser les bonnes questions Ă  votre agence de voyage et aux associations, Ă  savoir comment est redistribuer l’argent, comment choisissent-ils les projets qu’ils encouragent, quel genre de matĂ©riel est apportĂ© Ă  destination, etc.. En fait, la clef est d’agir autant de façon responsable, en choisissant de travailler avec des projets qui impliquent le plus possible les communautĂ©s locales dĂšs le dĂ©but de la prise de dĂ©cision afin de vraiment rĂ©pondre Ă  leurs besoins et que ça se poursuivent lorsque vous aurez quittĂ© comme bĂ©nĂ©vole.

De belles destinations offrant davantage des possibilités de volontourisme et exemples de projets concrets :

Via les coopĂ©ratives de femmes travaillant l’huile d’argan au Maroc ;

Les librairies nomades en Mongolie ;

Travailler en collaboration avec les sƓurs ursulines au PĂ©rou et en Bolivie ;

Plusieurs projets en Afrique de l’ouest : Ghana, Togo, Cameroun, pour ne nommer que ces pays ;

Travailler en collaboration avec les associations membres du Child Protection Code pour enrayer la prostitution infantile en ThaĂŻlande ;

Travailler avec des associations comme Friend’s afin d’enseigner un mĂ©tier en restauration ou en hĂŽtellerie aux enfants de la rue au Laos et Cambodge.

Références pertinentes afin de trouver la bonne association avec qui travailler :

http://www.ngo-monitor.org/

http://www.projects-abroad.ca/

La MajestĂ© des Andes – PubliĂ© sur TC Nouvelles/TC MĂ©dia

PubliĂ© sur l’application de TC Nouvelles / Par TC MĂ©dia – Le samedi 01 octobre 2016

– Par Ariane Arpin-Delorme

501_on-v-a_la_cime_de_l_apolobamba

La Bolivie
 contrĂ©e oĂč le temps n’existe pas, ou peu. Perdue entre cimes enneigĂ©es et jungle, isolĂ©e sans accĂšs Ă  la mer


préservée du monde moderne


Je me suis donné la chance de visiter à deux reprises ce pays splendide qui représente certainement : La Majesté des Andes !

À peine atterrie, j’apprĂ©cie cette vue Ă  couper le souffle sur La Paz,  littĂ©ralement logĂ©e au creux de la vallĂ©e et aux maisons de toits orangĂ©s de tuiles terra cota. Le jour mĂȘme, j’embarque dans un minivan surpeuplĂ© (pas le choix de faire connaissance avec son voisin!) afin de partir randonner au travers de la VallĂ©e de la Lune. Neil Armstrong, aprĂšs avoir aperçu de l’espace le dĂ©sert de sel d’Uyuni situĂ© au sud du pays, avait souhaitĂ© se rendre en Bolivie. Il fit un premier arrĂȘt Ă  La Paz bien sĂ»r et dĂ©couvrit cette vallĂ©e adjacente, faite d’énormes et Ă©tranges stalagmites dorĂ©es, qui lui paraissait trĂšs similaire Ă  la lune!

Je ne peux m’empĂȘcher de me perdre dans les petites rues afin d’apprĂ©cier la jolie architecture coloniale colorĂ©e (si l’on fait abstraction aux dizaines de fils Ă©lectriques suspendus au mĂȘme poteau!). Sans parler des marchĂ©s, dont le MarchĂ© aux Sorciers oĂč l’on y vend herbes magiques, amulettes porte bonheur ainsi que des fƓtus de lama, essentiels aux cĂ©rĂ©monies chamaniques… marchĂ© d’artisanat aux tissus originaux et bijoux d’argent…

493_on-v-a_la_cime_de_l_apolobamba

Je me dirige ensuite vers Copacabana sur le bord du Lac Titicaca. Quelques bateaux faits de roseaux y naviguent. Je pars en excursion sur la fameuse Isla del Sol, l’un des endroits des plus significatifs pour la culture Inca. L’üle est fournie en fleurs aux teintes jaunes, de « baisers rouges » ainsi que d’immenses aloĂšs. Un beau coup de cƓur et beaucoup moins touristique que les Ăźles du cĂŽtĂ© pĂ©ruvien du Lac.

492_on-v-a_la_cime_de_l_apolobamba

Je dois avouer que l’un de mes intĂ©rĂȘts de retourner en Bolivie Ă©tait d’avoir la chance de rencontrer un chaman et de participer Ă  une cĂ©rĂ©monie. J’avais vĂ©cu une expĂ©rience similaire en Mongolie qui m’avait quelque peu transformĂ©e disons ! La cĂ©rĂ©monie durant quelques heures, on prend bien le soin de dĂ©poser dans chaque petit nid de ouate des feuilles de coca, des amulettes colorĂ©es, des cigarettes, des Ɠufs,
toujours badigeonnĂ©s Ă  l’aide d’une fleur de vin rouge et blanc. FumĂ©e d’encens et de cigarettes, en mĂąchant de la feuille de coca, animent la place! Les yeux du chaman semblent si sereins
 Il close la cĂ©rĂ©monie en brĂ»lant le tout et en me bĂ©nissant une derniĂšre fois
pour la route!

491_on-v-a_la_cime_de_l_apolobamba

Mon cĂŽtĂ© amatrice de plein-air ne peut s’empĂȘcher de partir Ă  l’aventure dans la jungle de Coroico, situĂ©e à l’est du pays. Des glaciers andins de la Cumbre, Ă  4700 mĂštres, j’ai enfourchĂ© mon vĂ©lo afin de descendre plus de 85 km sur la Route de la Mort. Connue mondialement, elle dĂ©nombrait malheureusement une dizaine de morts par semaine. Maintenant, la construction d’un tunnel fut finalement achevĂ©e aprĂšs 10 ans, afin de permettre Ă  la plupart des vĂ©hicules d’y circuler bien plus rapidement et « en tout sĂ©curitĂ© (!?!) ». Sur le premier tronçon asphaltĂ©, la tĂȘte dans les nuages des Andes, certains camions y passent encore, donc je dois absolument faire preuve d’une grande prudence! Par contre, lorsque l’on emprunte le tronçon de terre, au climat plus tropical, seuls les vĂ©los y descendent. Tellement d’écosystĂšmes s’enchaĂźnent en traversant de petites chutes Ă  l’occasion. La peur omni prĂ©sente ne me quitte pas durant toute la descente. Je poursuis ma route sur cette poussĂ©e d’adrĂ©naline ! Afin de ne pas faire les choses Ă  moitiĂ©, j’ai bouclĂ© mon sĂ©jour par une descente en « canyoning » (rappel le long des chutes) au milieu de ce petit paradis tropical. Ce fut pour moi tout un exercice de confiance, mais je dois avouer que l’environnement de lagons Ă©tait sublime!

Impressionnante Bolivie! Je me devrai d’y retournez encore et encore!

499_on-v-a_la_cime_de_l_apolobamba